25 Juin 2012

Discours au Grand rassemblement de Villepinte

Catégories // Activités // Discours et événements

Discours au Grand rassemblement de Villepinte

Chers compatriotes et amis de la Résistance iranienne,
Je vous adresse mes saluts les plus chaleureux. Nous célébrons aujourd’hui l’anniversaire de la naissance du symbole éternel de la liberté, l’Imam Hossein, petit-fils du prophète et 3e imam chiite, source d’inspiration pour toutes les générations en matière de persévérance et de refus de capituler. Nous célébrons aussi le 31e anniversaire du déclenchement de la résistance à la dictature religieuse.

En cette journée si particulière et dans ce rassemblement, je voudrais vous dire ce que je ressens devant une foule aussi enthousiaste. Avec vous et à travers vous, je vois des dizaines de millions d’Iraniens assoiffés de liberté. J’entends le cri de mes sœurs courageuses à travers l’Iran. Le cri des prisonniers qui résistent la tête haute dans les geôles de Khamenei. Et le cri des étudiants, des travailleurs, des enseignants et de tout le peuple qui réclament la liberté. Oui, nous entendons votre cri qui résonne à travers tout l’Iran et qui parvient jusqu’à nous. Oui le cri de chaque Iranien : Liberté ! Liberté !

Je vois à travers vous les peuples excédés du Moyen-Orient qui se sont dressés contre la principale menace de toute la région, c’est-à-dire le fascisme religieux au pouvoir en Iran. De la Syrie jusqu’à l’Irak et l’Afghanistan, et dans tous les autres pays de la région, dont les représentants sont ici présents.

Et je vois en vous une force immense d’humanité, de justice, d’amour et de foi qui ne connait ni la fatigue ni l’impuissance, qui engendre les plus grandes réunions, les plus longs sit-in et les fronts les plus puissants ; qui avance, qui brise les épaisses murailles de l’impossible et qui s’élance vers les sommets jusqu’à la victoire.

Chers compatriotes,
Un événement récent et important a eu lieu : c’est la décision de la Cour d’appel fédérale de Washington contre l’étiquette illégale collée à l’OMPI. Il s’agit d’un grand acquis historique dans la lutte du peuple iranien contre le régime des mollahs. Le tribunal a jugé incontestable l’invalidité de cette étiquette illégitime et a décrété que si le département d’Etat américain ne prenait pas de décision, il annulerait directement cette étiquette. C’est cela le bruit des chaînes qui se brisent, l’effondrement des cabinets noirs de la diabolisation et la défaite spectaculaire du régime du Guide suprême.
Avec cette étiquette, ils voulaient nier le droit de la nation iranienne à un changement démocratique de régime, mais votre résistance a su faire valoir ce droit dans la plus grande dignité.

Ils disaient qu’en 200 ans, aucun tribunal n’avait prononcé de verdict contre les décisions touchant à la sécurité nationale et la politique étrangère. Mais un mouvement qui a tout sacrifié pour la liberté et la libération de son peuple, a fait briller au cœur des ténèbres les plus sombres, la lumière de la vérité et de la justice. J’avais dit que « nous irons chercher les droits du peuple iranien, même si vous les cachez dans la gueule d’un dragon. »
Nous ne sommes pas venus pour critiquer cette étiquette et cette politique honteuse. Nous sommes venus pour dire qu’il faut éradiquer cette politique.

– N’est-ce pas vous qui, pour justifier le maintien de cette étiquette, avez donné en pâture des mensonges du ministère du renseignement des mollahs contre l’OMPI à certains médias aux États-Unis ?
– N’est-ce pas vos autorités anonymes qui ont lancé de fausses allégations contre le l’OMPI ?
– N’est-ce pas devant la justice américaine que vous avez recouru au mensonge en disant qu’Achraf n’aurait pas été entièrement inspecté ?

A présent c’est à notre tour de demander à quoi ces mensonges ont servi sinon à préparer le terrain au massacre des Achrafiens. Et quelle loi, quel principe moral et humain vous autorisent donc à subordonner le retrait de l’OMPI de la liste noire à l’évacuation d’Achraf ?

Dans la culture occidentale, une expression dit que les lois de la Bible préservent la main du péché et les lois de l’Evangile préservent l’esprit et l’intention. Alors quelle sont cette religion et cette éthique qui poussent ainsi les mains, l’esprit et les intentions des ministères des Affaires étrangères à commettre des infractions et à recourir aux mensonges et à la calomnie ?

Et si des membres du Congrès et du Sénat américains et d’anciens hauts responsables des États-Unis n’étaient pas venus soutenir le peuple iranien, sa résistance et les Achrafiens, que serait-il ressorti de 33 années de politique américaine avec les mollahs, hormis une complaisance honteuse ?

La plus extraordinaire des coalitions multipartites a défié la politique officielle et a pris avec courage et dignité la défense des Achrafiens et du retrait de cette étiquette. Oui, c’est à travers vous que nous reconnaissons l’Amérique.
Bien entendu j’espère que la secrétaire d’Etat américaine Mme Hillary Clinton tournera cette page politique du département d’Etat pleine d’oppression et d’injustice, et mettra personnellement un terme à cette étiquette illégale.
Cependant, au-delà de toute décision et de toutes leurs intentions, le point déterminant reste la volonté du peuple iranien et de sa résistance de mettre un point final à cette inscription sur la liste noire et ce sera fait.

Cette étiquette a comme un écheveau funeste dévidé, produit et reproduit des outrages innombrables contre la résistance iranienne pour constituer un énorme obstacle sur la voie vers la liberté du peuple iranien. Au fil de ces années, les mollahs au pouvoir et leurs affidés n’ont cessé de dire et d’écrire que les membres de cette résistance se torturent eux-mêmes et s’exécutent. Ils ont dit qu’il s’agit d’une secte reposant sur le culte de la personnalité dépourvue de base dans la société iranienne. Ils ont dit qu’elle a massacré des Kurdes et des chiites en Irak, qu’elle avait caché des armes chimiques à Achraf et que 70% des Achrafiens étaient gardés de force dans le camp. Ces calomnies se sont nourries de cette étiquette et ont servi à maintenir en place le régime des mollahs.

Seules la souffrance et la persévérance du mouvement de la résistance du peuple iranien ont brisé l’agression et l’encerclement oppressif dont il était victime. Et ainsi après les verdicts sans précédent de la justice de Grande-Bretagne et de l’Union européenne, l’an dernier, c’est la justice française qui a reconnu dans un verdict brillant la légitimité de la juste résistance du peuple iranien contre le fascisme religieux. Et cette année, c’est la justice américaine qui élève la voix contre une injustice historique touchant la Résistance iranienne.

Savez-vous que dans la longue et douloureuse histoire de la diabolisation des défenseurs de la liberté et des mouvements de résistance, de Spartacus à Jésus-Christ jusqu’aux héros de la résistance au nazisme ici même en France, jusqu’aux Moudjahidine de la liberté en Iran, il s’agit là d’une expérience exceptionnelle ? Car c’est la première fois qu’un mouvement réussit de son vivant, à force de sacrifices et de travail d’explication, et surtout grâce à son respect des lois internationales, à briser au cœur des tribunaux européens et américains les lourdes chaînes du mensonge. Oui, nous avons pu mettre fin à l’encerclement qui assaillait le mouvement de la résistance. Et nous avons su, en plus, faire promouvoir les normes de la justice dans le monde d’aujourd’hui.

Nous avons réussi à détruire la machine à calomnies et à tromperies. Nous avons réussi à élaborer un nouveau mode d’action et à ouvrir une nouvelle ère, un modèle qui s’appuie sur la transparence, la lumière, la vérité et la justice. Un modèle qui respecte les acquis et les vertus de l’humanité et le retour des institutions internationales à la défense des droits humains. Un plan de restauration des droits des peuples, la renaissance des valeurs de la résistance et du sacrifice. Oui, la force de l’humanité et de la justice est entrée en jeu, une page d’histoire est tournée. Les dictateurs tombent les uns après les autres et les politiques qui les protégeaient doivent changer et nous pouvons changer ces politiques. Nous sommes capables de réaliser ce changement et nous le ferons. C’est cela un changement d’époque et l’époque du changement.

Ici, je voudrais ici célébrer la mémoire de Danielle Mitterrand, la première dame des droits de l’homme, et celles de Raymond Aubrac et de son épouse Lucie Aubrac, ainsi que le souvenir de Lord Corbett et de Lord Archer décédés tous les deux récemment. Ils font partie des précurseurs de ce combat mondial et des fondateurs de cette politique édifiée sur la justice et l’humanité. Nul n’oubliera jamais leurs noms ni leurs rôles inestimables.

Mes chers compatriotes,
Le changement d’époque apparait aussi dans les victoires de la Résistance iranienne sur les multiples conspirations du régime des mollahs et du gouvernement en Irak qui lui est inféodé. Vous savez tous que l’an passé, un plan a été mis en place pour anéantir l’organisation des Moudjahidine du peuple, un ultimatum pour en finir une fois pour toute avec les Achrafiens et un accord en sept points des mollahs avec le gouvernement irakien pour faire plier ou détruire ce mouvement.

Aujourd’hui, je suis heureuse de vous dire à vous et au grand peuple d’Iran que ce que vous avez confié, à savoir ce mouvement combattant opposé au régime des mollahs, ce fruit héroïque de l’histoire de l’Iran, sous la protection divine, a échappé au pillage, au massacre et à la destruction. Et il est prêt maintenant à poursuivre sa mission historique avec cent fois plus de force et de vigueur.

A présent, amis d’Achraf, je vous le demande : êtes-vous prêt à remplir votre responsabilité dans cette période, c’est-à-dire livrer des efforts et un combat cent fois plus fort pour la liberté du peuple iranien ?
Voyez comment, à la plus grande stupeur de l’ennemi, Achraf s’est reproduit et les Achrafiens sont devenus innombrables !

Ces derniers mois, pour neutraliser les complots du régime des mollahs et du gouvernement à sa solde à Bagdad, les Achrafiens ont accepté de partir d’Achraf dans le cadre d’une solution internationale. Pour faire avancer cette solution, conformément au plan du Parlement européen, les Achrafiens ont renoncé à leur droit de séjour depuis 25 ans en Irak. Ils ont accepté de renoncer à la Cité d’Achraf qu’ils ont construite et rendue prospère dans la difficulté, la souffrance et le sang.

Malgré tout, sous le coup des manigances du fascisme religieux, sous le coup des violations répétées des promesses du gouvernement irakien et de la passivité de l’ONU et des États-Unis, ce qui aurait dû être un déplacement volontaire s’est transformé en déplacement forcé. Un déplacement imposé dans ses moindres détails. Bien que le protocole d’accord signé à cet égard entre l’ONU et l’Irak soit dépourvu des demandes minimales des Achrafiens, les termes de cet accord ne sont pas appliqués. Dans la pratique, c’est un plan pour envoyer les Achrafiens vers une situation de détention. Il y a quelques semaines, j’ai dit que le plan d’un camp de transit provisoire était un échec à la base, clairement en raison du comportement inhumain du gouvernement irakien, et qu’il ne reste rien de ce protocole d’accord. Il faut à nouveau le sauver. Les habitants d’Achraf ont aussi annoncé le 4 mai que tant que leurs droits les plus élémentaires continueront à être piétinés, plus personne n’ira à Liberty. Mais si leurs demandes minimales sont réalisées, dès demain les résidents vont aller à Liberty.

Les requêtes en six points qui ont été adressées au Secrétaire général de l’ONU et au gouvernement américain sont très simples : Au lieu de faire de Liberty une prison, annoncez qu’il s’agit d’un camp de réfugiés. Installez l’eau, l’électricité et assurez les besoins humains élémentaires des habitants, ne laissez pas notre ennemi, qui cherche à détruire ce mouvement, interférer dans nos affaires et allez inspecter le camp d’Achraf dont vous prétendez qu’il n’a pas été entièrement désarmé, ou démentez-le par écrit. Que ceux qui qualifient d’exagérées ces demandes des Achrafiens, expliquent depuis quand la protection des vies et la sécurité des personnes figurent au nombre des concessions superflues.

Ils vous disent que vous n’avez pas le droit, pour annuler des accusations, de demander une inspection d’Achraf. A la place vous devez aller en prison et reconnaitre cela comme une solution humaine. Et si vous n’êtes pas d’accord pour aller en prison, l’étiquette illégale sera maintenue et vous serez accusés de rompre les négociations et de ne pas coopérer. En vérité, ils recommencent à sacrifier des victimes. Une fois de plus il crucifie le Christ et change la place de la victime avec celle du bourreau.

Les Achrafiens ont été forcés de séjourner dans un camp de détention où comme à l’époque de l’esclavage ils doivent porter sur leurs épaules de lourdes charges. Mais c’est encore les Achrafiens qui sont accusés de causer l’arrêt des transferts et d’engendrer des crises.

On voit d’une part la diabolisation et d’autre part toutes sortes de pressions inhumaines dont le but est de préparer la voie à une tuerie à Liberty. Mais permettez-moi de souligner que si vous pensez qu’avec ces pressions, les Moudjahidine vont abandonner leurs droits et les droits et la liberté de leur peuple, vous vous trompez lourdement.

Je déclare ici haut et fort que c’est une règle de notre Résistance que lorsqu’elle accepte un engagement, elle s’y attache avec responsabilité. Par conséquent, en dépit de toutes les conspirations du régime des mollahs, la Résistance iranienne reste fidèle à tous ses engagements. Cette Résistance a payé jusqu’à présent le prix de l’avancée de ce processus et continuera dans cette voie en faisant preuve d’une entière coopération et entente avec les Nations Unies. Nous avons montré jusqu’à présent la plus haute flexibilité à condition que la protection, la sécurité et la santé et la dignité des résidents soient garanties. Mais nous espérons que l’ONU et les Etats-Unis seront également respectueux de leurs engagements et qu’ils contraindront aussi le gouvernement irakien à respecter sa parole.

Bien entendu, nous ne reconnaissons pas les Etats-Unis dans la politique menée par le département d’Etat, mais à travers les éminentes personnalités qui sont ici présentes, vous qui vous êtes dressées pour dire qu’il est injuste de subordonner l’octroi du statut de réfugié à l’évacuation d’Achraf. Vous qui avez rendu hommage à la persévérance des vaillants enfants du peuple iranien et leur avez demandé de rester fermes sur cette voie.

C’est pourquoi, aujourd’hui, j’appelle à travers vous le peuple américain et le monde entier à juger les points suivant : A propos de l’engagement des Achrafiens à cet accord, quel document plus sûr que les 2000 personnes déjà transférées à Liberty ? Alors pourquoi nul n’écoute leurs protestations contre les pressions inhumaines qui leurs sont imposées ? Pourquoi ne doivent-ils pas avoir de droit de propriété sur leurs propres biens ? Pourquoi sont-ils privés du droit de libre circulation ? Pourquoi les blessés et les handicapés ne peuvent bénéficier d’installations spéciales ?

J’appel tous les pays européens ainsi que le Canada et les Etats Unis d’agir afin de garantir la protection des résidents d’Achraf et de Liberty et les accueillir activement dans leurs pays pour empêcher une nouvelle tragédie.

Chers amis,
Le changement d’époque qui a été obtenu par la persévérance et la résistance pleine de souffrance et de sang, pousse aussi les institutions internationales à revenir à leur principale responsabilité, c’est-à-dire la protection des droits humains. Nous attendons de ces institutions internationales qu’elles ne s’en prennent pas aux victimes pour leur refus de capituler et de ne pas rencontrer les bourreaux pour parler du sort réservé aux Achrafiens. Nous leur demandons : pourquoi êtes-vous devenu des spectateurs passifs et éteints des dictatures et des intermédiaires pour détruire le mouvement de la résistance ? Pourquoi obligez-vous les Moudjahidine de la liberté à choisir entre la mort et la prison ?

Ouvrez les yeux et voyez pourquoi les mollahs donnent à la destruction de ce mouvement la priorité absolue et n’y renoncent pas ? Parce qu’à l’époque du changement, ils ne voient ni pour eux ni pour leurs alliés et leurs affidés aucun avenir dans la région. C’est pourquoi la prison et la répression contre les Moudjahidine du peuple d’Iran sont une face d’une politique, dont l’autre face sont les explosions et les tueries en Irak ainsi que les carnages en Syrie.

Le front uni des génocides et des massacres s’étend de Téhéran à Bagdad jusqu’à Damas. Et la vaste ténacité qui continue à lui faire face, incarne le mouvement mondial qui s’est dressé en défense de la liberté.

C’est un combat que ni nous ni aucun autre peuple de la région n’avons commencé, mais nous n’avons pas d’autre choix que de le gagner. C’est pourquoi, à nouveau avec Massoud Radjavi nous disons qu’ « à Achraf où n’importe où ailleurs en Iran ou à l’étranger, aujourd’hui ou demain, tant que ce régime existera, renverser le régime du Guide suprême est notre droit inaliénable et le droit inaliénable de notre peuple. »

Chers compatriotes,
Les trois derniers rounds de négociations des 5+1 avec le régime des mollahs ont échoué et abouti à une impasse et la politique de complaisance de quatre années de M. Obama a échoué. Il y a dix ans, la résistance iranienne révélait les sites atomiques du régime des mollahs à Natanz et Arak. Malheureusement, les gouvernements occidentaux ont raté une grande occasion pendant une dizaine d’années. Dix années à donner de multiples paquets incitatifs aux mollahs, dix années de complaisance et dix années de vaines négociations. Jusqu’à présent 37 séries de négociations ont été menées et chacune pour mener à une autre négociation. Et ce avec un régime qui a violé sept résolutions du conseil de sécurité de l’ONU et qui chaque mois entrepose au moins 200 kilos d’uranium enrichi.

Ces derniers mois, la politique de complaisance a adopté de nouvelles formes, notamment la répétition d’allégations vides comme quoi le régime du Guide suprême n’a pas encore pris de décision au sujet de la fabrication d’une bombe atomique ou bien d’attendre la fabrication de la bombe pour mettre au pas les mollahs. Il n’y a qu’un résultat final à cette supercherie et c’est de laisser les mollahs avoir la bombe. Mais je veux à nouveau déclarer que le peuple iranien n’acceptera jamais une telle option.

Les parties qui négocient disent que leur but est de dialoguer avec les mollahs. Mais en vérité ils suivent une politique de lamentation et de jérémiades pour acclamer la fatwa hypocrite de Khamenei sur l’interdit religieux qui frappe la bombe atomique en feignant d’ignorer l’élan pris par les mollahs pour franchir l’étape finale.

A présent, si vous croyez que la pression des sanctions internationales fera abandonner au régime du Guide suprême son programme de fabrication de la bombe atomique, tant mieux ! Mais pour y arriver il faudra faire preuve de fermeté. Bien entendu c’est dans l’intérêt du peuple iranien que les mollahs boivent la coupe de poison et fassent marche arrière. Mais si vous croyez que les mollahs ont décidé de rester sur la voie de la fabrication de la bombe, à nouveau la bonne politique, c’est plus que jamais la fermeté.

Par conséquent, vous qui donnez si peu d’importance au danger atomique des mollahs, vous mettez en péril la paix mondiale. Vous êtes coupables de laisser le monde sans solution face à la crise atomique des mollahs. Toutefois, il est possible de stopper le danger atomique des mollahs, et la seule façon c’est de changer cette dictature, tâche qui revient au peuple iranien et à sa Résistance. Ainsi donc, si vous ne voulez pas offrir aux mollahs la bombe atomique, placez-vous aux côtés de la résistance du peuple iranien pour renverser ce régime. Et reconnaissez ses demandes : Elle demande un Iran sans répression et sans oppression, un Iran sans nucléaire et un Iran sans Guide suprême.

Et enfin je m’adresse à vous les jeunes, filles et garçons, à travers l’Iran. Je voudrais parler de votre rôle et de votre responsabilité dans cette nouvelle époque. La révolution de 1979 a été victorieuse grâce aux efforts de la jeunesse iranienne. Le soulèvement de juin 2009 était le fruit de vos protestations et de votre colère à vous, les jeunes iraniens. Et il ne fait aucun doute que le printemps du peuple iranien se fera avec votre force et votre enthousiasme.

Face à vous, les mollahs ont élevé un immense barrage de répression et d’oppression qui n’a pas de semblable dans le monde d’aujourd’hui. Ils ont lancé une vaste guerre psychologique qui vise vos convictions, vos espoirs et votre volonté. Le but de ces exécutions incessantes, comme celles de quatre vaillants compatriotes de la province de Khouzestan la semaine dernière, est de vous terrifier.

Il est clair que l’aversion se fait sentir dans toute la société iranienne contre ces assassins, leur culture et leur comportement arriéré. Cependant cette aversion n’est pas suffisante à elle seule. Vous devez en même temps ne pas perdre de vue les acquis de la lutte du peuple d’Iran et sa véritable richesse. Gardez l’espoir dans les lendemains lumineux et avec cet espoir ravivez la flamme de la résistance. C’est ce qui fait aussi peur aux mollahs et c’est pourquoi ils ont pris pour cible de leurs attaques venimeuses trois objectifs principaux : D’abord l’histoire honorable de la persévérance du peuple iranien. Ensuite, l’organisation et le mouvement de la résistance, et enfin la culture et les valeurs du combat.

Les mollahs veulent cultiver cette idée noire qu’il ne sert à rien de payer le prix de la liberté et que c’est cette idéologie qui ne demande pas de prix qu’il faut adopter. Ils ont pris pour cibles les sources d’espoir de la société iranienne, et à leur tête Achraf et les Achrafiens. Ils veulent vous convaincre, vous la jeunesse iranienne, qu’ « il ne sortira rien de vous et que vos efforts n’aboutiront à rien. » Mais quelle est la vérité ? La vérité est que vous représentez la force de la jeunesse novatrice d’une nation qui s’appuie sur un siècle de lutte pour la liberté, la Révolution constitutionnelle de 1906 jusqu’au mouvement national dirigé par le Grand Mossadegh ; en terme de richesse de votre combat et des capacités de changement, vous êtes parmi les nations les plus comblées du monde.

Mais moi, je veux vous dire que vous n’êtes pas seuls, vous êtes soutenus par un mouvement de résistance organisé. Un mouvement qui au cours de ces trente dernières années, face à la répression moyenâgeuse des mollahs, a su conserver vivace la flamme de la liberté. Un mouvement débordant de valeurs humaines et de forces du changement.

Et un mouvement qui compte 120.000 martyrs, 30.000 Moudjahidine et combattants massacrés et des héros comme Sedigheh et Neda et des milliers de milliers d’autres roses rouges. Un mouvement basé sur l’idéal de la liberté, qui dès le lendemain du détournement de la révolution iranienne par Khomeiny, a tracé sa ligne de démarcation avec les réactionnaires, les monopolistes et les dictateurs, et dont le dirigeant, contrairement à toutes les prétentions gauchisantes, a déclaré que le principal problème de la révolution iranienne, c’est le problème de la liberté.

Un dirigeant qui a insisté sur « un idéal » et « un engagement » et qui n’en a pas dévié d’un pouce : L’idéal de la liberté et l’engagement de payer le prix de la liberté. Un engagement pris au plus haut niveau de conscience et de la sagesse révolutionnaire, en connaissance de tous les dangers disséminés en embuscade sur cette voie.

Ecoutez ce que Massoud Radjavi a dit lui-même à propos de cet idéal et de cet engagement : « La victoire de notre résistance fera disparaitre un des plus grands obstacles aux mouvements de libération contemporains et le principal facteur de leur déviation et de leur destruction, à savoir la violation du sanctuaire sacré de « la liberté » sous divers prétextes. Oui, dans notre conception unicitaire de l’être humain, restaurer la liberté c’est régénérer l’humanité. »
Ainsi donc, nous suivons un chemin qui a pour but de restaurer la liberté et de régénérer l’humanité et les valeurs humaines. Alors, nous sommes fiers de cet idéal, de cette voie et de ce dirigeant.

Oui, dans la perspective de ce vaste horizon, une multitude de problèmes complexes touchant à la politique, à la lutte et aux idéaux ont été résolus. Des problèmes que les mouvements et les soulèvements actuels au Moyen-Orient et en Afrique du nord abordent aujourd’hui :

-L’expérience acquise depuis de longues années, par la société iranienne de briser les prétentions faites au nom de l’islam ou contre « l’arrogance mondiale » par les réactionnaires et les démagogues au pouvoir.

– L’expérience de la formation de la plus longue coalition politique de l’histoire de l’Iran et de l’unité d’action de courants et de personnalités de convictions diverses dans des relations démocratiques, et qui ont pris corps au sein du Conseil national de la Résistance iranienne.

– L’expérience de dénoncer et de s’opposer à l’exportation de l’intégrisme et du terrorisme du régime des mollahs comme nouvelle menace mondiale.

– Et surtout l’expérience structurelle des Moudjahidine du peuple dans le cadre de relations démocratiques qui a fait dire au Vice-président du Parlement européen lors de sa visite à Achraf qu’il s’agit « d’un modèle et d’un critère moral et spirituel pour le monde ».

C’est pourquoi pour les mollahs « Achraf » est le mot le plus interdit en Iran aujourd’hui.
Permettez-moi une fois de plus de souligner que l’objectif de ce mouvement n’est pas et n’a jamais été de prendre le pouvoir à tout prix. Notre but et de garantir la liberté et la démocratie à n’importe quel prix. Comme nous l’avons souvent répété, nous nous contenterons de nous retrouver sur les tombes de nos martyrs après la victoire, sans rien demander de plus. Notre but est une république fondée sur la séparation de la religion et de l’Etat où toutes les religions seront traitées sur un pied d’égalité. Et notre programme se résume dans ces trois mots : Liberté, démocratie, égalité.

Alors, mes chers compatriotes
Femmes libres d’Iran, enseignants, universitaires, étudiants, lycéens, ouvriers et travailleurs qui êtes sous la pression croissante de la montée des prix, des privations, des exigences réactionnaires, et vous la jeunesse courageuse d’Iran, le temps est venu de se lever ! Face à la tyrannie religieuse, vous bénéficiez du soutien le plus fort et de la force capable de briser les obstacles, une résistance de libération.

Je vous appelle tous à vous dresser pour la liberté du peuple et de la patrie enchainée. La clé de l’avancée est le mot « liberté », oui la liberté, liberté chérie.

Alors on peut et on doit s’insurger contre le désespoir et la reddition.
On peut et on doit briser la terreur des mollahs.
On peut et on doit faire triompher la liberté sur les ténèbres et la destruction.
Voilà l’alchimie de l’amour et de la lumière qui comme dit le poète « reverdie la terre épuisée »
C’est cela Achraf, sa voie et sa tradition et la manière dont elle se reproduit.

Vive le peuple iranien !
Vive les Moudjahidine d’Achraf et de Liberty !
Vive la liberté !

Maryam Radjavi

Maryam Rajavi

Présidente-élue du Conseil
national de la Résistance
Iranienne

En savoir plus

Derniers Tweets