• Accueil / Activités / Maryam Radjavi avec des élus et des amis français de la Résistance iranienne
07 Mai 2017

Maryam Radjavi avec des élus et des amis français de la Résistance iranienne

Catégories // Activités // Discours et événements

Maryam Radjavi avec des élus et des amis français de la Résistance iranienne

Mesdames et Messieurs les élus
Mesdames et Messieurs les présidents d’associations
Chers Amis,

Aujourd’hui l’hiver et les ténèbres sont derrière nous. Nous sommes entrés dans le printemps de la Résistance, la saison qui prépare l’arrivée des fruits de nos efforts et nos souffrances.

Nous avons en face de nous un ennemi affaibli bloqué dans des impasses terribles. Le boom économique promis par le gouvernement Rohani après l’accord nucléaire n’est pas au rendez-vous. Le peuple n’a pas bénéficié des accords économiques et l’argent récupéré après l’accord est allé aux factions du pouvoir, y compris les gardiens de la révolution. Résultat : la majorité des Iraniens sont encore plus pauvres, le chômage frappe les femmes et les jeunes, des familles entières sont ruinées, pendant que les autorités détournent des sommes immenses.

Chaque jour un scandale éclate qui démontre la profondeur de la corruption. Il y a chaque jour des manifestations et des grèves dans ce pays. Le régime redoute de plus en plus une révolte des ventres vides.

Cette crainte se renforce avec la période de la mascarade électorale de la présidentielle très dangereuse pour le régime.

les Français vont aller voter pour élire leur président de la République dans un processus démocratique. Nous espérons que l’élection se fera dans la paix et la sécurité. Mais en Iran c’est une farce qui se passe sans liberté et sans justice. Seules les personnes qui croient dans la pratique et dans leur cœur dans le régime du guide suprême peuvent être candidats. 1600 personnes se sont présentées et seulement 6 ont été confirmées, les autres éliminées.

Les principaux candidats sont Hassan Rohani, le président sortant des mollahs avec ce bilan économique et social catastrophique et plus de 3000 exécutions qui ne laissent aucune illusion sur sa modération.

L’autre candidat est le mollah Ebrahim Raïssi, un membre actif et cruel de la « commission de la mort » pendant le massacre des prisonniers politiques de 1988. En 1988 et 1989, quand Khomeiny voulait réprimer cruellement une province, il envoyait Raïssi, pour appliquer la peine de mort, en prétendant que c’était le commandement de Dieu. Khamenei a nommé Raïssi aux plus hautes fonctions judiciaires. Il l’a aussi nommé Gardien de la Fondation Astan-Qods-Razavi, l’organe politique et économique le plus puissant du régime. Pendant la révolte de 2009, Raïssi voulait condamner à mort tous les manifestants qui avaient lancé même une pierre, en les accusant de guerre contre Dieu.

Tout ceci démontre clairement la faillite politique du régime du Guide suprême qui n’a rien d’autre à offrir qu’un charlatan aux mains tachées de sang, ou un bourreau.

Tous les candidats doivent passer par le filtre et la censure du conseil des gardiens qui choisit les fidèles du régime.

Ceux qui en Occident, croient qu’il y a une différence entre ces candidats se trompent. Le peuple iranien ne veut ni turban blanc, ni turban noir, ni un bourreau, ni un charlatan. Il veut une seule chose : le renversement de ce régime. Il y a une campagne importante en Iran avec pour slogan « Ni charlatan, ni bourreau, je vote pour le renversement », qui dit le véritable choix de la quasi-totalité du peuple iranien.

C’est un régime qui n’a pas seulement été néfaste pour l’Iran. Rohani vient d’apporter son soutien à Bachar Assad, au lendemain de la terrible attaque chimique contre la population. Nous savons que des parties énormes des revenus du pays servent à financer la guerre en Syrie, en Irak et au Yémen. Jusque-là la politique de complaisance de l’Occident, en particulier des Etats unis, a permis l’ingérence du régime des mollahs dans ces pays qui a aggravé la situation.

La France a dit que si après l’attaque chimique en 2013 par Bachar Assad, les Etats-Unis avaient réagi, l’histoire de la Syrie aurait pris un autre chemin. Nous savons qu’Obama a changé de décision à cause de l’offre du régime de Téhéran de trouver un compromis pour sauver Bachar Assad et négocier sur le nucléaire. La France a raison d’appeler à plus de lucidité sur la nature du régime syrien et ses soutiens, notamment l’Iran des mollahs.

le régime des mollahs est la cause principale de la guerre, du terrorisme et de la crise dans la région et que le changement de régime en Iran est non seulement nécessaire pour mettre fin aux violations des droits de l’homme en Iran, mais aussi pour mettre fin à la guerre et la crise dans la région et rétablir la paix et la tranquillité.

Sans ce retard de quatre ans pour riposter aux attaques chimiques, comment les pasdaran auraient pu développer leurs opérations de guerre en Syrie ?

On peut rattraper le temps perdu en mettant les gardiens de la révolution sur les listes des organisations terroristes et en forçant le régime des mollahs à retirer ses troupes et ses milices de Syrie, d’Irak et du Yémen.

Pendant une période on a dû se battre pour retirer l’OMPI des listes noires. Aujourd’hui dans la phase offensive du printemps de la Résistance, on va se battre pour que le bras armé du terrorisme et de l’extrémisme du régime soit placé sur les listes noires. Nous allons aussi appeler le monde à reconnaitre le droit du peuple iranien à rejeter ce régime dans sa totalité et à ne pas empêcher l’instauration de la liberté et de la démocratie en Iran.

Ce jour est plus proche que jamais. Dans cette campagne majeure, le soutien et l’amitié de chacun d’entre vous sont précieux.

Merci pour tout ce que vous avez fait et encore une fois je vous souhaite une année pleine de santé et de réussite.

Maryam Radjavi

Maryam Rajavi

Présidente-élue du Conseil
national de la Résistance
Iranienne

En savoir plus

Derniers Tweets