Choisir la langue : فارسی | العربية | English
Jui 162020

Iran : Plus de 52.400 décès dus au Covid-19 dans 332 villes

Categories // Communiqués

Iran : Plus de 52.400 décès dus au Covid-19 dans 332 villes

Maryam Radjavi : En conséquence des politiques inhumaines de Khamenei et de Rohani, le coronavirus s'est propagé dans tout l'Iran en faisant des victimes.

- Iradj Harirchi, vice-ministre de la Santé : Cela fait deux jours que nous avons connu 107 et 113 (décès), durant toute la guerre imposée (de 8 ans) nous en avions 66 par jour.
- Ali-Akbar Hagh-Doust, un autre vice-ministre de la Santé : il faut décider d’urgence le retour des restrictions, l’épidémie de coronavirus s’intensifie.
- Le ministère de la Santé : les provinces du Khouzistan, d'Azerbaïdjan oriental et occidental, de Khorassan-Razavi, de Lorestan, de Kermanchah, de Golestan, d'Hormozgan, de Kurdistan et de Sistan-Baloutchistan sont dans le rouge.
- Le nombre d’hospitalisations à Sanandaj de dimanche à lundi est passé de 287 à 336 personnes.

L'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI . MEK) a annoncé dans l’après-midi du mardi 16 juin 2020, que le nombre de décès dus au Covid-19 dans 332 villes d'Iran a dépassé les 52.400. Le nombre de décès dans les provinces de Téhéran a atteint 10.800, de Khouzistan 4280, de Lorestan 1810, d’Azerbaïdjan occidental 1470, de Kermanchah 1360, du Kurdistan 1115 et de Kerman 670.

Le porte-parole du ministère de la Santé du régime a annoncé aujourd'hui 2 563 nouveaux malades et 119 décès ces dernières 24 heures, ce qui porte le nombre total de patients graves à 2 815. L’agence Isna l’a cité aujourd’hui indiquant que « les provinces du Kurdistan et du Sistan-Baloutchistan sont dans le rouge ».

Iradj Harirchi, vice-ministre de la Santé, a annoncé hier à ISNA que lors de la guerre de 8 ans contre l’Irak, les pertes du régime s’élevaient quotidiennement à 66 morts, alors que ces deux derniers jours, le nombre de morts du coronavirus se montait à 107 et 113. Il a ajouté que « nous n'avons pas de province où nous ne devons pas nous inquiéter de la maladie. La seule ville en vert est l’île d’Abou Moussa (Golfe persique). Ces derniers jours, on a eu de nouveau un nombre de morts à trois chiffres ce qui est élevé. Il est possible que des responsables au gouvernement décident de revenir aux restrictions, c’est là où beaucoup souffriront d’un point de vue économique sans que ce soit leur faute. »

Ali-Akbar Hagh-Doust, un autre vice-ministre de la Santé, a déclaré aujourd’hui à l’agence Irna qu’ « il faut décider d’urgence et sérieusement le retour des restrictions (…) L’épidémie de coronavirus augmente (…) Le ministère de la Santé a demandé officiellement, en particulier là où le degré d’épidémie est plus important, de réimposer les restrictions (…) la situation de l’épidémie dans le pays n’est absolument pas normale. »

Hamid Souri, membre du centre national de lutte contre le coronavirus, a indiqué à l’agence Irna aujourd’hui que « chaque jour et chaque semaine, nous assistons à la montée de l'épidémie dans différentes provinces. En tant qu'épidémiologiste, je dois dire qu’avec la poursuite de la situation actuelle, nous ne pourrons pas réduire l’impact de l’épidémique (…) Chaque semaine, il y a un jour où le pic de l'épidémie surgit dans un endroit et, naturellement, au fil du temps, pour atteindre un niveau d'immunité collective, la société devra payer un prix énorme (…) Certaines des choses que nous avons faites n'ont pas fonctionné assez rapidement pour obtenir de meilleurs résultats ».

Selon le site Hamchahri aujourd’hui, Ali Mostafavi, le vice-gouverneur d’Azerbaïdjan occidental, a déclaré : « Au niveau des villes, il y a une grande inquiétude quant à une deuxième vague de la maladie, dont la preuve la plus importante est la mort de 15 personnes en une journée (dans la province). »

Le chef des députés de la province de Khouzistan au Majlis, a confié au site Entekhab hier que « un tiers des cas positifs quotidiens viennent du Khouzistan (…) actuellement les USI de la province sont pleines, les services ont atteint leur pleine capacité et le personnel est épuisé ».

Le gouverneur de Kermanchah a estimé que la situation dans la province est difficile et inquiétante. Selon Irna aujourd’hui, il a affirmé que « le nombre de malade du Covid-19 hospitalisés aujourd’hui dans le Kermanchah dépassé les 400 et nous sommes dans une situation inquiétante (…) Nous avons proposé une fermeture de 10 jours des administrations. La propagation du virus a mis certains secteurs de la province, comme Ouramanat, dans le rouge. Afin d'empêcher la propagation de l'épidémie, la circulation dans la zone d'Ouramanat, sera interdite du 16 juin au 21 juin dans la matinée. »

Le président de la faculté des sciences médicales de Kermanchah a déclaré à l’agence Fars aujourd’hui : « En raison de l'occupation à 100% des lits par les malades du coronavirus dans les hôpitaux Farabi et Golestan, afin de répondre à ces patients, 40 lits ont été préparés à l'hôpital Imam Hossein et 12 lits de soins intensifs à l'hôpital Taleghani pour accueillir les patients atteints du coronavirus (…) Il y a également des services à l’hôpital Shohada, l’hôpital 520 de l'armée et celui des forces de sécurité qui se préparent à recevoir des malades du coronavirus (…) En moyenne, nous avons 80 à 90 nouveaux cas par jour, et la province de Kermanchah est dans le rouge. »

Au Kurdistan, le président de la faculté des sciences médicales a affirmé à l’agence Irna aujourd’hui : « Alors que le nombre de cas positifs à Sanandaj dimanche était de 287, il a atteint 315 à midi hier et 336 la nuit dernière. La courbe de l’épidémie monte en flèche à Sanandaj (…) Même si nous disposions de toutes les ressources du pays, nous ne pourrions pas combattre cette maladie. »

Le gouverneur de Baneh a estimé de son côté : « la semaine prochaine Baneh connaitre un pic aigu du coronavirus (…) Toutes les 24 heures, le nombre d'hospitalisations augmente d'une fois et demie et le nombre de cas positifs est plusieurs fois multiplié de sorte que si cela continue, il y aura plus de malades que les hôpitaux ne peuvent en accueillir. La crise est trois fois plus importante que celle de mars et il y a davantage de jeunes. » (Site Asr-e-Iran du 15 juin).

Le vice-gouverneur de la province de Bouchehr a déclaré à l’agence Irna aujourd’hui : « Lorsque le nombre de malades dans la province était de 1 ou 2, il a été annoncé, mais aujourd’hui où le nombre est de plusieurs centaines par jour, il n’est plus annoncé (…) Les gens doivent savoir que dans la province, des centaines de patients sont contaminés au coronavirus chaque jour. »

Le vice-gouverneur de Hamedan a affirmé selon l’agence Isna hier que « les cantons de Famnine, Kaboutar Ahang et Nahavand sont dans le rouge (…) les autres villes sont dans le jaune (…) nous voyons les cas positifs augmenter dans la province ».

Cité par l’agence ISNA hier, le chef du réseau de santé de la ville de Boroujerd dans la province de Lorestan, a déclaré : « Le virus avance rapidement, et nous ne pouvons faire autre chose que de le combattre. Nous devons passer des précautions de santé au traitement, car la marque des précautions de santé est le confinement, ce que nous n'avons pas dans le pays. »

Maryam Radjavi, la présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), a de nouveau rappelé que désormais tout le monde peut voir qu’en conséquence des politiques inhumaines de Khamenei et de Rohani, le coronavirus s'est propagé dans tout l'Iran en faisant des victimes.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 16 juin 2020

Maryam Radjavi

 

Présidente-élue du Conseil national de la Résistance Iranienne

[En savoir plus]

Choisir la langue : فارسی | العربية | English

Suivez-nous

 

Derniers Tweets