Choisir la langue : فارسی | العربية | English
Mar 172020

Iran: le nombre de décès dus au coronavirus atteint 5 950 personnes dans 194 villes

Categories // Communiqués

Iran: le nombre de décès dus au coronavirus atteint 5 950 personnes dans 194 villes

Mme Radjavi appelle les jeunes, les conseils populaires à soutenir et à aider les patients

exhorte le Conseil de sécurité des Nations unies à intervenir d'urgence pour obtenir la libération des prisonniers, en particulier dans la prison de Fachafouyeh

L’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI) a annoncé, mardi après-midi, 17 mars, que le bilan des décès dus au coronavirus avait atteint 5 950 dans 194 villes des 31 provinces iraniennes. Le nombre de victimes dans les provinces d'Ispahan, Guilan, Khorasan Razavi et Fars respectivement est de 600, 733, 501 et 152. La situation dans les provinces de Hamadan, Markazi et Yazd empire avec 129, 115 et 120 morts respectivement. Les noms de 100 victimes à Aran et Bidgol dans la province d'Ispahan ont été obtenus par les unités de résistance.

Malgré les spectacles et les mensonges organisés par le régime des mollahs lors de la visite de la délégation de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) en Iran, le Dr Richard Brennan, directeur des urgences pour la région de la Méditerranée orientale de l'organisation, a déclaré à son retour d'Iran : les cas officiellement signalés ne représentent qu'un cinquième de leur nombre réel. "

Dans le même temps, le régime anti-humain des mollahs a intensifié sa censure et ses mesures répressives pour empêcher la diffusion des informations sur le fléau du coronavirus. Hier, le commandant de la police d’Ispahan a annoncé le dépôt de 60 dossiers pour ceux qui ont diffusé de « fausses nouvelles », déclarant : "Les personnes qui ont diffusé les fausses nouvelles à cet égard ont été identifiées par la cyber police d’Ispahan."

Le 14 mars, le chef de la police de Téhéran, Rahimi, a annoncé l'arrestation de 27 personnes pour avoir répandu des rumeurs sur les nouvelles du Coronavirus dans le cyberespace. Le 10 mars, Ali Muzzafari, chef de la magistrature de Qom, a déclaré : "Toutes les nouvelles, interviews et reportages qui sont de la fausse propagande ... seront traités légalement". Le 5 mars, Kayhan, porte-parole de Khamenei, a déclaré que ceux qui envoyaient de faux rapports devaient être accusés de « corruption sur terre » et condamnés à mort. "En surveillant le cyberespace, 262 affaires pénales ont été identifiées, dont 69 ont conduit à des arrestations, etc. Pour 101 affaires, des dossiers judiciaires ont été déposés et sont en cours de traitement", selon un porte-parole des forces de répression le 4 mars.

Dans un autre développement, les habitants d’Ispahan sont de plus en plus furieux de l’incapacité du régime à fournir les soins de santé minimum et de la mauvaise gestion de la crise. La plupart des responsables du régime à Ispahan ont quitté la ville par crainte du virus ou se sont enfermés chez eux. Le bureau du gouverneur et le gouvernorat de la ville sont partiellement fermés.

La situation à Téhéran s’aggrave de jour en jour. Certains jours, 30 000 personnes se rendent dans les hôpitaux avec un nombre important de personnes infectées par le virus. Les installations des hôpitaux ne répondent en aucun cas à autant de patients. De nombreux morts ont été enterrés à Téhéran, Qom et Golestan en tant que victimes d’une grippe.

L’Associated Press a cité un chercheur de l’Université industrielle de Sharif en Iran parlant de l’effondrement du système de santé iranien et de la possibilité de millions de morts si des installations médicales ne sont pas mises à la disposition des victimes.

Présentant ses condoléances au peuple iranien, en particulier à ceux d'Aran, de Bidgol, de Yazd, d'Arak et de Hamadan, Mme Maryam Radjavi, présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), a de nouveau appelé les conseils des jeunes et les conseils populaires pour soutenir et aider les personnes infectées par le virus. Elle a exhorté les jeunes courageux à prendre l'initiative en mettant en œuvre des mesures d'hygiène à travers le pays et à se précipiter pour sauver les gens du Coronavirus et des mollahs au pouvoir, qu'elle a décrits comme le vrai virus.

Mme Radjavi a de nouveau appelé l'ONU et le Conseil de sécurité à intervenir d'urgence pour obtenir la libération des prisonniers, en particulier à la prison de Fashafouyeh, où les prisonniers politiques sont en grève de la faim. Les prisonniers disent que nous mourons car plusieurs détenus sont déjà morts à cause du coronavirus.

Secrétariat du Conseil national de la résistance d'Iran
Le 17 mars 2020

Maryam Radjavi

 

Présidente-élue du Conseil national de la Résistance Iranienne

[En savoir plus]

Choisir la langue : فارسی | العربية | English

Suivez-nous

 

Derniers Tweets