14 Mai2019

Discours de Maryam Radjavi à l’occasion du mois sacré de Ramadan

Catégories // Discours et événements de Maryam Radjavi

Discours de Maryam Radjavi à l’occasion du mois sacré de Ramadan

L’essence de l’islam est la liberté contre toutes formes de contrainte, d’oppression et d’exploitation (Avec les Moudjahidine du peuple à Achraf 3 en Albanie)

  

J’éprouve une grande joie et je rends grâce à Dieu de me trouver au bout de 17 ans enfin ici à vos côtés, dans ce rassemblement, pour cette rupture de jeûne du mois sacré de Ramadan. Je l’ai tant espéré tout au long de ces années et voilà que ce vœu se réalise.

Je le prendrai comme un signe de bon augure. Si Dieu le veut, ce sera l’année de la réalisation de tous les vœux et de tous les souhaits, les miens, les vôtres et ceux du peuple d’Iran.

Mes chères sœurs et chers frères,
Chers compatriotes,

Je vous adresse à toutes et à tous mes meilleurs vœux en ce mois de Ramadan, le mois de celles et ceux qui pratiquent la piété et qui se dressent pour la libération des êtres humains et de la communauté humaine.

En cette occasion, je prie et forme des vœux pour les peuples de nos pays voisins, tous les peuples du Moyen-Orient et les musulmans du monde, pour qu’ils soient délivrés de l’extrémisme et de l’intégrisme religieux, ainsi que de la guerre et du terrorisme émanant de la dictature religieuse en Iran.

Les Iraniens ont entamé le mois de Ramadan alors qu’ils sont en proie depuis plusieurs semaines à la souffrance et la détresse causées par des inondations destructrices. Je prie pour nos compatriotes opprimés et sinistrés, pour notre nation sous la botte de l’occupant et pour notre pays qui brûle dans le feu de l’oppression, la misère et la destruction à cause du régime des mollahs.

Prions pour qu’avec la grâce de Dieu et les efforts du peuple courageux, de sa jeunesse, des unités de résistance et la grande armée de la liberté, le peuple iranien puisse parvenir à la liberté, la justice et la fraternité, ainsi qu’au progrès économique et social durable.

Nous sommes au mois de Ramadan.
شَهْرُ رَمَضَانَ الَّذِيَ أُنزِلَ فِيهِ الْقُرْآنُ هُدًى لِّلنَّاسِ وَبَيِّنَاتٍ مِّنَ الْهُدَى وَالْفُرْقَانِ

« C’est au mois de Ramadan qu’a été envoyé le Coran pour guider l’humanité avec des signes clairs d’orientation et de distinction (entre le bien et le mal) » (Sourate Baqara, verset 185), distinction entre l’islam et la déviance et l’extrémisme, entre la liberté et la contrainte.

Ramadan est le mois de la piété libératrice durant lequel l’être humain démontre sa capacité à contrôler ses instincts les plus élémentaires. C’est un mois pour montrer qu’on a le pouvoir de surmonter les éléments qui épuisent les forces proprement humaines. Ce sont des efforts et un combat pour maitriser les besoins incontrôlables et pour libérer les capacités humaines de ces contraintes qui les enchainent.

Il est vrai que la plus grande preuve de piété de notre temps, c’est de réussir à se détacher de sa propre vie, de sa famille, de ses biens et à choisir en échange les pressions, les privations et d’être la cible des campagnes de calomnies d’un régime démagogique, dans le but d’éliminer le pire ennemi de l’Iran et de l’islam, à savoir la dictature religieuse.

Est-ce que la piété ce n’est pas justement de maitriser les facteurs causant des préjudices et des destructions ? Par conséquent, lutter contre un régime facteur de destructions, d’arriération, d’oppression et de pauvreté en Iran, est la plus grande des piétés.

Ramadan est un mois de solidarité entre les gens pour rapprocher les cœurs dans des rites et traditions communes et pour s’aimer les uns les autres de manière à ne plus laisser cours aux divisions, à la haine et à la malveillance propagées par les mollahs.

Ramadan est un mois pour se rappeler le sort des affamés et des pauvres, le sort des sinistrés des inondations et des séismes sous le régime des mollahs, ceux qui ont perdu leur logement et leur abri, ceux qui vendent leur rein sous le coup de l’extrême pauvreté, les ouvriers et les chômeurs qui n’ont pas de quoi nourrir leurs enfants. Maudits soient les marchands de religion et les pillards au pouvoir qui ont vidé les tables de la plupart des Iraniens en ce mois de Ramadan pour les remplir de dénuement et de peine.

Ramadan est le mois de l’Imam Ali (gendre du Prophète et premier Imam des chiites), le guide des adeptes de la piété, qui a recommandé aux générations futures d’être l’ennemi des oppresseurs et l’ami des opprimés. Il a dit que Dieu avait reçu le serment de toutes les consciences éveillées et d’avant-garde de ne pas se taire devant les ventres repus des oppresseurs et les ventres affamés des opprimés.

Ramadan c’est aussi le mois du décès de Sainte Khadija la Grande, épouse du Prophète de l’islam. Elle a été la première à croire au Prophète Mohammad et a joué un rôle incomparable pour l’assister et soutenir l’islam. Sainte Khadija reste pour l’éternité un modèle pour les femmes émancipées et d’avant-garde à travers tous les siècles. Néanmoins, avec le temps, la rouille qui s’est déposée sur l’islam authentique a oblitéré la véritable essence de la religion et des enseignements de Mohammad, et bien peu a été dit de la véritable place de Sainte Khadija.

Ramadan est aussi le mois des Nuits du Destin et de la renaissance. Le mois des consciences, le mois où est glorifié la capacité de l’être humain à prendre son destin en main et à écrire sa propre histoire.

Un mois où l’humanité approfondit sa connaissance des valeurs piétinées ou occultées par les oppresseurs et extrémistes religieux au pouvoir.

C’est le mois où les êtres humains se dressent pour créer du progrès.

Et à la fin du mois de Ramadan, on arrive à l’Aïd Al-Fitr, fête qui symbolise le fait que l’humanité enchainée parviendra avec certitude à se libérer et à s’émanciper.

Que la miséricorde et la grâce de Dieu fassent aboutir la lutte et les souffrances du peuple d’Iran à la fête de Fitr, la fête de la liberté !

En ce qui concerne l’Iran actuel, c’est-à-dire l’Iran sous la dictature religieuse, comme durant toutes les années de leur régime, les mollahs vont passer ce mois à fouetter et à réprimer. Ils vont encore imposer la contrainte sous le prétexte de la religion pour couvrir leur tyrannie, leur injustice et leur pillage.

L’Imam Ali avait décrit la justice comme une méthode générale de gouvernance (1). A l’opposé, Khomeiny et Khamenei ont fait de l’oppression, du despotisme et du pillage une méthode de pouvoir. Le corps des pasdaran criminel a accaparé une vaste partie de l’économie iranienne et le monde connait l’immense fortune de Khamenei.

Sa fortune s’est faite sur la souffrance et le sang des enfants déshérités et de millions de familles qui s’endorment chaque soir tenaillés par la faim. Comme le dit le Coran, maudits soient ceux qui tuent les messagers de Dieu, et qui assassinent ceux qui se lèvent en quête de justice et d’égalité. (2)

Mais ni les richesses qu’ils ont volées, ni leurs mercenaires corrompus et sanguinaires ne pourront sauver ce régime décadent.

Cela fait des années que le régime des mollahs a perdu son pouvoir de tromperie sous le couvert de l’islam. A présent il perd aussi à grande vitesse sa capacité de préserver son pouvoir en Iran et à l’étranger. Le temps de la politique de l’exportation du terrorisme et de l’intégrisme au nom de l’islam, pour couvrir les faiblesses fondamentales du régime, touche à sa fin. Le corps des gardiens de la révolution, colonne vertébrale du régime, a été inscrit dans la liste des organisations terroristes des Etats-Unis. Avec la montée des sanctions et en particulier l’embargo total sur le pétrole, les mollahs ne pourront plus dilapider les richesses du peuple iranien dans la répression ou dans la guerre et les massacres au Moyen-Orient.

C’est vrai qu’ils sont les plus grands assassins du peuple iranien et les plus grands voleurs de l’histoire de l’Iran qui gouvernent sous le couvert de l’islam. Comme le dit le Coran, ils sont أَلَدُّ الْخِصَام, les pires ennemis de Dieu, de Sa religion et de Son peuple.

Regardez les événements récents dans le domaine nucléaire ! Le projet anti-patriotique de quête de l’arme nucléaire qui était l’autre pilier de la stratégie de survie du régime, a échoué grâce à la détermination des Moudjahidine du peuple et s’est transformé en bourbier pour le régime dans lequel il s’enfonce chaque jour davantage.

Rohani avait dit avoir rêvé de 50 000 centrifugeuses pour l’année 2003, pour faire du fascisme religieux une puissance nucléaire. Mais dix ans plus tard, il a été forcé de qualifier l’accord nucléaire de la plus grande victoire du régime afin de couvrir ses échecs. 

Il voulait jouer sur les divergences internes du gouvernement américain, mais il a fini par rapprocher l’Europe des Etats-Unis contre le régime.

Oui, 40 années de lutte incessante des Moudjahidine du peuple (OMPI) et de la Résistance iranienne, sous la direction de Massoud Radjavi, et en payant un lourd tribut, ont désamorcé les armes puissantes religieuses, politiques, militaires et historiques de ce régime, les unes après les autres. En un mot, le régime des mollahs n’a plus la capacité de se maintenir en vie.

Oui, ce régime cruel ne tiendra pas face au soulèvement du peuple d’Iran, de ses unités de résistance et de sa grande armée de la liberté et il sera renversé.

Chers sœurs et frères,

Un exemple authentique de ceux qui pratiquent la piété et observent le jeûne, sont les Moudjahidine du peuple qui se sont insurgés contre les obstacles à la libération de l’être humain et contre les assassins et les usurpateurs de la liberté et de la souveraineté populaire. Ils ont brandi le drapeau d’un islam émancipateur face aux intégristes réactionnaires.

Les Moudjahidine du peuple croient dans l’islam. Les mollahs au pouvoir se prévalent aussi de l’islam mais depuis 40 ans ils s’en servent comme d’un instrument de torture et de persécution d’un peuple enchainé.

L’islam est-il vraiment ce que prétendent les mollahs ?

Absolument pas. Ce n’est pas l’islam, c’est de l’oppression, de la répression et de la réaction à l’état pur sous le couvert de l’islam. A l’opposé, comme l’a annoncé dès les premiers jours [après la révolution de 1979] Massoud Radjavi, l’islam auquel croient les Moudjahidine du peuple, enseigne la voie de la liberté et de l’émancipation. Il n’y a pas le moindre rapport ni point commun entre ces deux interprétations.

Dans les premiers jours qui sont suivi la révolution, Massoud Radjavi a mis en avant ces contradictions entre l’islam authentique et celui des réactionnaires, entre l’unicité et ce qui combat l’unicité, dans ses cours magistraux extraordinaires de philosophie comparée en 1980.

Des cours qui ont reçu un accueil sans précédent de la jeunesse, provoquant la frayeur et l’hostilité du régime. Aussi Khomeiny a-t-il réagi par un coup d’Etat culturel en fermant les universités.

La compréhension et la pratique des partisans de ces deux versions de l’islam sont en opposition dans tous les domaines.

Mais les différences les plus fondamentales entre ces deux visions, portent sur la liberté, la place de l’être humain et l’égalité des femmes et des hommes. Ces questions sont si déterminantes qu’elles sont à la source de deux doctrines et structures de croyances opposées. Deux conceptions et deux manières différentes d’assigner des valeurs morales et deux voies partant dans des directions totalement opposées.

Dans la vision réactionnaire, la distinction de genre est le critère déterminant entre les êtres humains, alors que dans la vision révolutionnaire et libératrice, le critère fondamental est l’être humain (sans distinction de genre).

Le premier prend en considération les caractéristiques physiques et ce que l’on a hérité de son milieu familial et de sa couche sociale, tandis que le second donne de l’importance aux choix de l’individu et à son orientation politique, sociale et idéologique.

La conception réactionnaire débouche sur l’hypocrisie et la dissimulation de la vérité, mais la conception unicitaire appelle à la franchise et à la sincérité.

La première se concentre sur les faiblesses et les erreurs des individus, la seconde sur les changements dans la personne et ses capacités dans le domaine de l’avancée et la libération de l’humanité et des relations humaines.

La vision réactionnaire fait de l’être humain des acteurs passifs, alors que la vision émancipatrice voit dans les êtres humains une force déterminante capable d’exercer une influence sur leur environnement. Pour la première, la plus haute valeur est la piété individuelle, tandis que pour la vision unicitaire, la plus haute valeur c’est la sincérité et l’harmonie avec la communauté (dans laquelle on vit).

Oui, en opposition diamétrale aux conceptions réactionnaires des mollahs, l’esprit et l’essence de nombreuses sourates du Coran, appellent à la liberté et à l’émancipation de l’humanité.

Le Coran dit que la piété est le critère le plus important pour évaluer les personnes et rejette la coercition et l’obligation en religion. Il dit « لااکراه فی‌الدین» il n’y a pas de contrainte en religion. La religion signifie la liberté. La religion c’est la liberté d’expression. La religion c’est écouter, raisonner et consulter (3).

Il y a des années de cela, Massoud Radjavi avait traité de manière approfondie ces deux interprétations de l’islam totalement opposées (4). Il avait dit : « c’est exactement là que se trace la ligne de démarcation entre la pensée révolutionnaire et la pensée réactionnaire, entre les Moudjahidine du peuple et Khomeiny. Les uns ont pour message la miséricorde, le pardon et l’émancipation. Le message de l’autre est la malveillance, la corruption, la cruauté et la violence.
« D’un côté la force réactionnaire la plus épouvantable de l’histoire de l’Iran qui s’appuie sur la démagogie en abusant du nom de l’islam. De l’autre côté les Moudjahidine du peuple. Comme il est singulier que la plus haute contradiction et un océan de sang les séparent et ce d’une manière qui dépasse la simple incongruité.
« L’un s’appuie sur l’ignorance et la contrainte et l’autre sur la liberté et le libre arbitre.
C’est cette guerre entre ces deux interprétations de l’islam qui déterminera le sort du peuple iranien et de l’histoire de l’Iran. C’est l’un des liens les plus significatifs dans le progrès permanent de l’humanité contemporaine. »

Sur la base de cette conception, les Moudjahidine du peuple se sont insurgés pour parvenir à la liberté et la souveraineté populaire et c’est une bataille qui garantit la victoire de la liberté sur la dictature religieuse pour l’Iran de demain.

A l’occasion du mois de Ramadan, j’estime qu’il est nécessaire de souligner à nouveau que
- Nous rejetons la religion obligatoire et la contrainte en religion.
- La dictature religieuse et la charia des mollahs sont opposés à l’islam et à l’enseignement libérateur du Prophète Mohammad.
- Nous insistons sur la séparation de la religion et de l’Etat dans l’Iran libre de demain.
- A nos yeux, l’essence de l’islam est la liberté, la liberté contre toutes formes de contrainte, d’oppression et d’exploitation.
- Nous prônons l’islam authentique, à savoir l’islam tolérant et démocratique, un islam défenseur de la souveraineté populaire et de l’égalité des femmes et des hommes.
- Nous rejetons la discrimination religieuse et défendons les droits des adeptes des autres cultes et religions.
- Notre islam prône la fraternité entre toutes les religions. Les guerres de religion et la discorde entre chiites et sunnites est le fruit véreux de la dictature religieuse, qui lui sont essentielles pour préserver son pouvoir anti-islamique et inhumain.
- Oui, notre Dieu est celui de la liberté. Notre prophète est celui de la miséricorde et de la libération. Et notre islam est la religion de la liberté de choix.

Nous implorons Dieu de nous aider à réaliser nos objectifs dans cette voie.
Seigneur, protecteur des opprimés et de ceux qui n’ont pas de voix, Toi qui est le refuge des opprimés, Dieu des insurgés et des Moudjahidine du peuple qui suivent Ton chemin, ce soir nous nous tournons vers Toi.

Seigneur, rapproche le jour où notre peuple enchainé retrouvera sa liberté !

L’Iran tout entier retentit des lamentations des sinistrés des inondations qui ont tout perdu et des cris du peuple lacéré par le fouet de l’oppression, de la misère et du dénuement.

Toi qui entends leurs cris monter jusqu’au ciel, sauve notre peuple dépouillé et déshérité !

Seigneur, comble nos compatriotes des bienfaits de la liberté, de l’égalité et de la souveraineté populaire !

Seigneur, toi qui fais advenir les bouleversements, la révolution et la liberté, aide le peuple d’Iran et son armée de la liberté à renverser la dictature religieuse !

Seigneur, apporte ton soutien et ta protection aux unités de résistance et aux Conseils populaire qui luttent et déploient leurs efforts dans tout l’Iran !

Seigneur, les marchands de religion au pouvoir ont anéanti toutes les ressources humaines et matérielles de l’Iran. Khamenei et ses mollahs ont pillé les richesses et les biens de l’Iran pour vivre comme des princes ou les dilapider dans la répression, la guerre et le terrorisme.
Ils ont plongé notre peuple dans la faim et la pauvreté et beaucoup vivent dans une misère noire !

Sauve le peuple d’Iran de la répression, de la dévastation et de l’injustice de ce régime sauvage !

Seigneur, donne aux prisonniers politiques sous la torture et persécutés dans les geôles de la tyrannie religieuse, encore plus la force de résister !

Sauve de l’affliction, de la terreur et de l’exode, les peuples de la région qui sont la cible du terrorisme, de la guerre et du sectarisme de ce régime !

Seigneur, les Moudjahidine du peuple se sont insurgés contre la force réactionnaire la plus abominable de l’histoire de l’Iran et sont déterminés à la déraciner. Donne-leur la force de se maintenir dans leurs positions et leurs principes idéologiques et dans leur fidélité à leurs serments !

Seigneur, apporte ton aide aux Moudjahidine du peuple dans leur formidable combat contre les concepts réactionnaires et oppressifs ; ils sont devenus, depuis trente ans, des critères de piété dans leur révolution interne. Eux qui ont fait du combat idéologique une bataille de tous les instants, aide-les à traverser cette épreuve la tête haute !

Seigneur donne-leur la victoire et aide-les dans ce combat qui essentiel à leur combat contre la tyrannie religieuse et la précondition à son renversement !

Seigneur, renforce leur foi et la solidité de leur organisation !

Seigneur, nous Te remercions pour avoir guidé notre résistance et lui avoir montré la voie dans les jours les plus sombres et les plus difficiles.

Nous Te remercions d’avoir comblé les membres de cette résistance de la grâce du sacrifice et de la persévérance. Et nous Te remercions de nous avoir comblé de la grâce d’être guidés.
Tu es notre espoir, notre refuge et notre guide !

Garde Massoud, le dirigeant de la Résistance iranienne, sous Ta puissante protection !
Apporte-lui Ton aide et la victoire, lui qui a ouvert les yeux et le cœur de cette génération à l’islam authentique ! Préserve-le du mal et de la malveillance ! Et donne aux Iraniens le bonheur de le revoir, car c’est lui qui peut sauver le peuple iranien de ces grandes calamités et de ces fléaux et qui peut lui montrer la voie de la liberté, de la délivrance et de la souveraineté populaire.
رَّبَّنَا إِنَّنَا سَمِعْنَا مُنَادِيًا يُنَادِي لِلإِيمَانِ أَنْ آمِنُواْ بِرَبِّكُمْ فَآمَنَّا رَبَّنَا فَاغْفِرْ لَنَا ذُنُوبَنَا وَ كَفِّرْ عَنَّا سَيِّئَاتِنَا وَ تَوَفَّنَا مَعَ الأبْرَارِ {آل عمران/193}
« Seigneur, nous avons entendu l’appel de celui qui a appelé à la foi en disant « Croyez en votre Seigneur ! » et dès lors nous avons cru. Seigneur, pardonne-nous nos péchés, efface de nous nos méfaits et place-nous, à notre mort, avec les justes. » (Sourate Al-Imran, verset 193)
ربَّنَا اغْفِرْ لَنَا ذُنُوبَنَا وَ إِسْرَافَنَا فِي أَمْرِنَا وَ ثَبِّتْ أَقْدَامَنَا وَ انصُرْنَا عَلَى الْقَوْمِ الْكَافِرِينَ
« Seigneur, pardonne-nous nos péchés et nos transgressions dans notre devoir et affermis nos pas, aide nous contre ceux qui résistent à la Foi ! » (Sourate Al-Imran, verset 147)

ان‌الله و ملائكته يصلون علي‌النبي يا ايهالذين آمنوا صلوا عليه وسلموا تسليما
« Dieu et ses anges envoient leurs bénédictions sur le Prophète. O vous qui croyez, envoyez votre bénédiction sur lui et saluez-le avec respect ! » (Sourate Ahzab, verset 56)

----


1- وَالْعَدْلُ سَائِسٌ عَامٌّ
2- إِنَّ الَّذِينَ يَكْفُرُونَ بِآيَاتِ اللّهِ وَيَقْتُلُونَ النَّبِيِّينَ بِغَيْرِ حَقٍّ وَيَقْتُلُونَ الِّذِينَ يَأْمُرُونَ بِالْقِسْطِ مِنَ النَّاسِ فَبَشِّرْهُم بِعَذَابٍ أَلِيمٍ {آل عمران/21}
Ceux qui ne croient pas aux signes de Dieux tuent sans droit les prophètes et tuent les gens qui commandent la justice, annonce-leur un châtiment douloureux.
3- وَجَادِلْهُم بِالَّتِي هِيَ أَحْسَنُ»(نحل ـ۱۲۵)، « الَّذِينَ يَسْتَمِعُونَ الْقَوْلَ فَيَتَّبِعُونَ أَحْسَنَهُ»(زمر ـ۱۸)، « قُلْ هَاتُواْ بُرْهَانَكُمْ (بقره ـ۱۱۱)، «وشاورهم في الامر» (آل‌عمران ۱۵۹)
« Consulte-les à propos des affaires », Sourate Al-Imran, verset 159
« Ceux qui prêtent l’oreille à la parole puis suivent ce qu’elle contient de meilleur », sourate Zumar, verset 18
« Discute avec eux de la meilleur façon », sourate Nahl, verset 125
4- « Deux versions totalement opposées de l’islam », 1997

Maryam Radjavi

 

Présidente-élue du Conseil national de la Résistance Iranienne

[En savoir plus]

Choisir la langue : فارسی | العربية | English

Suivez-nous

Archive du site

Derniers Tweets