Contre l’intégrisme


L’émergence de l’intégrisme islamiste est due à divers facteurs, comme les conditions sociales, historiques et internationales. Les grands événements du 20e siècle ont aussi influé sur la formation de l’intégrisme islamiste, ou l’ont accentué. Mais aucun de ces mouvements n’a été aussi déterminant que l’arrivée au pouvoir des mollahs réactionnaires en Iran. D’autant plus que ce régime, a servi pour la première fois de modèle de gouvernance aux groupes de son acabit.

Quant à la source de ce phénomène, elle fait l’objet de nombreux débats. Est-ce que, comme disent certains, l’intégrisme islamiste c’est le monde musulman en formation de bataille contre l’occident et en particulier une confrontation de l’islam avec le christianisme et le judaïsme ?

Non, en vérité, il ne s’agit pas d’une bataille entre l’islam et le christianisme, ni entre l’islam et l’Occident, ni entre les chiites et les sunnites. Il s’agit d’une bataille entre la liberté et la tyrannie, entre l’égalité et l’oppression doublée d’inégalité.
C’est une vérité sur laquelle depuis près d’un demi-siècle, les Moudjahidine du peuple d’Iran insistent et sur la base de laquelle ils se battent contre l’intégrisme islamiste.

Mais regardons pourquoi l’intégrisme voue surtout sa haine et sa violence aux femmes. A cause de sa nature arriérée et misogyne. Par ailleurs on l’a vu dans l’expérience de 1979 en Iran, et dans l’expérience des autres pays de la région avec l’immense vague d’appel à la liberté et à l’égalité, qui portait en son sein la libération des femmes.

Pour s’opposer à l’intégrisme islamiste, il faut une solution globale qui comporte une réponse culturelle. L’intégrisme islamiste se sert de l’islam comme prétexte pour en faire l’arme de ses agressions. Par conséquent la réponse se trouve dans son antithèse, à savoir l’islam démocratique. Il me faut souligner que ces deux entités sont totalement opposées l’une à l’autre.

L’une est une idéologie tyrannique quand l’autre est la religion de la liberté qui considère la souveraineté populaire comme le droit cardinal des peuples.
L’une prône la discrimination religieuse, quand l’autre est l’islam défenseur de l’égalité des droits pour les fidèles des autres religions.
L’une incarne le monopole et le dogmatisme, quand l’autre est l’islam de la tolérance qui encourage le respect des autres opinions et religions.
L’une est la foi imposée de force, quand l’autre est l’islam où toute contrainte est rejetée en religion.
Et l’une est une doctrine misogyne, quand l’autre est l’islam de l’égalité pour les femmes.

Sur ces deux islams, Massoud Radjavi, le dirigeant de la Résistance iranienne, a déclaré : un islam « porteur de ténèbres et l’autre porteur de l’étendard de la liberté, de l’unité et de l’émancipation. Mais la bataille que se livrent les deux, qui est en même temps la bataille où se joue le sort du peuple et de l’histoire de l’Iran, est un des maillons cruciaux de la grandeur/ la valeur/ le destin de l’humanité contemporaine. »

De nos jours, en Asie et en Afrique, des groupes intégristes islamistes se livrent à des ravages et à la terreur sous couvert de l’islam et leurs crimes qui s’étendent jusqu’à Paris, Bruxelles et Copenhague, mettent en danger les populations.

Comment maitriser ce danger ? Où est la source qui, si elle est asséchée, mettra fin au phénomène de l’intégrisme ? Il faut trouver la réponse dans l’opposition à la dictature religieuse au pouvoir en Iran. Car ce régime est le cœur du problème et son soutien aux dictatures de Bachar Assad en Syrie et de Maliki en Irak a permis l’émergence de milices intégristes et de Daech.

C’est pour cela que le silence face à l’ingérence en Syrie, en Irak et dans d’autres pays de la région du fascisme religieux au pouvoir en Iran, sans parler de la coopération avec lui sous prétexte de combattre Daech, est une erreur stratégique. C’est une pure illusion que de demander au pyromane d’éteindre le feu. Au contraire, la bonne politique consiste à chasser le régime des mollahs d’Irak et de Syrie.

Le régime iranien est à l’origine de la plupart des crimes et atrocités que les groupes intégristes commettent en l’imitant.

Au fait, au cours des vingt dernières années du 20e siècle, qui a officialisé la lapidation ?
Qui a inscrit dans sa loi les châtiments de l’énucléation des yeux et de l’amputation des membres ?
Qui a massacré le plus de prisonniers politiques depuis la seconde guerre mondiale ?
Dans l’histoire contemporaine, qui a lancé la première fatwa de meurtre d’un écrivain étranger ?
Qui a ravivé le concept du califat réactionnaire et en a fait un modèle ?

Oui, le régime du guide suprême est le parrain du terrorisme, l’ennemi des peuples du Moyen-Orient et la menace principale à la paix et la sécurité du monde.

Le monde n’est pas en mesure de vaincre l’intégrisme islamiste sauf s’il vise le cœur de ce phénomène qui est le régime des mollahs en Iran. La faute des gouvernements partisans de la complaisance, c’est qu’ils ne se sont pas opposés sérieusement à l’intégrisme, mais qu’ils ont aussi opté pour le compromis avec l’Etat qui le soutient, le régime iranien, et ont pris part à la répression de son alternative.

Au fait, pourquoi les gouvernements occidentaux face à Daech et l’extrémisme sous couvert de l’islam sont noyés dans la confusion ?
Pourquoi n’arrivent-il pas à comprendre comme il le faut la réalité de l’intégrisme islamiste avec ses dangers et ses profondes faiblesses ?
Parce qu’ils trempent jusqu’au cou dans la complaisance avec les intégristes.
Nous leurs disons de cesser la complaisance et de séparer leur front du foyer de l’intégrisme islamiste qu’est le régime iranien.

Le peuple iranien n’a jamais gardé le silence face à la dictature religieuse et cela fait plus de trente ans qu’une alternative démocratique s’est dressée contre la tyrannie. Une alternative dont l’axe centrale est un mouvement qui prône l’islam authentique et démocratique et qui insiste sur la séparation de la religion et de l’Etat. Une alternative puissante, porteuse du message de l’égalité des femmes dans tous les domaines, en particulier à la direction politique de la société.

Points de vue

 La solution à la crise en Syrie et au Moyen-Orient

Fin de la guerre en Syrie exige une politique ferme des Etats-Unis, de l’Europe et des pays de la région. C’est la demande des peuples de la région...[Lire la suite]   

  Les femmes

 

Exprimant la conviction et l'engagement dans le principe de la séparation de la religion et de l'État, que le Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) a officiellement.....[Lire la suite] 

  Contre l’intégrisme

L’émergence de l’intégrisme islamiste est due à divers facteurs, comme les conditions sociales, historiques et internationales. Les grands événements du 20e siècle ont aussi ...[Lire la suite]

 

Abolition de la peine de mort

 

Les violations des droits humains se sont développées dans tous les domaines et visent l’ensemble de la population en Iran. Des défenseurs des droits humains, aux femmes, aux jeunes et aux enseignants. Mais pourquoi quand les prisonniers politiques en Iran.... [Lire la suite]

PROGRAMME POUR L'IRAN DE DEMAIN

 

1- A nos yeux, le vote du peuple est le seul critère de légitimité et c’est pour cela que nous voulons une république fondée sur le suffrage universel. 2- Nous voulons un système pluraliste, avec la liberté de partis.... [Lire la suite]

Maryam Radjavi

 

Présidente-élue du Conseil national de la Résistance Iranienne

[En savoir plus]

Choisir la langue : فارسی | العربية | English

Suivez-nous

Archive du site

Derniers Tweets