• Accueil / Activités / Réunion de solidarité des femmes finlandaises et iraniennes
11 Mar 2010

Réunion de solidarité des femmes finlandaises et iraniennes

Catégories // Activités // Discours et événements

Réunion de solidarité des femmes finlandaises et iraniennes

Maryam Radjavi a participé à une réunion intitulée « solidarité des Finlandaise avec les Iraniennes » au centre de conférences d’Helsinki le 11 mars 2010.

Elle a abordé la situation des femmes en Iran et leur rôle dans la lutte pour la liberté et la démocratie et le renversement du régime du guide suprême.

Cette réunion était présidée par Mme Pia Noora Kauppi avec la participation d’une centaine de juristes, de femmes responsables de partis finlandais, de membres d’ONG et d’étudiants. Mme Anissa Boumediene, juriste, islamologue et ancienne première dame d’Algérie, et Lady Odile Slynn y assistaient également.

Après de nombreuses interventions aussi riches que diverses, Mme Kauppi a lu la déclaration du groupe parlementaire européen de solidarité avec les femmes pour un Iran libre.

Voici des extraits de l’intervention de Maryam Radjavi :

Chers amies et sœurs,

C’est un plaisir d’être parmi vous aujourd’hui. Lundi, nous avons célébré la Journée internationale des femmes. Je félicite mes sœurs à travers le monde à cette occasion, spécialement en Finlande aujourd’hui.

Cette année, la Journée internationale de la femme s’identifie avec les femmes courageuses d’Iran.

Ces femmes ont un rôle de premier plan dans le soulèvement pour renverser la dictature la plus barbare au monde.
Et c’est pourquoi l jeune Neda de 27 ans est devenu le symbole du soulèvement populaire en Iran. Son image inspire le respect pour le peuple iranien à travers le monde.

Certains analystes ont aussi été touchés par le rôle des femmes dans le soulèvement et l’ont baptisé une révolution des femmes.

Ils s’interrogent sur les raisons pour lesquelles les femmes iraniennes assument un rôle si impressionnant dans la lutte pour la liberté.

De toute évidence, cela ne s’est pas fait du jour au lendemain.
En ce qui concerne le premier aspect, je dois rappeler que les femmes jouent un rôle actif dans la lutte contre la répression depuis 150 ans. Les femmes ont joué un rôle important dans les trois grands mouvements du 20e siècle en Iran, à savoir la révolution constitutionnelle, le mouvement de nationalisation du pétrole et la révolution anti-monarchique.

En 1979, lorsque les mollahs sont venus au pouvoir, ils ne pouvaient pas tolérer les activités des femmes parce que c’était contraire à leur mentalité rétrograde.

Les femmes ont souffert plus que les hommes sous la domination des mollahs.

Les mollahs ont accru la répression des femmes autant qu’ils le pouvaient, à travers différentes formes de contraintes, y compris le mariage forcé, le voile obligatoire, et l’interdiction de voyager sans la permission d’un tuteur masculin, ainsi que beaucoup de privations et de discriminations.

Le Code civil des mollahs repose sur la discrimination contre les femmes. Leurs lois criminelles stipulent que les femmes sont la moitié de la valeur des hommes. Les droits des personnes sont fondés sur divers décrets religieux. Selon la charia des mollahs, les activités des femmes, y compris le droit à la propriété, de voyager, de quitter la maison et même d’effectuer certaines prières sont subordonnées aux droits des hommes.

De même, la culture misogyne a été légitimée par le biais de coutumes comme la polygamie, le mariage temporaire et l’autorisation des crimes d’honneur.

Je dois souligner ici que, bien que les fondamentalistes justifient la répression des femmes et de la société dans son ensemble sous couvert de l’islam, aucune de ces pratiques n’a rien à voir avec l’islam.

Les lois dans leur charia et les châtiments horribles comme les amputations, arracher les yeux et la lapidation sont tous opposés à l’islam véritable.

Le message de l’Islam se manifeste dans la compassion et de miséricorde.

Permettez-moi de répéter que l’Islam qui prône la démocratie et l’égalité n’est pas simplement un idéal. Il a été mis en pratique. Les Moudjahidine du peuple suivent un islam qui rejette les distinctions entre les sexes.

Dans l’OMPI, qui croit en un Islam démocratique et tolérant, les femmes assument la direction du mouvement contre la dictature religieuse.

Réunion de solidarité des femmes finlandaises et iraniennes

Chères sœurs,

Je tiens à présent à saluer mes sœurs en Finlande pour leur position de premier plan dans la réalisation de l’égalité.

Former un gouvernement, avec une majorité de femmes, une participation impressionnante de femmes au Parlement est un bon exemple de la participation active des femmes à la direction politique.

Cette position fait qu’il est essentiel que les femmes en Finlande aident activement leurs sœurs en Iran dans leur lutte contre les intégristes au pouvoir.

Les mollahs représentent un danger pour le monde. L’intégrisme menace les acquis des femmes dans le monde. Il s’agit d’un régime sur le point d’obtenir des armes nucléaires. En soutenant les terroristes et les groupes intégristes, il a créé une guerre permanente au Moyen-Orient.

Le peuple iranien, en particulier les femmes, ont subi des souffrances énormes dans la lutte contre la répression et la terreur. Pourtant, il ne fait aucun doute que la victoire du peuple iranien est une victoire pour le monde entier.

Pour mener à bien ce mandat, les femmes iraniennes tendent la mains à leurs sœurs dans le monde.

Comment les aider ?

– Tout d’abord, obliger les gouvernements occidentaux à subordonner les relations avec l’Iran à l’arrêt de la répression ;
– Deuxièmement, mettre fin à la complaisance avec les mollahs et reconnaître la principale opposition, à savoir le Conseil national de la Résistance d’Iran ;
– Troisièmement, défendre les droits des 3400 membres de l’opposition, dont 1000 femmes d’avant-garde dans le camp d’Achraf.

Ils sont la source d’inspiration du combat des femmes et des jeunes en Iran pour la liberté. La Résolution du Parlement européen adoptée le 24 avril 2009 concernant la Cité d’Achraf doivent être appliquée.

En juillet dernier, le gouvernement irakien, à la demande des mollahs, a attaqué le camp d’Achraf, tuant 11 personnes et en blessant 500.

Ces derniers mois, les pressions sur Ashraf ont continué sous la forme d’un blocus inhumain.

De plus, suite aux exigences des mollahs, le Premier ministre irakien a annoncé qu’il avait l’intention d’envoyer les résidents d’Achraf dans un site près de la frontière saoudienne. Ce déplacement prépare clairement le terrain au massacre des résidents d’Achraf.

Face aux menaces du régime de Téhéran et de ses agents irakiens de détruire Achraf, si la communauté internationale n’agit pas rapidement, une catastrophe humanitaire, plus grande que celle de juillet, est sur le point d’arriver.

Par conséquent, les Nations Unies doivent assumer la protection du camp d’Achraf.

Le peuple iranien et sa Résistance demandent expressément à la Finlande de prendre l’initiative d’encourager l’Organisation des Nations Unies à assumer la responsabilité de la protection d’Achraf.

Je vous remercie.

Maryam Radjavi

Maryam Rajavi

Présidente-élue du Conseil
national de la Résistance
Iranienne

En savoir plus

Derniers Tweets