13 Avr 2015

Rencontre de Maryam Radjavi avec des Val d’Oisiens et des élus locaux à Auvers-sur-Oise

Catégories // Activités // Discours et événements

Rencontre de Maryam Radjavi avec des Val d’Oisiens et des élus locaux à Auvers-sur-Oise

Dans une rencontre à Auvers-sur-Oise le 12 avril avec des Val d’Oisiens et Franciliens amis de la Résistance iranienne, notamment des élus, Maryam Radjavi a salué la mémoire des résistants héroïques tués au camp d’Achraf lors d’une attaque le 8 avril 2011 en Irak. Elle a ensuite abordé les crises et la guerre attisées par le régime iranien, avant de proposer une solution à ce phénomène funeste. Voici les points forts de son discours :

« Je voudrais d’abord vous souhaiter la Bonne année iranienne « Bon Norouz !». Je vous souhaite une année pleine de santé et de réussite. Pour nous, le message de Norouz et du printemps c’est la persévérance et la force de la vie devant la mort.

On vient de rendre hommage à la résistance et à la persévérance des Achrafiens, tués dans l’attaque du mois d’avril 2011. Alors rappelons-nous ces jours sombres où Maliki, l’homme du régime de Téhéran, gouvernait l’Irak. Aujourd’hui Maliki est parti. Et vous avez contribué à ce départ en dénonçant ses crimes.
Malheureusement le blocus médical a provoqué plusieurs décès. Cependant ils continuent de résister et ils ont transformé ce camp prison au prix de millions d’heures de travail pour vivre dans la dignité.

Le régime iranien ne peut pas tolérer leur résistance et Khamenei a donné l’ordre de préparer une nouvelle attaque contre Liberty. Récemment un membre de l’OMPI a été pris en otage sous prétexte d’un accident de voiture suspect. Malgré son innocence, les autorités irakiennes collaborent avec l’ambassade des mollahs et refusent sa libération. Elles l’ont même empêché d’aller se faire opérer à l’hôpital pour une maladie grave. C’est un rendez-vous qu’il attendait depuis trois ans.

Durant ces derniers mois le peuple iranien et sa Résistance ont aussi perdu des amis chers et fidèles ici en France : Marie Poirier, Francine Gardet et Maurice Chevet. Leur foi et leur fidélité à la cause de cette Résistance comme les souffrances et les sacrifices à Achraf, à Liberty, et dans les prisons en Iran renforcent notre détermination de renverser le régime des mollahs et de mettre fin à l’hiver de la dictature pour l’arrivée du printemps de la liberté et de la démocratie.

Je ne pourrai jamais assez remercier les amis de la Résistance comme vous. Nos victoires sont le meilleur remerciement car elles montrent que vos convictions, vos efforts et votre soutien sont justes.

Par votre vigilance et votre solidarité vous avez alerté, très tôt, le monde face aux problèmes qu’il connait aujourd’hui.

Quand les puissances mondiales menaient la politique de complaisance avec le régime des mollahs et qu’elles étaient aveuglées par les contrats juteux, nous avons dit ensemble : si vous continuez la complaisance avec le parrain de l’intégrisme islamiste, ce fléau va envahir la région et devenir le danger principal pour le monde entier.

Nous avons averti ceux qui ignoraient les violations des droits de l’homme en Iran, les exécutions, les massacres et la torture. Maintenant, même les Nations Unies soulignent la grave situation des droits de l’homme en Iran et prolongent d’un an la mission de leur rapporteur spécial. Amnesty international a donné au régime iranien le record des exécutions par habitant.

Nous avons dit à ceux qui ont enchainé la Résistance avec l’étiquette du terrorisme et des dossiers judicaires fabriqués pour satisfaire les mollahs : non seulement vous entravez les efforts de l’alternative à l’intégrisme islamiste, mais vous négligez aussi les vrais terroristes. Maintenant que le danger touche vos pays vous vous devez de répondre à vos populations la raison pour laquelle vous avez perdu toutes ces années.

Nous avons dit à ceux qui ont livré l’Irak sur un plateau d’argent au régime des mollahs et à ses agents :
Ne croyez pas que vous allez acheter la paix de cette manière. Vous êtes en train de semer la guerre et la tempête.

Nous leur avons dit : il ne faut pas fermer les yeux sur les crimes de la dictature de Maliki contre le peuple irakien et la minorité sunnite, ni sur ses crimes contre les habitants d’Achraf et de Liberty.

Nous avons dit d’agir sans délai à ceux qui hésitaient à soutenir l’opposition syrienne contre la dictature qui mène des bombardements chimiques avec l’aide du régime iranien. Nous leur avons dit : ne laissez pas la dictature de Bachar Assad gagner du temps et le fléau de l’intégrisme islamiste enflammer la région.

Aujourd’hui, tout le monde sait comment les crimes du régime des mollahs avec l’aide de Maliki en Irak et d’Assad en Syrie ont permis l’émergence de Daech.

Tout le monde sait aussi que le programme nucléaire révélé par la Résistance en 2002 est un véritable danger et qu’il faut l’arrêter.

Pourtant les gouvernements occidentaux croient encore que les mollahs peuvent changer de l’intérieur et qu’on peut les arrêter avec des concessions.

Le régime et ses lobbies veulent faire croire qu’ils sont puissants. Ils déclarent qu’ils contrôlent quatre capitales arabes, Bagdad, Damas, Beyrouth et Sanaa. Les mollahs essayent d’imposer leur domination sur le Yémen, avec l’aide des Houthis. Mais une coalition des pays de la région a réagi et peut retourner le rapport de force contre le régime iranien.

En Irak, où les mollahs utilisent ouvertement leurs pasdaran et leurs milices, les puissances occidentales, en particulier les Etats-Unis, croient malheureusement qu’elles ont des intérêts communs avec Téhéran, notamment contre Daech. Mais le monde commence à comprendre que l’union avec les milices des mollahs en Irak n’est pas dans l’intérêt de la lutte contre Daech.

On ne peut pas combattre un extrémisme avec un autre extrémisme. L’intégrisme chiite et l’intégrisme sunnite se renforce l’un l’autre.

La réponse à l’intégrisme islamiste en général, c’est l’islam démocratique favorable à la laïcité que représente l’OMPI, et qui peut faire revenir la paix dans la région. Le rôle de la Résistance iranienne et de ses amis comme vous, c’est de continuer d’alerter le monde sur l’intégrisme islamiste.

C’est pourquoi nous annonçons :

1- Premièrement dans le domaine nucléaire. C’est vrai qu’à la table des négociations à Genève et avec la déclaration de Lausanne, le régime a fait un pas en arrière sous la peur et la pression. Mais une déclaration avec des généralités et sans signatures, et surtout sans l’accord officiel de Khamenei, et sans garantie, ne va pas empêcher les mollahs de se doter de la bombe ni de tromper le monde. Le régime veut surtout gagner du temps.

Continuer les négociations avec le fascisme religieux dans le cadre de la politique de complaisance, ne va pas assurer au monde la sécurité contre la bombe atomique. Il faut contraindre le régime à respecter les résolutions du Conseil de sécurité. C’est le seul moyen d’empêcher les mollahs de se doter de la bombe. Si on n’augmente pas la pression, le régime ne signera jamais un accord final.

Ce programme nucléaire en Iran est rejeté par la population, il est contraire aux intérêts nationaux, et il a couté des milliards de dollars. Avec ses révélations sur ce programme, la Résistance a rendu un immense service au peuple iranien et au monde.

2- Le régime des mollahs est le problème principal dans l’émergence et le développement de l’intégrisme islamiste. L’intégrisme, chiite ou sunnite, veut imposer ses règles barbares au monde. Compter sur le régime iranien pour régler les crises en Irak, en Syrie, au Yémen et ailleurs est profondément stupide.

3- La coalition des pays arabes et musulmans dans l’opération Tempête Décisive au Yémen contre l’expansionnisme des mollahs, marque un tournant dans le rapport de force régional contre le régime.

En réalité, la dictature des mollahs est très faible. La crise économique est profonde. Le mécontentement social augmente, la guerre des loups divise le pouvoir, et les négociations nucléaires ont fragilisé cette dictature. Le seul allié du régime iranien dans la région reste la bêtise des gouvernements occidentaux qui ne voient pas ce changement de rapport de force.

4- Le dernier point : la fin de la crise nucléaire et la fin du danger de l’intégrisme islamiste sont possibles avec le renversement du régime des mollahs. L’alternative, c’est un Iran démocratique et non nucléaire. Et le peuple iranien et sa résistance pourront le faire avec l’aide de tous les défenseurs de la liberté et de chacun d’entre vous. Je voudrais vous demander de continuer vos efforts précieux dans ce domaine. La nouvelle année va certainement nous rapprocher de cet objectif.

Je vous remercie et je vous souhaite à nouveau une très bonne année. »

Maryam Radjavi

Maryam Rajavi

Présidente-élue du Conseil
national de la Résistance
Iranienne

En savoir plus

Derniers Tweets