• Accueil / Déclarations / Vers un Iran libre et démocratique Message de Maryam Radjavi au sommet des communautés iraniennes aux Etats-Unis
22 Sep 2018

Vers un Iran libre et démocratique Message de Maryam Radjavi au sommet des communautés iraniennes aux Etats-Unis

Catégories // Déclarations // Messages

Vers un Iran libre et démocratique Message de Maryam Radjavi au sommet des communautés iraniennes aux Etats-Unis

Dans un message vidéo dont le texte figure ci-après, Maryam Radjavi s’est penchée sur le cours rapide des événements en Iran et les perspectives qui s’ouvrent pour un Iran libéré de la dictature religieuse :

Chers compatriotes,
Éminentes personnalités,
Membres des communautés iraniennes aux États-Unis,

Vous avez organisé un rassemblement qui brille d’une détermination inébranlable pour assurer la liberté de l’Iran. Ces rassemblements dans le monde, ajoutés à la base populaire de la résistance en Iran, traduisent la feuille de route pour la liberté et la démocratie en Iran.

Chers amis,
Aujourd’hui, je voudrais évoquer brièvement la voie de la liberté et du programme de la Résistance iranienne pour l’avenir de l’Iran.

L’accélération du cours des événements améliore la perspective de la libération de l’Iran de la tyrannie religieuse. Depuis le soulèvement de décembre 2017, la société iranienne n’a pratiquement pas cessé de manifester ni de protester. En août, au moins 27 villes se sont à nouveau révoltées. Le régime a arrêté plus d’un millier de manifestants, mais n’a pas réussi à arrêter les mouvements de protestation à travers l’Iran. Comme l’a dit le dirigeant de la Résistance iranienne, Massoud Radjavi : « C’est un soulèvement jusqu’au renversement [du régime] et jusqu’à la victoire. Il continuera, s’étendra et s’approfondira. Il est lié à la résistance organisée et s’appuie sur elle. Et l’ennemi inhumain n’a aucune solution ni option pour lui échapper. »

Aujourd’hui, la peur des mollahs est amplifiée par le rôle des Moudjahidine du peuple (OMPI) et des unités de résistance dans la conduite et la poursuite des manifestations. Les analystes du régime disent : « L’élément décisif concernant les émeutes de décembre 2017 est leur organisation. De soi-disant unités de révolte ont été créées, qui ont la capacité d’augmenter leurs forces et le potentiel de remplacer les meneurs sur place. »

La feuille de route pour la liberté se révèle dans ces manifestations, dans les protestations incessantes et dans la lutte des unités de résistance.

En même temps, le régime est cerné politiquement et internationalement, et en termes économiques, il est au bord du précipice. Au cours des douze derniers mois, la monnaie nationale a perdu les deux tiers de sa valeur. Aujourd’hui, le régime a atteint le point où ses factions menacent publiquement leur président d’élimination physique.

Les mollahs n’ont aucun moyen d’échapper au siège imposé par toute une série de dangers, c’est pourquoi ils ont activé leurs plus hauts responsables pour tenter de porter des coups majeurs à la Résistance iranienne, acceptant les risques et le prix politique considérable de cette stratégie. La découverte de plusieurs opérations terroristes et d’espionnage menées par le régime contre la Résistance iranienne en Albanie, en France et aux États-Unis ces derniers mois, l’arrestation d’un haut responsable du renseignement qui, se faisant passer pour un diplomate en Autriche, dirigeait un complot terroriste contre la Résistance et l’avertissement récent du ministère français des Affaires étrangères sur la possible prise en otage de ses diplomates par le régime afin d’assurer la libération de son diplomate-terroriste, constituent autant de preuves de ce mode opératoire terroriste.

En outre, il y a deux semaines, les mollahs ont bombardé le siège de partis kurdes iraniens en Irak, faisant des dizaines de martyrs et de blessés parmi les responsables et les membres. Au même moment, dans un crime odieux, le régime a pendu trois militants kurdes après des années de torture et d’emprisonnement.

Avec ces crimes, les mollahs testent les gouvernements occidentaux. Dans ces circonstances, un manque de détermination ou la passivité des gouvernements occidentaux intensifiera les actions terroristes du régime. Cette réalité témoigne du bien-fondé de la lutte du peuple iranien et de sa Résistance pour renverser la dictature religieuse, et en souligne l’urgence. La liberté en Iran et la stabilité et la sécurité dans la région et dans le monde sont étroitement liées. Tous les chemins passent par le renversement de la tyrannie religieuse.

Chers amis, chers compatriotes,
Je voudrais mettre en avant la voie que nous avons choisie et l’horizon qui s’ouvre devant nous alors que nous nous efforçons d’atteindre le grand objectif du peuple iranien.

Nous recherchons la souveraineté populaire. Nous luttons pour l’établissement d’une république fondée sur des élections libres. Nous considérons que le vote libre du peuple est le seul critère de légitimité des autorités nationales.

Nous insistons sur les droits humains conformément à la Déclaration universelle des droits de l’homme et aux conventions adoptées par les Nations Unies.

Notre plan comprend l’abolition de la peine de mort.

Les décrets religieux de la charia des mollahs, qui constituent le précédent juridique des lois répressives du régime, n’auront pas leur place dans l’Iran de demain.

Nous insistons également sur la séparation de la religion et de l’État.

La participation active et égale des femmes à la direction politique de la société est la stratégie de notre Résistance, à la fois dans notre persévérance et notre lutte pour renverser le régime et dans l’instauration de la liberté, de la démocratie et de l’égalité après la chute du régime religieux.

Nous nous sommes levés pour établir un nouvel ordre économique et social fondé sur la liberté. Notre feuille de route comporte le déracinement de la pauvreté, l’expansion de la justice sociale et la croissance du pouvoir économique des citoyennes et des citoyens, offrant à toutes et à tous des chances égales d’emploi et d’entrepreneuriat.

La démocratie dans l’Iran de demain sera fondée sur la participation de ses diverses minorités libérées de la dictature. A cet égard, le plan en 12 points du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) pour l’autonomie du Kurdistan d’Iran, adopté il y a 35 ans, continue de briller comme un des modèles les plus complets au monde.

Le Corps des gardiens de la révolution (pasdaran) et tous les organes de répression, d’espionnage et d’inquisition seront dissous.

Dans l’Iran de demain, la politique d’exportation du terrorisme du régime sera remplacée par la paix et la coexistence pacifique.

Conformément aux plans adoptés par le CNRI, à la suite du renversement du régime, un gouvernement provisoire sera formé, chargé de transférer le pouvoir au peuple iranien et d’organiser dans les six mois des élections libres pour la formation d’une Assemblée constituante nationale.

Enfin, nous recherchons une Constitution fondée sur la liberté, la démocratie et l’égalité.

C’est la feuille de route vers la liberté. C’est la feuille de route pour construire notre patrie, l’Iran, et la rendre prospère.

Chers amis,
Concernant la décision du Conseil de sécurité des Nations Unies de discuter de l’Iran, entre autres, lors de sa session du 26 septembre, je dois rappeler les demandes que souligne la Résistance iranienne depuis plusieurs années. Il est urgent que le Conseil de sécurité se penche sur les violations flagrantes des droits humains en Iran, en particulier la torture et le massacre de prisonniers politiques, ainsi que l’exportation par le régime du terrorisme et de la guerre au Moyen-Orient. Il doit adopter des mesures pour contraindre le régime à mettre fin à ses crimes.

Le renversement de ce régime, le changement démocratique et l’établissement d’un Iran libre relèvent de la responsabilité de notre peuple et de sa Résistance. À cette fin, soutenir le soulèvement du peuple iranien pour le renversement de cette dictature religieuse contribuera à la paix et à la coexistence régionales et mondiales.

Il faut bloquer les canaux qui financent le Guide suprême du régime et le Corps des gardiens de la révolution. C’est ce que demande le peuple iranien et c’est indispensable pour la paix et à la sécurité régionale et mondiale.

En même temps, nous soulignons que le plus grand danger que pose ce régime est la répression dans le pays. En tant que telle, la fermeté vis-à-vis des mollahs ne sera efficace que lorsque toutes les discussions concernant l’Iran traiteront des violations des droits humains, du soulèvement du peuple iranien et du terrorisme des mollahs.

Nous appelons les États-Unis à expulser de leur territoire les agents du régime iranien. Nous exhortons les gouvernements occidentaux à fermer les ambassades du régime, qui sont des centres de contrôle d’espionnage et du terrorisme, et à expulser les forces criminelles de ce régime de Syrie et d’Irak.

Le siège de l’Iran aux Nations unies n’appartient pas au régime terroriste qui le dirige. Ce siège appartient au peuple iranien et à sa Résistance.

Pour terminer, je salue une fois de plus votre magnifique rassemblement.

Vive la liberté !

Vive le peuple iranien !

Maryam Radjavi

Maryam Rajavi

Présidente-élue du Conseil
national de la Résistance
Iranienne

En savoir plus

Derniers Tweets