• Accueil / Déclarations / Message à l’occasion de la Journée mondiale contre les violences faites aux femmes
25 Nov 2013

Message à l’occasion de la Journée mondiale contre les violences faites aux femmes

Catégories // Déclarations // Messages

Message à l’occasion de la Journée mondiale contre les violences faites aux femmes

Femmes éprises de liberté en Iran, mes chères sœurs et filles téméraires,

Pour la Journée mondiale contre les violences faites aux femmes, je salue les femmes courageuses d’Iran qui se dressent contre une des dictatures les plus sauvages et les plus violentes au monde. Je salue également les femmes combattantes, des détenues politiques dans les prisons de Khamenei et l’ensemble des femmes qui à travers le monde se battent contre les toutes les formes de violences, d’oppression, de répression, de discrimination et d’inégalité.

Aujourd’hui, nous sous souvenons aussi de toutes les femmes qui cette année dans le monde ont été victimes de l’oppression et de l’inégalité et qui ont souffert d’une multitude de violences. Malgré tous les acquis de la cause de l’égalité, il reste encore malheureusement beaucoup de femmes dans le monde qui sont victimes de meurtres, de viols, de tortures, de discriminations, d’exploitation et de toutes sortes de violences uniquement parce qu’elles sont des femmes.

L’ONU a adopté en mars 2013, une déclaration qui rejette toute justification de la violence faite aux femmes et aux filles quelle que soit la tradition, la coutume ou les considérations religieuses. Mais dans les coutumes des mollahs au pouvoir en Iran, la répression et les violences faites aux femmes sont la base et le fondement de leur pouvoir et constituent un levier nécessaire à la poursuite de leur abominable domination de l’Iran.

Au cours de ces trente dernières années, ils ont gouverné avec le fouet de la discrimination, de la torture et du viol contre les femmes. Ils ont exécuté et torturé des dizaines de milliers de femmes et jeunes filles des Moudjahidine du peuple et combattantes, y compris des adolescentes de 13 ans, des femmes enceintes et des femmes âgées, qui figurent dans le bilan de ce régime. Une fatwa soi-disant religieuse autorisant le viol des prisonnières par les pasdaran, sert depuis trente ans de critère au système judiciaire, militaire et du renseignement, ainsi qu’aux tortionnaires et aux bourreaux du régime inhumain et anti-islamique des mollahs. Elle forme un aspect monstrueux des crimes de ce régime sans pareil dans l’histoire du monde contemporain.

Les violences systématiques faites aux femmes comprennent une multitude d’interdictions, notamment dans le domaine de la liberté vestimentaire, le droit au divorce, le droit de voyager, le droit d’avoir une profession et de nombreux droits élémentaires. Mais quand vient le tour du droit des femmes à lutter pour la liberté de leur pays, les criminels au pouvoir ne reculent devant aucun crime face à des femmes qui ont osé se dresser contre eux. Peuvent en témoigner ces milliers de femmes dans les prisons, torturées et exécutées qui ces trente dernières années ont lutté contre ce régime. Peuvent aussi en témoigner toutes les pressions inhumaines et les attaques sauvages menées contre le millier de femmes membres des Moudjahidine du peuple à Achraf et Liberty, en Irak, sur ordre du régime des mollahs.

Lors de la dernière attaque contre Achraf le 1 septembre, 52 Moudjahidine du peuple dont six femmes ont été massacrés. Six femmes ont été prises en otages et sont toujours détenues par les forces irakiennes. Elles sont en danger de déportation en Iran où elles seront livrées aux mollahs criminels.

Les efforts pour sauver la vie de ces otages et le soutien à la sécurité des femmes à Liberty, sont aujourd’hui un devoir humain urgent, et plus particulièrement une responsabilité du mouvement de l’égalité. Beaucoup de ces femmes d’avant-garde ont passé des années dans les cellules du régime des mollahs, et la plupart ont un passé de trente ans de lutte et sont une véritable richesse pour le mouvement de l’égalité.

Vu que le régime joue actuellement un rôle dans les violences faites aux femmes et dans l’exportation de la misogynie dans les pays de la région, lutter pour un changement de régime en Iran constitue un pas majeur contre les violences faites aux femmes au Moyen-Orient et dans le monde.

J’appelle toutes mes sœurs à travers le monde à défendre les droits et la sécurité des femmes au camp Liberty comme de toutes les femmes réprimées en Iran.

Maryam Radjavi

Maryam Rajavi

Présidente-élue du Conseil
national de la Résistance
Iranienne

En savoir plus

Derniers Tweets