11 Déc 2016

Message de Maryam Radjavi à la conférence au sénat des Etats-Unis, le 8 décembre 2016

Catégories // Activités // Discours et événements

Message de Maryam Radjavi à la conférence au sénat des Etats-Unis, le 8 décembre 2016

Le 8 décembre à Washington des sénateurs de premier plan et d’anciens responsables de la sécurité nationale des Etats-Unis se sont retrouvés lors d’un briefing dans la salle Kennedy du Sénat.

Tout en condamnant les graves violations des droits humains en Iran et l’ingérence du régime des mollahs, ces personnalités ont mis en avant la nécessité d’adopter une politique de fermeté contre la dictature des mollahs.
Intitulée « la nouvelle administration américaine et les options politiques face au régime en Iran », la conférence était organisée par des associations d’irano-américains. Elle a accueilli à la tribune le sénateur républicain John McCain, président de la commission des forces armées, le sénateur démocrate Robert Menendez, membre de la commission des Affaires étrangères, l’ancien sénateur Joseph Lieberman, le premier secrétaire à la sécurité intérieure et ex-gouverneur de la Pennsylvanie Tom Ridge, l’ambassadeur Mitchell Reiss qui a été directeur politique au Département d’Etat.
La conférence accueillait également des membres de missions diplomatiques basées à Washington et des représentants de la presse américaine et internationale.
Maryam Radjavi avait envoyé un message vidéo, dans lequel elle a déclaré :

Chers amis,

A la veille de Noël, qui va célébrer la naissance de Jésus-Christ messager de la paix et de la solidarité, je souhaite santé et prospérité à tous ceux qui participent à la rencontre d’aujourd’hui.

Tout d’abord, permettez-moi de remercier chaleureusement les sénateurs et personnalités distinguées qui ont soutenu la cause et la lutte du peuple iranien pour la liberté, la démocratie et l’État de droit.

Je voudrais également remercier sincèrement les élus du peuple américain pour leur soutien aux combattants de la liberté d’Achraf et de Liberty et pour les avoir protégés du danger et déplacés en Europe.

L’expérience de 37 ans du régime destructeur et meurtrier des mollahs dans mon pays a montré qu’aucun degré de concessions politiques et économiques, accordées aux dépens du peuple iranien, n’a conduit à un changement de comportement ou de politique du régime à l’intérieur comme à l’extérieur de l’Iran.

Bien au contraire, la situation s’est aggravée sous tous ses aspects. Pendant la présidence dite «modérée» de Rohani, plus de 2 600 personnes ont été exécutées. Selon les Nations Unies, cela représente le plus grand nombre d’exécutions au cours des 25 dernières années.
Afin de créer une atmosphère de répression et de peur générale, le régime clérical a exécuté un grand nombre de victimes en public. Au moins 70 femmes ont été pendues sous Rohani.

Malgré une baisse des sanctions et le transfert d’une somme considérable d’argent dans la poche des mollahs, l’économie iranienne souffre de récession. La corruption bureaucratique et gouvernementale et les vols astronomiques des responsables du régime semblent être sans fin. L’économie iranienne est sous le contrôle du guide suprême du régime Ali Khamenei et du corps des gardiens de révolution. Ils sont les seuls à bénéficier du commerce avec l’Iran, contrairement au peuple iranien.

Le régime clérical a poursuivi ses essais de missiles en violation de la résolution 2231 du Conseil de sécurité de l’ONU.

Dans la région, le régime a placé toutes ses forces pour sauver le dictateur criminel de Syrie. Actuellement, plus de 70 000 forces du régime, y compris les pasdaran et leurs mercenaires, sont impliqués dans le massacre de personnes innocentes en Syrie, en particulier à Alep.
Ces jours-ci, le régime parle d’établir des bases navales au Yémen tout en continuant sa politique sectaire en Irak.

Dans de telles circonstances, il ne fait aucun doute que combattre l’intégrisme et l’extrémisme, qu’il soit sous la bannière de l’islam chiite ou sunnite, ne peut être possible qu’en s’opposant au régime iranien qui est le parrain de l’intégrisme et du terrorisme. En d’autres termes, on ne peut séparer la lutter contre Daech de la lutte contre ce régime.
Lorsque le régime clérical sera repoussé dans la région, le monde sera plus près de détruire Daech.

Le seul chemin vers un changement démocratique en Iran passe par le soutien au peuple iranien et à sa résistance organisée. La résistance iranienne se bat de toutes ses forces pour atteindre cet objectif et nous espérons que le Congrès américain continuera à soutenir le peuple iranien dans sa quête d’un Iran libre.

Le dossier des violations flagrantes des droits humains en Iran, en particulier le massacre de 30.000 prisonniers politiques en 1988, doit être soumis au Conseil de sécurité de l’ONU pour l’adoption de sanctions contraignantes. Le programme nucléaire et de missiles est contraire à l’intérêt du peuple iranien et il faut y mettre un terme.

Le régime clérical doit être expulsé de Syrie et d’Irak, et les pasdaran doivent être inscrits sur la liste des organisations terroristes.

Avec plus d’un siècle de lutte pour la démocratie et la liberté, le peuple iranien mérite un gouvernement qui respecte ses droits fondamentaux. Ces droits comprennent la liberté d’expression, des élections libres, l’égalité des sexes et l’égalité des droits des minorités religieuses et ethniques.

Ce pays sera le héraut de la paix et de la tranquillité au Moyen-Orient. C’est notre vision pour l’avenir de l’Iran.

Je vous remercie.

Maryam Radjavi

Maryam Rajavi

Présidente-élue du Conseil
national de la Résistance
Iranienne

En savoir plus

Derniers Tweets