Choisir la langue : فارسی | العربية | English
Mar 142020

Le coronavirus fait plus de 4500 morts dans 175 villes d’Iran

Categories // Communiqués

Le coronavirus fait plus de 4500 morts dans 175 villes d’Iran

Mme Radjavi : Ne pas libérer les prisonniers est un grand crime contre l'humanité dont Khamenei est responsable, le monde doit intervenir

L'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK) a annoncé dans l’après-midi du 14 mars que le nombre de victimes du coronavirus dans 175 villes d'Iran s'élève à plus de 4 500. Le nombre de victimes à Qom est d'au moins 700 et à Téhéran d'au moins 650, et dans les provinces de Guilan 577, de Mazandaran 350, d’Ispahan 450, de Khorassan-Razavi 427, de Khouzistan 144, du Kurdistan 151, de Lorestan 138, de Qazvine 121, de Yazd 62, du Sistan-Balouchistan 48 et de Kerman 32.

Tandis que la crise du coronavirus s'aggrave, les luttes intestines au sein du régime s'intensifient. Alors qu'Ali Khamenei (le guide suprême) a chargé le général Mohammad Bagheri, chef de l'état-major des forces armées, de former un « centre de commandement sanitaire », une centaine de députés du régime ont écrit une lettre à Hassan Rohani pour lui demander de convoquer des réunions quotidiennes du « comité de lutte contre le coronavirus ». Rohani avait proposé de convoquer cette réunion uniquement le samedi. Dans l'intervalle, Mohsen Rezaï, secrétaire du Conseil de discernement du régime, a écrit sur son site internet : « Rohani qui était fier de l'accord passé avec l'Iran (JCPOA), est toujours en deuil après la mort de l'accord au point d'avoir été très passif dans toutes les autres affaires publiques, et c'est toujours le cas. »

D'autre part, une multitude d’informations venant de sources de l’OMPI à l'intérieur de l'Iran indiquent que la situation des médecins, des infirmières et du personnel médical est devenue alarmante. La plupart sont privés de vêtements et d'équipements de protection de base. Le nombre de personnels médicaux qui ont perdu la vie à cause du coronavirus, en particulier au Guilan et au Mazandaran, ne cesse d’augmenter. L'aide fournie par l'OMS et d'autres pays a fini dans les entrepôts des pasdarans et a été allouée à des hôpitaux spéciaux des pasdarans. Une partie de cette aide est vendue au marché noir à des prix exorbitants.

Mme Maryam Radjavi, présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), a appelé l'OMS à superviser directement le personnel médical iranien et à faire directement des rapports de la situation au Secrétaire général et au Conseil de sécurité de l’ONU.

Mme Radjavi a également évoqué le sort des prisonniers, en particulier des prisonniers politiques, vu l'épidémie de coronavirus dans les prisons, rappelant que le refus de libérer les détenus dans ces circonstances est un crime majeur contre l'humanité, dont Khamenei et d'autres dirigeants du régime sont directement responsables. Elle a appelé le Conseil de sécurité des Nations unies, le Secrétaire général, la Haut-Commissaire et le Conseil des droits de l'homme de l’ONU, ainsi que l'Union européenne et ses États membres, à prendre des mesures urgentes pour sauver la vie des prisonniers. Une intervention internationale est plus importante que jamais pour empêcher une catastrophe humanitaire, a-t-elle déclaré.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI)
Le 14 mars 2020

Maryam Radjavi

 

Présidente-élue du Conseil national de la Résistance Iranienne

[En savoir plus]

Choisir la langue : فارسی | العربية | English

Suivez-nous

 

Derniers Tweets