• Accueil / Activités / Un Novembre de feu et de sang, un feu qui refuse de s’éteindre
16 Nov 2021

Un Novembre de feu et de sang, un feu qui refuse de s’éteindre

Catégories // Activités // Discours et événements // Nouvelles et activités

Un Novembre de feu et de sang, un feu qui refuse de s’éteindre

Discours de Maryam Radjavi à la fin du rassemblement historique de 1000 anciens prisonniers politiques du chah et des mollahs – Achraf-3 – Le 14 novembre 2021

Chers sœurs et frères,
Chers compatriotes,

Pour marquer le second anniversaire du grand soulèvement de novembre 2019 contre le régime des mollahs en Iran, nous rendons hommage à ses martyrs, aux 30.000 prisonniers politiques massacrés en 1988, et à tous les héros et héroïnes qui ont donné leur vie au cours de ces quatre décennies.
Le soulèvement de novembre, ce Novembre de feu et de sang, est un Novembre de massacre dont les flammes ne se sont pas éteintes et ne s’éteindront pas. Les 1500 jeunes et adolescents abattus dans les rues, les ruelles et les marais se relèvent et continuent de se battre sous la forme d’une armée innombrable jusqu’à des soulèvements bien plus tempétueux, jusqu’à ce que les auteurs et les commanditaires de toutes les tueries soient traduits en justice et jusqu’au renversement de la tyrannie religieuse en Iran.

Un millier de Moudjahidine du peuple anciens prisonniers politiques

Votre commémoration du soulèvement de novembre dans ce rassemblement d’un millier d’anciens prisonniers politiques sous les régimes du chah et des mollahs envoie un message particulier. Votre message est que l’appel à la justice pour les martyrs est l’équivalent d’un soulèvement pour renverser les mollahs. Des couloirs de la mort dans les prisons aux rues de Téhéran, Tabriz, Ahwaz et Ispahan, et jusqu’à la libération de tout l’Iran, les Moudjahidine du peuple (OMPI/MEK) ne renonceront jamais à cet objectif.
Comme l’a dit Massoud Radjavi, le dirigeant de la Résistance iranienne, vous êtes l’avant-garde de 500 000 prisonniers politiques torturés. Vous avez levé l’étendard de la défense de leurs souffrances et de leur sacrifice. Vous avez ravivé la mémoire de 30.000 roses rouges du mouvement de la résistance pour la liberté.
Vous êtes la voix des victimes de carnages. Vous suivez avec détermination la voie des Moudjahidine fidèles à leur position (exécutés dans le massacre de 1988). Vous vous êtes levés pour le grand jour où l’appel à la justice du peuple iranien sera réalisé et le régime sera renversé.

Votre témoignage dans le procès d’un bourreau du massacre de 1988 – à la fois en Suède et en Albanie – est un succès pour le mouvement de la justice. Si l’OMPI et ses sympathisants dévoués n’avaient pas été présents dans ce procès, il aurait pris une tournure certainement différente.
C’est en raison de l’importance de ces témoignages que les audiences du tribunal ont été déplacées de Stockholm à Durres. Le président du tribunal de Stockholm a déclaré : « D’après les informations et les preuves disponibles, leurs témoignages sont déterminants dans l’instruction de cette affaire. »
Oui, être déterminant est l’essence du rôle des Moudjahidine du peuple durant plus de quatre décennies de lutte contre la tyrannie religieuse.
A la lumière de ce que vous avez accompli, les mollahs ne peuvent plus échapper aux conséquences du génocide et des crimes contre l’humanité. Et la tentative du ministère du Renseignement et de ses agents d’effacer l’identité des Moudjahidine du peuple massacrés a échoué.
Les prisonniers Moudjahidine qui représentent plus de 90 % des victimes de ce massacre, sont restés fidèles à leurs positions et ont enrichi l’esprit de résistance et d’insurrection de la société iranienne.
Selon un témoin au procès, pendant ce massacre, le bourreau Nasserian n’a pu cacher sa frustration en disant : « Je ne sais pas ce que ce courant de Nefagh (en référence à l’OMPI) vous a fait. Ils ont vu les cordes, ils nous ont vu pendre leurs amis, mais pas un [des Moudjahidine] n’a accepté de se renier et de dire qu’il regrettait. »
Un autre témoin a rapporté la résistance de la jeune Simine Hojabr, âgée de 17 ans. Le bourreau torturait Simine pour lui arracher des informations sur ses compagnons de lutte. Cependant elle ne desserrait pas les lèvres malgré les coups de câble qui s’abattaient. Alors le bourreau, impuissant, a lâché : « Dis au moins « je ne sais pas » ! » Et Simine a crié : « Je sais, mais je ne te le dirai pas. »
Ce « non » historique des prisonniers Moudjahidine massacrés a généré une épopée pour l’éternité.
Le célèbre poète français Louis Aragon les décrit ainsi :
« Songez à tous ceux qui mirent leurs doigts vivants, leurs mains de chair, dans l’engrenage
pour que cela change et songez à ceux qui ne discutaient même pas leur cage. »
Le chah et les mollahs voulaient que tout sombre dans le mensonge, le silence et l’ignorance. Mais vous avez renversé la table.
Vous avez enduré de nombreuses années de captivité, en particulier sous Khomeiny, dans l’enfer des « unités résidentielles », des « cages » et des « cercueils » . (1) Et vous avez endossé la responsabilité de faire connaitre aux peuples du monde ces étoiles brillantes dans le ciel de la révolution iranienne.
Comme l’écrivait Simine Behbahani, feue la grande dame de la poésie iranienne, à l’automne 1988 :
Le fou a allumé un feu et brûlé une multitude de prisonniers.
Où sont leurs cendres ? Que le vent nous les amène !
Ni pierre, ni tombe, ni papiers.
Qui se souviendra à jamais de leurs noms ?
Non, non ! Ces innocents illumineront les cieux,
Une étoile nous parlera d’eux chaque soir.

Un Novembre de feu et de sang, un feu qui refuse de s'éteindre

Khamenei et Raïssi, cerveaux de la tuerie de novembre 2019

Nous sommes arrivés à l’anniversaire du soulèvement de novembre 2019.
Le jour de l’éruption enflammée de l’appel à la justice pour renverser le régime.
Le jour de la grande colère tempétueuse du peuple iranien.
Le jour où la jeunesse consciente et militante a détruit en seulement 48 heures, 900 centres du régime dans 200 villes d’Iran.
Le jour où les villes insurgées se sont échappées des griffes des mollahs et des gardiens de la révolution et où la nation enchainée a goûté des heures durant la liberté.
Le jour où a été créé le véritable modèle de l’opération du renversement. Comme l’a dit Massoud Radjavi, «la stratégie victorieuse de l’armée de la liberté avec les unités de résistance, les quartiers et les villes insurgées a été testée ».
Nos salutations infinies aux héros intrépides du soulèvement de Novembre, qui se sont battus à mains nues contre le monstre de l’oppression et de la répression en lui donnant une leçon de premier plan, et à ces insurgés qui ont brisé le mur de la terreur et qui ont fait planer la peur sur les gardiens de la révolution.
Qu’ils reçoivent nos salutations les plus ardentes, eux qui ont été abattus dans les marais de roseaux du quartier Taleghani de la ville de Mahshahr, dont les corps innocents ont été jetés dans les canaux par les pasdarans, eux qui ont roulé dans leur sang, abattus par les hélicoptères de l’ennemi, et ces jeunes et adolescents téméraires tués à Chiraz ou Islamchahr, à Chahriar ou Ghaleh-Hassan-Khan, à Kermanchah ou Ahwaz et Karadj. Saluons leur mémoire !
Tout le monde sait que les dirigeants du régime ont donné l’ordre de cette tuerie. Il sera impossible à Khamenei, Raïssi et au reste des responsables d’échapper à leur procès et à leur châtiment. Le peuple iranien et sa résistance ne renonceront jamais à cet objectif. Et nul ne pourra étouffer le cri courageux des mères des martyrs de novembre. Il ne s’éteindra jamais.
Ces jours-ci, l’initiative de grande valeur et opportune du « tribunal populaire international d’Aban (novembre en persan) » organisé grâce aux efforts incessants d’éminents défenseurs des droits humains et en présence d’avocats et de juristes internationaux de premier plan, est une démarche admirablement remarquable et efficace pour obtenir justice en faveur des victimes de la répression de novembre 2019. Nous espérons que les témoignages bouleversants des blessés et des proches des victimes et l’enregistrement de ces terribles évènements et de leurs détails dans ce tribunal populaire seront un prélude au procès des auteurs de ce grand crime, à savoir les dirigeants de la dictature religieuse, dans les cours de justice de l’Iran libre de demain ou dans les tribunaux internationaux.

Les conséquences du soulèvement

Les événements des deux années qui ont suivi le soulèvement de novembre ont prouvé des faits importants.
1. Les conditions objectives pour le renversement et la révolution démocratique ont muri et sont plus prêtes que jamais. L’économie du pays est dans le coma, la pauvreté et la faim frappent une grande partie de la population.
Khamenei a délibérément ouvert la voie à la propagation du coronavirus et interdit l’importation de vaccins. Il voulait freiner la révolte et la protestation de la société en répandant la mort. Mais le mouvement de protestation a refait surface avec le soulèvement de la population du Baloutchistan et le soulèvement de la soif au Khouzistan en juillet dernier ; et avec les manifestations des enseignants, agriculteurs et ouvriers à travers l’Iran.
2- Le soulèvement de Novembre a fermé toutes les voies au régime et ouvert uniquement la voie à son renversement. Pourquoi Khamenei a-t-il rendu son régime monolithique, replié sur lui-même et fragile ? Pourquoi a-t-il mis en place Ebrahim Raïssi, le bourreau de 1988 ? Parce que l’ensemble de son régime est en danger et dans une situation d’urgence. C’est pour cela qu’il déploie des efforts démentiels pour maintenir son régime avec le programme de missiles et celui de l’arme nucléaire. Mais il est contraint de prendre un chemin qui le mène face au soulèvement et à son renversement. D’autant plus que ces deux dernières années, ce régime a une fois de plus montré qu’il ne veut ni ne peut neutraliser ou réduire le profond mécontentement de la société.
3- Le grand soulèvement de Novembre et la période de deux ans qui a suivi, ont fait briller la nature révolutionnaire des soulèvements. Ils ont mis en évidence la justesse de la stratégie des unités de résistance et des villes insurgées dans le soulèvement de novembre 2019.
Les unités de résistance ont lancé sans relâche des activités contre la répression, le réseau des forces de l’OMPI dans les villes iraniennes s’est développé en qualité et le mouvement de protestation a ouvert la voie à son organisation et à la mise en place de la grande armée de la liberté.
C’est le grand assaut de l’armée de la jeunesse démunie et consciente. Cette force combattive est toujours impétueuse au sein de la société iranienne et se tient aux aguets pour fondre encore et encore sur la tyrannie religieuse.
Nous disons donc aux mollahs : ne pensez pas que vos forces des pasdarans et de la milice du Bassidj sont nombreuses et fiables. Ne pensez pas que les pasdarans corrompus et avides d’argent sauveront votre régime. Même si vous déversez dans les rues tous vos pasdarans, agents du renseignement et miliciens du Bassidj, vous n’êtes rien face à l’armée innombrable de la liberté.
Le soulèvement de Novembre a été réprimé dans le sang, mais des Novembre plus grands et plus terribles encore pour le régime sont en perspective. Ce sont les pas de ces Novembre enflammés qui résonnent dans tout l’Iran.
Une armée innombrable arrive pour réaliser le grand désir de liberté du peuple iranien.
Vive la liberté !
Vive les insurgés et les partisans des soulèvements dans tout l’Iran !
Je vous remercie.

Notes

1 - Terribles méthodes de torture couramment pratiquées dans les prisons du régime clérical pour briser les prisonniers.

Maryam Radjavi

Maryam Rajavi

Présidente-élue du Conseil
national de la Résistance
Iranienne

En savoir plus

Derniers Tweets