• Accueil / Activités / Maryam Radjavi : le temps est venu pour un changement démocratique en Iran
26 Juin 2010

Maryam Radjavi : le temps est venu pour un changement démocratique en Iran

Catégories // Activités // Discours et événements

Maryam Radjavi : le temps est venu pour un changement démocratique en Iran

CNRI – « soulèvement marque la victoire de la voie dont Achraf est le porte-drapeau.

Le porte-drapeau de la voie du renversement du régime du guide suprême et de l’instauration de la liberté, de l’égalité et de la fraternité », a déclaré Maryam Radjavi, le 26 juin à Taverny devant des dizaines de milliers d’Iraniens venus des quatre coins du monde.

Ce rassemblement gigantesque a été l’occasion à de nombreuses délégations de parlementaires, de remettre à Maryam Radjavi les déclarations de soutien de majorité de membres de 23 pays du monde, soit plus de 3500 élus. Parmi les orateurs de la journée figuraient José Maria Aznar, ancien premier ministre espagnol, l’ambassadeur John Bolton, ancien sous-secrétaire d’Etat américain, et le Vice-président du Parlement européen.

Voici l’intervention de Maryam Radjavi :

Au nom de Dieu
Au nom du peuple insurgé d’Iran
Au nom des martyrs de cette nation,
depuis les étoiles du 20 juin 1981 qui restent un exemple éternel de sacrifice, et les prisonniers politiques massacrés en 1988 jusqu’aux étoiles du soulèvement actuel,
et au nom de la révolution démocratique du peuple iranien dont le chant de la victoire nous parvient.

Je vous salue à tous, et je salue ce magnifique rassemblement, en ce jour glorieux où nous célébrons la naissance de l’Imam Ali, gendre du Prophète de l’Islam, qui annonçait la libération des êtres et qui est la source de tous les possibles.

De votre part, de la part de mes compatriotes et des Moudjahidine de la liberté à Achraf, j’adresse mes salutations les plus chaleureuses aux insurgés en Iran. Je salue la jeunesse libre et intrépide à travers tout le pays, ces filles et ces garçons qui avec leur révolte, ont une fois de plus illuminé l’Iran.

Votre soulèvement marque la victoire de la voie dont Achraf est le porte-drapeau. Le porte-drapeau de la voie du renversement du régime du guide suprême et de l’instauration de la liberté, de l’égalité et de la fraternité…

Votre soulèvement exprime avec limpidité tout ce qui ne doit plus exister à travers le slogan « A bas le principe du guide suprême », c’est-à-dire la fin de la servitude religieuse, la fin du temps de la dictature !

Dans son soulèvement, le peuple iranien déclare :
– non au fascisme en turban !
– non à la lapidation, aux exécutions, aux amputations !
– non au voile obligatoire, à la religion obligatoire, au gouvernement imposé !
Partez, quittez la terre d’Iran !

Les mollahs au pouvoir ont usurpé le plus grand droit de la nation iranienne, le droit à la souveraineté. Nous voulons restaurer le droit à la souveraineté du peuple d’Iran, nous voulons que le peuple iranien dispose de son vote, nous voulons des élections libres.

Depuis l’an dernier, Khamenei a tout fait pour mobiliser les forces répressives. Il a concentré les organes de sécurité dans une seule organisation de renseignement, il a créé une nouvelle organisation de la milice du Bassidj et rouvert le camp de la mort de Kahrizak, avec toutes ses tortures et ses horreurs.

Cependant, vos manifestations et vos protestations jour et nuit (sur les toits), au cours de 15 insurrections, ont fait mordre 15 fois la poussière au guide suprême.

Quelle révolte grandiose vous avez menée le 27 décembre pour la cérémonie de l’Achoura, où vous vous êtes emparés de rues au cœur de la capitale ! Et le jour n’est pas loin où vous vous emparerez de l’ensemble de Téhéran.

Votre soulèvement a démontré que la génération qui est descendue dans la rue pour la liberté, ne retournera pas dans ses foyers.

Il y a sept ans, dans la rafle du 17 juin à Auvers-sur-Oise, Sedigheh Mojaveri et Neda Hassani, comme Siavoch, ce héros de légende perse, ont été confrontées aux flammes de la conspiration. Dans les moments où leur perte m’était insupportable, je me disais : ces martyrs, ces sacrifices vont raviver l’esprit de la lutte dans l’ensemble de l’Iran et lui feront atteindre de nouveaux sommets. J’étais persuadée que ces héros d’avant-garde feraient se lever des colonnes sans fin de filles et de garçons intrépides.

Regardez maintenant la génération de Neda, martyre du soulèvement de 2009 ! Kianouch Assa et Amir Archad, Taraneh Moussavi et Fatemeh Rajabpour. Regardez Sohrab A’arabi et Achkan Sohrabit, Maryam Soudbar et Sorour Boroumand ! Regardez les tempêtes qu’ils ont soulevées. Alors nous disons aux mollahs qu’ils sont finis. Comme le disait un poète persan, nous, nous venons d’un autre printemps, nous venons d’une autre lignée. Nous serons le commencement, là où vous finirez.

Achraf : richesse et condensé de 30 années de lutte pour la liberté

Dans l’année qui s’est écoulée, la société iranienne s’est exprimée pour dire ceci dans le langage le plus clair : Voici venu le temps du changement ! Il faut mettre fin à la totalité du régime qui a ravagé et dévasté l’Iran et il faut un mouvement organisé pour mener le navire de la liberté dans la mer démontée du soulèvement et du renversement jusqu’aux rivages de la démocratie.

C’est là où les yeux se tournent vers l’arche et le fabuleux trésor du peuple iranien : Achraf !

Oui, vers Achraf, vers vous les Moudjahidine de la liberté. Vous êtes la richesse et le condensé de trente années de lutte pour la liberté. Vous incarnez la voie à suivre, vous êtes les randonneurs de la liberté de l’Iran. Vous êtes la source d’inspiration de la génération insurgée.

Tous les regards se tournent vers vous, car dans la fureur et dans le sang, dans un déferlement de machinations et de terrorisme, dans un tourbillon de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité, vous avez maintenu l’étendard de l’honneur et de la liberté plus haut que jamais.

Vous qui depuis plus de sept ans, résistez dans une bataille périlleuse, sans répit, complexe et glorieuse. Une bataille brillante dans les annales des luttes de libération de l’époque contemporaine et qui reflète l’honneur et la fierté nationale des Iraniens.

Oui, c’est Achraf, ce rempart puissant que vous avez édifié contre la mainmise du guide suprême des mollahs sur le pays voisin. C’est pour cela que Khamenei considère Achraf comme la source de la destruction de son régime, et que 5,2 millions d’Irakiens et 3 millions de chiites de ce pays déclarent que vous êtes leurs alliés naturels dans la lutte contre l’occupation du régime iranien, le terrorisme et les divisions confessionnelles qu’il génère.

Les mollahs ont dit que leur destin se déterminait dans les rues de Bagdad, de Beyrouth ou de Gaza. Aussi, le jour où vous ferez échec à l’accord mutuel de répression d’Achraf entre Téhéran et Bagdad, et le jour où vous briserez le blocus qui enserre le camp, vous infligerez une défaite qui ouvrira certainement les portes du renversement de la dictature religieuse.

Nul ne peut nier que les Moudjahidine d’Achraf plongent leurs racines dans le cœur des Iraniens, au plus profond de la structure de la société iranienne et de son histoire depuis 45 ans.

C’est pourquoi le soulèvement a mis en avant les slogans que vous lancez depuis trente ans. C’est la terrible réalité que les mollahs ont vu et entendu dans l’insurrection du peuple iranien.

Aussi nous leur disons : Vous pouvez arrêter et torturer notre peuple et notre jeunesse autant que vous le voulez, par groupes entiers à cause de leur soutien aux Moudjahidine, ou pour avoir vu Achraf ou pour leurs liens de parenté avec les Achrafiens !

Vous pouvez les condamner à mort, condamner à mort un père âgé de 70 ans et malade ! Vous pouvez condamner les amis, les partisans et même les familles des Achrafiens en tant que Mohareb ou ennemi de Dieu !

Vous pouvez crier autant que vous le voulez dans vos simulacres de procès que tant que les dirigeants des Moudjahidine existent, vous les considérez tous et même leurs sympathisants comme des Mohareb (ennemis de Dieu).

Mais si la lutte et le sacrifice pour la liberté du peuple iranien, relève à vos yeux de la guerre contre Dieu, alors oui, nous sommes tous des Mohareb et nous en sommes fiers. Nous sommes des femmes et des hommes de combat, et nous considérons que combattre les assassins du peuple iranien, c’est nous tenir aux côtés de notre peuple et nous sentir proche de notre Dieu.

Et c’est vous, les Moudjahidine d’Achraf, qui depuis plus de sept ans résistez à toute une série de complots, vous qui avez tenu bon face aux bombardements d’une violence inouïe à la demande des mollahs, face aux séries d’attentats, aux attaques, aux assassinats, aux enlèvements qui se sont succédés et face à un blocus inhumain.

La résistance pacifique dont vous avez fait preuve les 28 et 29 juillet 2009 a attiré l’attention du monde, lors de l’assaut sauvage à coups de balles et de haches contre des corps sans protection, et l’attaque des bulldozers et des blindés fonçant sur une foule sans armes et sans défense. D’un côté une cruauté sans limite et de l’autre une résistance sans fin.

Avec 11 martyrs, dont quatre décédés parce qu’on leur a refusé des soins, 130 personnes aux membres paralysés, 370 blessés dont plusieurs portent encore les traces des balles et plus de 1000 personnes contusionnées. Mais aussi 36 otages contre lesquels la représentation du guide suprême dans le gouvernement irakien a multiplié les recours contre leur libération.

Je vous salue Achrafiens, Moudjahidine de la liberté de l’Iran. Je salue le dirigeant de toute l’armée du soulèvement et de la liberté, qui a ouvert la voie de l’honneur et de la persévérance et qui en a formulé, tous les aspects doctrinaux, politiques, stratégiques et juridiques dans la plus grande fierté et dignité.

Je salue vos martyrs : Hanif et Siavoch, Mehrdad et Ali-Reza, Asghar et Amir, Fardine et Cha’aban, Mohammad-Reza, Hossein et Mehrdad. Oui c’est le prix payé pour élever le drapeau du changement en Iran.

C’est cela Achraf, le foyer de l’espoir, la source de la liberté, le tremplin vers l’avenir, incarnant toutes les richesses de la terre d’Iran, sur lesquelles la nation iranienne peut compter. Ce n’est pas une promesse illusoire, elle est là, elle est bien là, oui elle existe. Achraf est le bien de la liberté, la voie de la liberté et la garantie de la liberté.

A Khamenei qui a installé depuis cinq mois ses agents des services de renseignement à l’entrée d’Achraf, nous disons que nous voyons dans ce cirque infâme, les signes du siège et du renversement du système du guide suprême à Téhéran. C’est pourquoi nous disons aux mollahs et à leurs alliés qu’ils emporteront dans la tombe leur espoir de détruire Achraf.

Quant aux manigances du régime, je ferai aussi remarquer que selon le droit international, notamment l’article 45 de la IVe Convention de Genève, le gouvernement américain est tenu pour responsable des atteintes aux droits des résidents d’Achraf, même après le transfert de leur protection au gouvernement irakien.

Que ce soit sur la base du droit international, ou selon l’accord des forces américaines signé avec chacun des Achrafiens ou encore sur la base des principes moraux et humanitaires, il incombe aux Américains de garantir la protection des résidents d’Achraf. Nous appelons tous les Etats à encourager l’ONU à mandater une force pour assurer directement la protection d’Achraf.

Nous lançons un avertissement. Le peuple iranien et sa résistance considèrent que la responsabilité de toute attaque, de tout assaut et de tout sang versé à Achraf, retombe en plus du gouvernement irakien, sur le gouvernement américain et l’ONU.

Au nom de tous les défenseurs d’Achraf et de tous mes compatriotes, permettez-nous de jurer solennellement que lorsque la sécurité d’Achraf et de ses résidents est en danger, nous ne céderons pas un iota des droits juridiques et légitimes d’Achraf.

J’ai appris aujourd’hui la déclaration et les lettres de 480.000 habitants de la province de Diyala où est situé Achraf. Ils demandent la levée du blocus inhumain du camp et que l’ONU se charge de la protection des Achrafiens. Ils ont demandé aux forces américaines de garantir qu’il n’y aura ni violence et ni déplacement forcé. Ils ont aussi demandé au gouvernement irakien que conformément aux résolutions du Parlement européen, aux déclarations du Conseil de l’Europe et des majorités parlementaires de 20 pays du monde, de reconnaître le statut de réfugiés des Moudjahidine d’Achraf protégés par la IVe Convention de Genève.

Au nom du peuple iranien et de sa Résistance, j’adresse aux habitants et aux nobles tribus de Diyala mes remerciements les plus sincères. Vive les habitants courageux de Diyala !

L’échec cuisant du régime des mollahs en Irak

Au cours de l’année qui vient de s’écouler, les attaques et les complots du régime contre Achraf ont été multipliés par cent. Car Khamenei est persuadé que pour contenir le soulèvement et colmater la brèche au sommet du pouvoir, il lui faut d’abord éliminer Achraf. En Irak aussi, Khamenei a un besoin urgent d’anéantir Achraf, parce que les Moudjahidine dénoncent l’ingérence et les crimes de son régime dans ce pays et mènent l’appel à son éviction de ce territoire.

Il est clair que la répression en Iran et l’exportation du terrorisme et de l’intégrisme sont intrinsèques au régime des mollahs. Sans quoi, le titre autoproclamé de « guide suprême de tous les musulmans du monde » n’a plus de sens et le corps des gardiens de la révolution perd sa raison d’être. Reculer dans ce domaine à Bagdad signifie pour le régime, l’avènement de sa fin à Téhéran. C’est pourquoi combattre la domination du guide suprême en Irak revêt de l’importance aux yeux du mouvement du peuple iranien pour la liberté.

C’est pourquoi nous demandons : de quel droit le régime du guide suprême décide-t-il qui sera le Premier ministre en Irak ou de quel droit interdit-il au Dr. Iyad Alawi qui a été élu par le peuple irakien, de devenir Premier ministre ? Au fait qui se cache derrière le plan de son assassinat ? Et qui a exclu la candidature aux élections du Dr. Saleh Matlak, le secrétaire général du mouvement national irakien, et du Dr Zafar-al-Ani et de beaucoup d’autres candidats de la liste Al-Irakiya ?

N’était-ce pas Khamenei qui par le biais de son ambassadeur à Bagdad a donné à M. Saleh Matlak un message comme quoi s’il acceptait une seule fois de taxer les Moudjahidine de terroristes, toutes les portes lui seraient ouvertes ? Le crime du Dr Saleh Matlak c’est de dire que « le cirque que mènent en commun le régime iranien et le gouvernement irakien devant Achraf est une démarche ignoble pour légitimer le blocus honteux et les pressions inhumaines contre des résistants qui ont dédié leur vie à la liberté, à leurs principes et à leur idéal ».

L’éminent religieux chi’ite en Irak, M. Ayad Jamaledine, avait bien déclaré que « pour connaître les forces politiques irakiennes, j’ai un critère : toutes les forces qui cherchent à expulser l’OMPI d’Irak ont un contact organique avec le régime iranien. »

Fort heureusement, malgré toutes les conspirations et les menaces, les Irakiens dans les dernières élections, ont franchi une étape importante pour se débarrasser du régime de Téhéran et de ses bandes. En plein tourbillon d’attentats et de fraudes menés par les dirigeants de Téhéran, l’alternative irakienne est sortie vainqueur du scrutin. Certes, le nouveau gouvernement irakien ne s’est pas encore formé. Mais quoi qu’il en soit, la stratégie du régime en Irak a subi une lourde défaite. Saluons la détermination et la vigilance du peuple irakien qui a fait capoter les plans des mollahs pour dévorer ce pays.

Voici venu le temps d’évincer ce régime et d’en bloquer l’ingérence en Irak et en Afghanistan, à Gaza, au Liban et au Yémen et dans les autres pays de la région.

Regardez comment de Bassora au Kurdistan, les Irakiens manifestent contre l’ingérence de Téhéran.

Le peuple courageux d’Afghanistan, ces derniers mois, a lui aussi manifesté à plusieurs reprises contre le régime et protesté contre l’exécution des réfugiés afghans sans défense en Iran.

Saluons le peuple voisin et frère d’Afghanistan !

Un régime fragile encerclé par un peuple en colère

Au cours de l’année écoulée, Khamenei a échoué à contenir le soulèvement et à colmater la brèche au sommet du pouvoir. Il a peur d’éliminer la faction rivale et il est incapable de l’absorber. Parce que sur ces deux voies, le soulèvement du peuple iranien le guette pour le renverser. Notez que Khamenei n’est plus l’arbitre entre les factions du régime, et il n’est plus leur unificateur. En prenant la tête d’une bande rivale, il est tombé de son piédestal. Notez que même les alliés de Khamenei, l’ont abandonné. La crise du renversement a déchiré la faction dominante. Les défections et la passivité rongent le régime de l’intérieur, notamment les pasdaran et la milice du Bassidj. Pour la cérémonie de l’anniversaire de la mort de Khomeiny, les deux factions dans leur hostilité mutuelle ont sali autant qu’elles ont pu leur mentor. Ce jour-là Khamenei a menacé de mort ses rivaux et le lendemain ce sont eux qui l’ont comparé aux meurtriers du petit-fils du Prophète de l’Islam.

Alors je demande aux mollahs au pouvoir : Aujourd’hui quel chemin se présente à vous hormis celui du scorpion encerclé de flammes et qui se pique ? Dites-nous de quoi vous pouvez vous vanter excepté de détenir le record du monde des exécutions et d’avoir poussé la majorité du peuple iranien sous le seuil de la pauvreté ? Et dites-nous ce qui vous reste mis à part l’argent du pétrole et le corps des pasdaran ?

Regardez autour de vous, pire qu’une force d’occupation, vous êtes encerclés par le peuple opprimé d’Iran. Encerclés par la haine des mères, encerclés par les poings serrés des familles ravagées par l’oppression et l’injustice, encerclés par l’aversion de toutes les couches de la nation qui vous rejettent, vous rejettent et vous rejettent.

Permettez-moi d’évoquer ceux qui veulent conserver ce pouvoir en ruine, mais sous un vernis de réforme. Nous leur disons : vous brassez de l’air, cette fragile dictature est vouée à disparaître. Vous pouvez encore tenter de dissuader les jeunes d’appeler au renversement du système. Mais dans quelle religion se dresser contre la torture et le viol est un crime ? Et quelle religion ou croyance justifie la soumission et la capitulation à ce régime ?

Et pourquoi ne dites-vous pas clairement ce que vous avez à dire ? Ahmadinejad a dit que le ministère du Renseignement était un sanctuaire. Nous, nous disons que ce ministère doit disparaître. Et vous, qu’en dites-vous ? Khamenei a dit que le corps des pasdaran était un don du ciel. Nous, nous disons que cette force de répression doit être démantelée. Et vous, qu’en dites-vous ? Nous disons que l’institution corrompue du guide suprême doit être abolie à n’importe quel prix. Et vous, qu’en dites vous ?

Ne parlez pas autant de l’application sans faille de la constitution ! Regardez les prisons d’Evine et de Kahrizak ! Là, oui, on y applique la constitution à la lettre. Cessez de parler du potentiel non exploité de la constitution ! On vous rappelle qu’en 1988, c’est en utilisant ce potentiel de la constitution que Khomeiny a massacré 30.000 prisonniers politiques. Cessez de dire que Khamenei et la faction dominante sont sortis de la « ligne de l’imam (Khomeiny) ». Khamenei est aujourd’hui le brouillon infirme de Khomeiny, avec la même férocité et la même cruauté.

Vous avez renoncé à dénoncer l’illégitimité du gouvernement d’Ahmadinejad. Vous avez sanctifié Khomeiny ce bourreau et vous avez versé des larmes pour sa guerre antipatriotique de huit ans contre l’Irak. Dites-nous pourquoi vous vous accrochez à un régime qui coule ? Si vous voulez plaire au guide suprême, sachez que comme l’an dernier, il ne vous accordera aucune autre concession que celle de demander votre repentir et vos regrets.

Cependant, il vous reste encore des occasions à saisir. Joignez-vous aux revendications et aux slogans des insurgés. En ce qui nous concerne, critiquez autant qu’il vous plaira les Moudjahidine et la Résistance iranienne, mais reconnaissez le droit à la souveraineté populaire et rejetez le régime du guide suprême dans sa totalité. C’est dans votre intérêt et vous nous trouverez à vos côtés.

Dans son message du 27 avril 2010, Massoud Radjavi a de nouveau appelé « la faction dominante à respecter les droits, les parts et les demandes de MM. Moussavi et Karoubi dans le cadre de ce régime » et a souligné « leur nécessaire protection et sécurité au sein de ce régime »

Sortir de l’impasse de la politique de complaisance

Grâce au soulèvement et à la persévérance d’Achraf, le guide suprême n’arrive même plus à supporter la complaisance. Le quatrième train de sanctions du Conseil de Sécurité de l’ONU ne laisse plus beaucoup de marge de manœuvre à cette politique.

Nous disons aux gouvernements occidentaux :
Durant des années, vous avez mené en vain des négociations avec ce régime, vous lui avez fait gagner du temps pour compléter son projet d’armes atomiques, vous avez aidé les agents des pasdaran à prendre le pouvoir en Irak, vous avez mis l’OMPI sur la liste terroriste, vous avez trahi la résistance du peuple iranien et vous en avez fait bénéficier les mollahs. Mais pour finir vous vous retrouvez dans une impasse.

Nous demandons au gouvernement américain si en échange de la remise des armes de chacun des résidents d’Achraf, il n’a pas signé un accord pour assurer leur protection ? Pourquoi vous soustraire à votre responsabilité de protéger les Achrafiens ? Pourquoi devant le peuple iranien et les consciences éveillées du monde, reniez-vous ouvertement vos engagements ?

Et nous demandons au gouvernement français : Est-ce que rendre un terroriste et meurtrier impitoyable au régime des mollahs est un acte légal ? Ou comme l’a dit la presse en France, cela revient non pas à se coucher, mais à s’allonger devant les mollahs ?

Nous vous disons que désormais, c’est la fin de cette voie. Comme vous avez pu le constater, ce régime aux abois est incapable de la moindre flexibilité. Il vous faut donc revenir de toutes les voies que vous avez suivies par erreur. C’est pourquoi, à nos yeux, la nouvelle résolution du Conseil de Sécurité et les sanctions adoptées séparément par les Etats-Unis et l’UE sont nécessaires mais restent insuffisantes. Cependant nous insistons pour qu’elles soient appliquées sans délai.

Toutefois ce que demande le peuple iranien dépasse de loin tout ceci, car les Iraniens veulent que ce régime s’en aille. Nous voulons que tous les contrats d’achat de pétrole et de gaz cessent immédiatement. Quand le pétrole finance les prisons d’Evine et de Kahrizak, pour les Iraniens, il vaut mieux qu’il reste dans les puits. Il vaut mieux que les ressources gazières de l’Iran restent inexploitées, plutôt que de financer les pasdaran.

Nous voulons que Khamenei, Ahmadinejad et les autres responsables de ce régime comparaissent devant un tribunal international pour un grand génocide en 1988, le massacre de 30.000 prisonniers politiques de l’OMPI et d’autres combattants.

Nous voulons aussi que toutes les restrictions imposées par la politique de complaisance contre la Résistance iranienne en Europe et aux Etats-Unis soient levées.

Il est temps de clore le dossier judiciaire honteux et sans fondement, ouvert depuis neuf ans en France contre la Résistance iranienne.

Il est temps de mettre un terme à l’inscription honteuse de l’OMPI sur la liste terroriste du Département d’Etat américain. C’est à vous de reconnaître le droit du peuple iranien et de sa Résistance à un changement de régime, de reconnaître le Conseil national de la résistance iranienne, de renier ce régime, ses représentants, ses porte-parole, ses partisans et ses agents.

Soutien de 23 majorités de parlement dans le monde

Aujourd’hui, des majorités de membres de 23 assemblées et sénats, et de plus de 3500 parlementaires de 44 pays rendent publiques leurs déclarations en défense d’Achraf et du soulèvement du peuple iranien.

2172 maires de France se sont aussi levés en soutien aux droits des Achrafiens et du soulèvement populaire et leur démarche est un atout pour le peuple iranien qui ne l’oubliera pas.

Dans ces déclarations, les représentants de plus d’un milliard de citoyens du monde soutiennent la liberté et la démocratie en Iran.

C’est en nous appuyant sur ces soutiens que nous pouvons dire :
Nous connaissons l’Europe et les Etats-Unis à travers l’honneur et l’humanité des personnalités qui apportent leur assistance à la résistance pour la liberté. Les amis des jours des plus sombres. Des personnalités comme Mme Danielle Mitterrand, Mme Anissa Boumediene, Mme Nariman Roussan, le Dr. Vidal Quadras, Lord Corbett, MM. Struan Stevenson, Paulo Casaca, Alain Vivien et Sid Ahmed Ghozali qui incarnent la défense de la démocratie dans le monde aujourd’hui. Et je veux rendre hommages à mes sœurs et mes frères des pays arabes et musulmans qui ont porté la fraternité à des sommets dans la défense des droits de cette résistance.

Permettez-moi ici de m’adresser brièvement en français à nos amis étrangers :

Mesdames et messieurs, Chers amis,
Monsieur le maire de Taverny, Maurice Boscavert,
Monsieur le maire d’Auvers, Jean-Pierre Béquet,
Chers parlementaires du monde entier et chers habitants et élus du Val d’Oise et de la ville de Taverny. Merci de votre présence. Je suis très heureuse de me trouver parmi vous aujourd’hui.

Le soutien d’une majorité de parlementaires de 20 pays et de plus de 3500 parlementaires dans le monde, au peuple iranien et à la cité d’Achraf, est un encouragement politique sans précédent. Vous envoyez au peuple iranien un message de soutien à sa lutte pour la liberté et la démocratie. C’est un message fort pour la jeunesse iranienne, les familles des Achrafiens et les manifestants emprisonnés et torturés pour dire que vous êtes des amis fidèles et déterminés dans le combat contre le fascisme religieux.

Le peuple iranien a montré qu’il va continuer sa résistance jusqu’au renversement de la dictature. Il résiste, comme la France et les pays européens ont résisté à Hitler. Votre soutien et votre présence montrent que les peuples du monde sont avec le peuple iranien pour la liberté, au contraire de certains gouvernements occidentaux.

Nous avons annoncé plusieurs fois que la seule solution à la crise iranienne est la Troisième Voie, c’est-à-dire ni la guerre, ni la complaisance, mais un changement démocratique par le peuple iranien et sa Résistance. Aujourd’hui vous avez démontré, amis de la résistance, que vous avez choisi la bonne politique. Il est temps à présent que les gouvernements occidentaux respectent vos demandes.

Je salue les vrais démocrates à travers Mmes Anissa Boumediene et Nariman Roussan, et MM Azam Al-Ahmed, Sid Ahmed Ghozali et Teissir Al-Tamimi, Mamdouh Al-Abadi, Saleh Matlak et Zafar Al-Ani ; nos amis européens et américains comme M. Vidal-Quadras, Vice-président du Parlement européen, Lord Robin Corbet, M. Bob Filner, Monsieur Alain Vivien, M. Carlo Ciccioli, M. Jean-Pierre Michel, M. Jean-Pierre Brard, M. Jean-Pierre Béquet, M. Maurice Boscavert, M. François Colcombet, M. Morten Hoglund, M. Hans-Joseph Scharf, M. Lund, Mme Raymonde Folco, Monsieur Hans De Haan et M.Mouloud Aounit et M. Pierre Bercis.

Malheureusement, je ne peux pas tous les citer. Je rends hommage à tous les parlementaires et aux personnalités qui ont soutenu la Résistance partout dans le monde. Oui, Toutes vos actions sont efficaces dans la lutte contre la dictature religieuse. Elles ont fait reculer le régime dans tous les domaines. Vous avez montré que ceux qui veulent la paix et la sécurité dans le monde doivent être aux côtés du peuple iranien et de sa Résistance et contre le régime des mollahs, car ce régime est une menace pour la paix et la sécurité internationale. Vous avez montré que la solidarité et la générosité sont efficaces. Et votre soutien encourage constamment le peuple iranien et les résidents d’Achraf. Vous représentez les valeurs authentiques de liberté, d’égalité et de fraternité, qui sont les valeurs de la France et d’autres pays. Oui, la liberté viendra et vos noms seront gravés à jamais dans l’histoire de l’Iran. Une fois de plus je vous remercie à tous.

Permettez-moi à présent de continuer en persan.

Hommage aux martyrs et aux prisonniers politiques

Il est certain que le régime du guide suprême sera renversé. Les indicateurs de cette réalité n’apparaissent pas seulement dans sa décadence. Les signes marquants sont dans la détermination de vos enfants courageux face à la tyrannie. Ceux qui, à l’instar d’Achraf, résistent à n’importe quel prix. Ceux qui dans la nuit de l’oppression, allument la flamme du soulèvement et se tiennent droit, sans crainte, au pied de la potence.

Nous sommes avec vous, prisonniers d’Evine et de Gohardacht qui défiez les mollahs en criant que vous n’avez pas peur de la mort. Nous sommes avec vous les 27 prisonniers politiques condamnés à mort. Nous sommes avec vous, jeunes filles qui montrez, dans les simulacres de procès, vos mains aux ongles arrachés par les bourreaux de Khamenei. Vous les jeunes filles qui dénoncez avec fermeté les tortures ignobles dans les prisons et qui au lieu de vous replier sur vous-même, préférez dénoncer les agents du régime. Nous sommes avec vous, étudiants, ouvriers, enseignants jetés en prison à cause de protestations légitimes.
Nous saluons chacun d’entre vous à Evine et Gohardacht, Sanandaj et Adelabad et les autres prisons où vous faites preuve de persévérance.

Et nous saluons les enfants du Kurdistan, Farzad, Chirine, Ali et Farhad et tous les autres prisonniers politiques qui ont été pendus ces derniers mois dans divers points du pays.

Nous saluons les martyrs, les Peshmergas et le peuple du Kurdistan d’Iran. Ils ont bien vu, comme l’organisation de lutte du peuple du Kurdistan d’Iran – Khebat – que la réforme au sein du régime du guide suprême n’est qu’une illusion. Ils persévèreront dans leur lutte jusqu’au renversement de la tyrannie et rejettent toute négociation avec elle.

Je dois ici rappeler les nobles pères et mères dont la douleur vient aviver la motivation du peuple. Je voudrais évoquer une de ces mères, véritable symbole inoubliable. Ma sœur, Forough Hassani, mère de Neda Hassani notre martyre, qui jusqu’au dernier jour de sa vie a défendu l’idéal de sa fille sans le moindre répit. Aujourd’hui je vois Forough dans les centaines de mères courageuses qui se rassemblent devant les centres de torture et les simulacres de procès et qui condamnent chaque jour Khamenei et son régime. Je vous salue à toutes.

Appel aux amis de la Résistance iranienne

Et pour terminer je me tourne vers vous, vous les militants et les amis de la Résistance.

Vous qui en défense d’Achraf avez mené 72 jours de grève de la faim, vous les Iraniens exilés loin du pays qui avez gardé vivace et puissante cette résistance.

Vous qui tout au long de l’année écoulée, avez mené des milliers d’actions et de manifestations aux quatre coins du monde en défense des Achrafiens et du soulèvement et qui avez dressé le monde contre les mollahs.

Vous avez chacun d’entre vous, dans la quête de la liberté en Iran, une lourde responsabilité.

Quand vous partirez d’ici et que vous rejoindrez votre lieu de vie et de travail en Europe et aux Etats-Unis, au Canada et en Australie, organisez la campagne pour la victoire du soulèvement et la défense d’Achraf ! Obligez les gouvernements à changer leur politique en faveur du peuple iranien ! Et croyez-le, c’est vous qui changerez la politique du monde vis-à-vis de l’Iran.

Aussi, une fois de plus, renouvelez votre engagement vis-à-vis de vous-même et de votre peuple. Et montrez que vous êtes prêts, fermes et déterminés, sur la base de votre serment, à libérer votre peuple

L’Iran de demain

Le Conseil national de la Résistance iranienne m’a confié une immense responsabilité, je dirai même une responsabilité écrasante. C’est pourquoi il me faut moi-même, en premier, renouveler mon engagement.

En ce moment, certes, j’ai à l’esprit la douleur des mères et les souffrances de tout le peuple d’Iran, en particulier des femmes, et les espoirs d’une génération exterminée par Khomeiny et ses successeurs.

Face à vous, et devant le peuple iranien, je renouvelle mon serment,
– de faire revivre tout le sang versé pour la liberté,
– d’édifier une nouvelle société fondée sur la liberté, l’égalité, la démocratie, le respect des droits humains et la séparation de la religion et de l’Etat
– une société fondée sur l’égalité des femmes et des hommes, où les femmes participeront à part égale et active à la direction politique,
– un Iran où les compatriotes kurdes, baloutches, arabes et tous ceux qui sont victimes d’une double oppression obtiendront leurs droits et leur liberté à l’égal des autres.
– un pays où les jeunes, sans craindre d’être réprimés ni censurés, pourront développer leurs talents et leur créativité et jouer un rôle honorable dans la gestion des affaires du pays.
– Un Iran non nucléaire, voulant la paix et la coexistence pacifique avec ses voisins et des relations diplomatiques avec tous les pays du monde.

Je prie le Seigneur de me rendre digne de cet avenir brillant, jusqu’au bout, jusqu’à mon dernier souffle !

Dans ce combat sans répit, je n’ai d’autre secours que la grâce de Dieu, la direction de Massoud (Radjavi), et votre compassion et votre soutien à tous. Or avoir tout cela, c’est tout avoir.

Quelle force peut-elle être plus efficace que votre amour et votre affection, vos larmes et vos vœux ? Et quelle puissance peut surpasser votre solidarité sincère ? C’est donc avec votre soutien que nous nous lançons en avant. C’est un appel général au rassemblement autour de la flamme et du drapeau du renversement du régime, c’est-à-dire Achraf la tenace, pour libérer le peuple iranien.

Il s’agit à coup sûr de cette volonté qui a placé devant nous ce grand objectif, et qui nous apporte la force de nous lancer à sa conquête.

Cette même volonté et cette détermination qui ont protégé Achraf dans les conditions les plus difficiles, et cette force qui a enflammé le soulèvement dans les ténèbres qui recouvrent l’Iran, réussiront à instaurer la liberté et la démocratie.

Je crois de tout mon cœur et de toute mon âme dans cet avenir glorieux et je lui dédie ma vie pour qu’il se réalise.
Je n’ai rien qui me retienne ni m’entrave dans la quête de tout ce qui revient au peuple iranien. Et tout lui reviendra.

Vive la liberté
Vive le peuple iranien

Maryam Radjavi : le temps est venu pour un changement démocratique en Iran

Maryam Radjavi

Maryam Rajavi

Présidente-élue du Conseil
national de la Résistance
Iranienne

En savoir plus

Derniers Tweets