19 Déc 2012

Discours à la Casa America de Madrid

Catégories // Activités // Discours et événements

Discours à la Casa America de Madrid

Je suis ravie de me trouver parmi vous. Je salue le grand peuple espagnol au nom du peuple iranien et de sa résistance.

L’Histoire nous rappelle régulièrement la nation espagnole avec respect pour son lourd tribut à la démocratie et au progrès. C’est pourquoi, on peut discerner des points communs entre nos deux peuples.

Notre peuple lutte depuis trente ans contre un pouvoir fasciste et religieux et plus de 120.000 de ses enfants ont perdu la vie dans ce combat. Heureusement en Espagne,
les parlementaires, les personnalités et les organisations de défense des droits humains ont apporté un large soutien au peuple iranien, spécialement aux militants de l’organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (Ompi) dans les camps d’Achraf et de Liberty.

A leur tête se trouve le Dr Alejo Vidal-Quadras, Vice-président du Parlement européen. Aux yeux du peuple iranien, il est un symbole digne de respect de la solidarité entre les deux peuples. L’histoire de la résistance pour la liberté du peuple iranien continuera à tenir Alejo Vidal-Quadras en haute estime. Dans les jours les plus noirs, il a élevé l’étendard de la défense d’Achraf, de la liberté et de la démocratie en Iran face à la politique de complaisance.

La solidarité entre nos peuples est aussi représentée par le Dr Juan Garcés, éminent juriste des droits humains, qui a remporté de grandes victoires comme avocat des Achrafiens.

Je dois aussi remercier les sénateurs Chiquillo et Sanodo, le député Xucla et les autres parlementaires espagnols que j’ai rencontrés durant cette visite. Je voudrais leur exprimer ma gratitude pour leurs efforts et leur soutien à la Résistance iranienne.

J’aimerais aussi citer les institutions espagnoles de défense des droits humains qui ont été à l’avant-garde de la défense d’Achraf : la Fédération des associations actives de défense et de promotion des droits humains en Espagne, l’Association espagnole des Nations Unies, l’Association espagnole des droits humains, l’Association de défense de la liberté de culte, le Comité espagnol d’aide aux réfugiés, l’Institut catalan des droits humains, la Ligue espagnole des droits de l’homme, l’Institut des études politiques d’Amérique latine et d’Afrique, l’Association Justice et Paix, le Mouvement pour la paix, le désarmement et la liberté, le Mouvement pour la paix et le bien-être, l’Organisation Numéro Un du Monde, le Centre de l’Unesco au pays basque, la Plateforme des femmes artistes contre la violence sexuelle et la Société espagnole des droits humains. Je les salue tous.

Chers Amis,
Cette conférence se tient alors que le peuple espagnol souffre des conséquences de la crise économique. Nous partageons ses inquiétudes et la peine qu’il endure.

En même temps, je voudrais aussi vous parler du grand malheur qui s’abat sur le monde aujourd’hui, à savoir la menace intégriste venant du régime de Téhéran.

Ces derniers mois, le face à face de deux fronts antagonistes a culminé sur la question de l’Iran et de son avenir. D’un côté le régime du guide suprême et tous ceux qui profitent de sa survie. De l’autre côté, le peuple iranien et sa Résistance qui sont déterminés à renverser cette tyrannie. Ils sont rejoints par tous ceux qui considèrent que la démocratie, la paix et la tranquillité dans la région et dans le monde dépendent du changement en Iran.

Au niveau régional, cette confrontation se poursuit avec une puissante ingérence du régime iranien pour sauver le régime syrien sur le point de s’effondrer. Au niveau international, on retrouve cette confrontation dans la course effrénée des mollahs aux armes atomiques.

Mais plus qu’ailleurs, ce conflit transparait entre la dictature et le peuple iranien. D’une part, une société débordant de mécontentement au fort potentiel de soulèvement. D’autre part, un régime affaibli qui ne s’appuie que sur les exécutions et la torture.

Au mois de janvier 2012, Amnesty International rapportait que des milliers de personnes en Iran attendaient d’être exécutées. C’est une estimation basée sur la réalité. Les mollahs ajustent le degré de la répression avec le levier des exécutions. Ces pendaisons ont souvent lieu sous prétexte de trafic de drogue. Mais il est clair, à nos yeux, qu’une multitude de victimes sont de jeunes protestataires et des prisonniers politiques.

De plus, la torture et le viol des prisonniers font aussi partie de cette politique. La mort de Sattar Beheshti sous la torture le mois dernier qui a bouleversé le monde, est un exemple des supplices incessants qui sèment la mort dans les prisons.

L’été dernier, les mollahs ont même arrêté les jeunes volontaires qui avaient volé au secours des victimes du séisme en Azerbaïdjan. Ils redoutaient que cet effort collectif ne se transforme en un vaste mouvement contre le pouvoir.

La dernière résolution du 3eme Comité de l’Assemblée générale de l’ONU démontre clairement que ce régime bafoue tous les aspects des droits humains en Iran.

Une autre partie importante de la confrontation entre le régime du guide suprême et le peuple iranien sont les intrigues et les pressions exercées contre les défenseurs de la liberté aux camps d’Achraf et de Liberty. Sur ordre de Téhéran, le gouvernement fantoche des mollahs en Irak a transformé le camp où ils vivent en prison. Le groupe de travail de l’ONU sur les arrestations arbitraires a déclaré récemment dans son 2e rapport que les conditions à Liberty sont semblables à celles d’un centre de détention, en violation de la Déclaration universelle des droits de l’homme et contraire au Pacte international des droits civils et politiques.

Les mollahs continuent de croire qu’ils peuvent assurer la survie de leur pouvoir en détruisant l’opposition. Mais c’est une stratégie qui a échoué. C’est pourquoi il faut étendre partout le mouvement pour faire tomber ce régime.

Avec sa radiation de la liste américaine du terrorisme, la Résistance iranienne a porté un sérieux coup au pouvoir des mollahs sur le plan international. Cette offensive doit être étendue sur tous les fronts.

Discours à la Casa America de Madrid

Chers Amis,

Je souhaite m’adresser à ceux qui, perdus dans la confusion ou par manque de sagesse, ou sous le coup de leur volonté d’échapper au lourd tribut de s’opposer à ce régime, cherchent à négocier avec lui. Je leur dirai une fois de plus : Si vous pouvez forcer ce régime à reculer d’un pas dans la torture et les exécutions, ne perdez pas une minute. Si vous pouvez contraindre le régime du guide suprême à renoncer au bellicisme, au terrorisme et à son funeste programme nucléaire, ne perdez pas de temps. Négociez ! Mais vous n’avez pas le droit de marchander sur la moindre parcelle des droits du peuple iranien.

Nous leur disons donc que si vous ne voulez pas d’un régime intégriste doté de la bombe atomique, il n’y a qu’une voie et une seule : Alignez-vous sur la volonté du peuple iranien de renverser ce régime.

La société iranienne est comme un volcan de mécontentement prêt à entrer en éruption. Mais ces protestations ne mèneront pas à elles seules au renversement du régime. Elles ont besoin d’être organisées et dirigées. C’est ce à quoi s’est préparé le mouvement de résistance.

La Résistance a puisé à trois sources la capacité et la compétence nécessaires pour concrétiser le désir pressant du peuple iranien de renverser ce régime :
Le premier facteur est le soutien dont la Résistance bénéficie au sein du peuple iranien.
Le second facteur est la force et la ténacité de la Résistance. Sa persévérance durant trente décennies de répression cruelle n’a été possible que sur la base de cette force.
Et le troisième facteur est son programme démocratique qui contient les principales lignes d’un avenir pour lequel nous nous battons :
– L’instauration d’une république
– La séparation de la religion et de l’Etat
– L’égalité des sexes avec une participation active des femmes à la direction politique
– Le pluralisme
– Une société basée sur les droits humains et en particulier l’abolition de la peine de mort et le rejet de toutes les lois de la charia des mollahs
– L’égalité des chances sur le plan économique
– La coopération et l’amitié avec tous les pays
– Et un Iran non-nucléaire.

Je résume : nous cherchons à instaurer la liberté, la démocratie et l’égalité. Mais il ne s’agit pas simplement de mots sur le papier. Ce sont des principes que nous avons mis en avant durant trente années de lutte sanglante et douloureuse. Ce sont des principes reconnus et partagés par la majorité écrasante du peuple iranien. Ce recueil contient les noms de 20.000 membres de l’OMPI exécutés.

Chers Amis,

L’expérience de la Syrie montre que l’absence d’une alternative et d’un mouvement organisés et préparés se traduit par de grandes souffrances et beaucoup de sang versé. Heureusement, cette alternative existe en Iran. La plus grande erreur de l’Occident sur l’Iran et toute la région a été d’ignorer les droits de l’homme en Iran et d’essayer de d’exclure le mouvement qui possède la clé du changement.

Donc, je demande aux pays occidentaux :
1- Subordonnez vos relations politiques avec ce régime à l’arrêt des exécutions et de la torture.
2- Renvoyez le bilan des droits humains du régime iranien devant le Conseil de Sécurité de l’ONU.
3- Assurez la protection des résidents d’Achraf et de Liberty et demandez à l’ONU de déclarer Liberty comme camp de refugiés.
4- Interdisez à ce régime l’emploi des missiles et des avions de chasse.
5- Appliquez la résolution du Conseil de Sécurité interdisant les exportations d’armes par ce régime.
6- Reconnaissez la Résistance et le combat du peuple iranien pour un changement de régime et écartez tous les obstacles de son chemin.

On attend du gouvernement espagnol qu’il prenne l’initiative d’une nouvelle politique vis-à-vis de l’Iran au niveau de l’UE. Une politique qui défende les droits humains du peuple iranien et qui respecte sa volonté de changer de régime.

Je remercie tous les députés et sénateurs espagnols et tous les défenseurs de la liberté de ce pays qui nous soutiennent dans cette lutte acharnée.

La semaine prochaine, le monde célèbrera la naissance de Jésus Christ. Je salue ce grand Prophète et la Vierge Marie et je souhaite un joyeux Noël au peuple espagnol. Je lui demande de prier pour la liberté du peuple iranien.

 

Maryam Radjavi

Maryam Rajavi

Présidente-élue du Conseil
national de la Résistance
Iranienne

En savoir plus

Derniers Tweets