• Accueil / Communiqués / La justice suisse reprend l’enquête sur l’assassinat du Pr Radjavi pour génocide
29 Sep 2021

La justice suisse reprend l’enquête sur l’assassinat du Pr Radjavi pour génocide

Catégories // Communiqués // Déclarations // Nouvelles et activités

La justice suisse reprend l’enquête sur l’assassinat du Pr Radjavi pour génocide

Maryam Radjavi : La décision du tribunal est un tournant historique montrant que génocide et les crimes contre l’humanité ne doivent jamais être frappés de prescription et oubliés.

Le 23 septembre 2021, le Tribunal pénal fédéral suisse a décidé qu’une nouvelle enquête devait être ouverte sur l’assassinat du Pr Kazem Radjavi, représentant du Conseil national de la Résistance iranienne en Suisse, sur la base de génocide et crimes contre humanité. Le Pr Radjavi a été assassiné près de Genève en 1990, soit vingt et un mois après le massacre en Iran de 30.000 prisonniers politiques sur une fatwa de Khomeiny en 1988. Nul n’ignore que dans les années 1980, le Pr Radjavi était le défenseur le plus connu qui réclamait justice pour les victimes des exécutions et les souffrances des prisonniers torturés sous le régime des mollahs.

Le Tribunal pénal fédéral a statué que de ce fait que l’assassinat du Pr Radjavi n’est pas soumis à la prescription en vertu du droit international et du droit suisse.

L’assassinat du Pr Radjavi a été perpétré par un commando de 13 membres envoyé de Téhéran sur les ordres directs du ministre du Renseignement de l’époque, Ali Fallahian. Les 13 tueurs ont fait l’objet d’un mandat d’arrêt international en 1997, et Ali Fallahian a fait l’objet d’un mandat d’arrêt international en 2006.

Mme Maryam Radjavi, présidente élue du Conseil national de la résistance iranienne (CNRI) a qualifié la décision du Tribunal fédéral suisse de tournant historique selon lequel le génocide et les crimes contre l’humanité ne doivent jamais et nulle part être l’objet de prescription et oubliés au fil du temps. Il s’agit d’une avancée et d’une jurisprudence importantes pour le droit contemporain pour tous les pays du monde.

Mme Radjavi a également qualifié la décision de justice de mesure nécessaire pour contrer le terrorisme effréné du régime des mollahs. Elle a ajouté que l’assassinat du Pr Radjavi est la poursuite des exécutions et du massacre des Moudjahidine du peuple (OMPI/MEK) sur la base de la fatwa de Khomeiny. Ces mêmes victimes que Kazem Radjavi a défendu infatigablement jusqu’à son dernier jour sur la scène internationale.

Mme Radjavi a rappelé : Le complot de la dictature religieuse en Iran visant à faire exploser une bombe dans un grand rassemblement de la Résistance à Paris en juin 2018, planifié pour un carnage, ainsi que la répression et le meurtre d’au moins 1500 personnes lors du soulèvement de novembre 2019 en Iran, montrent clairement que le terrorisme, la répression et le massacre sont indissociables de la tyrannie religieuse. Khamenei, Raïssi et les autres dirigeants du régime doivent être traduits devant la Cour internationale de justice pour quatre décennies de crimes contre l’humanité et de génocide. Les gouvernements européens et américains doivent reconnaître le massacre de prisonniers politiques en Iran comme un génocide et un crime contre l’humanité.

Secrétariat du Conseil national de la résistance iranienne
Le 28 septembre 2021

Maryam Radjavi

Maryam Rajavi

Présidente-élue du Conseil
national de la Résistance
Iranienne

En savoir plus

Derniers Tweets