21 Mar 2011

Cérémonie de la nouvelle année iranienne

Catégories // Activités // Discours et événements

Cérémonie de la nouvelle année iranienne

Au nom de Dieu,
Au nom de l’Iran,
Et au nom de la liberté

Chers compatriotes,
À l’approche de la nouvelle année et du début du printemps, alors que vous vous trouvez près de la table des « 7 S » et que votre cœur bat pour le Norouz de la liberté en Iran, je vous adresse à tous mes salutations. Je salue Achraf, je salue mes compatriotes dans le monde, mes chères filles et fils à travers l’Iran, les femmes et les jeunes combattants intrépides qui avec leur soulèvement courageux font relever la tête à l’Iran et aux Iraniens. Je salue votre volonté enthousiaste avec laquelle le mois passé vous avez lancé cinq grands soulèvements.

La précédente année iranienne s’est terminée avec la grande insurrection de l’Achoura le 27 décembre 2009, et cette année, avec les manifestations du 14 février et la série de protestations qui ont suivi jusqu’à la fête du feu. Avec ses soulèvements, le peuple iranien dit à Khamenei et à son régime : Esprit des ténèbres, tu ne trouveras plus de place sur un seul pouce de la terre d’Iran ! démon au cœur noir, disparait des foyers du peuple iranien.

Durant cette période, vos manifestations ont progressé; vous êtes allés jusqu’à vous emparer de rues à Téhéran. Parfois elles se sont étendues dans des dizaines de villes. Parfois elles se sont arrêtées. Mais la vérité qui fait trembler le régime de la tête aux pieds c’est que cela fait deux ans que ça dure. La poursuite du mouvement montre votre puissance et votre victoire certaine.

Ce que les mollahs cherchent à cacher, ce sont les racines de votre mouvement pour la liberté. Votre soulèvement n’est pas né du jour au lendemain. Il ne s’agit pas d’un mécontentement passager qui pourrait disparaître avec la peur ou par la démagogie de cette dictature.

Il n’est pas apparu à cause des tensions internes de ce régime pendant la mise en scène électorale des mollahs pour que Khamenei, selon ses termes, puisse en prendre les rênes, même si ce mouvement a toujours utilisé les tensions en sa faveur et qu’il essaiera encore de le faire. En réalité votre soulèvement est issu des objectifs démocratiques du peuple iranien et de ses revendications réprimées pour atteindre la liberté, l’égalité et la démocratie. Votre soulèvement a fait se lever une génération de jeunes qui ne supportent plus de vivre dans la peur, l’oppression, la pauvreté et le sous développement. Votre soulèvement bénéficie du soutien de 30 années de lutte héroïque de centaines de milliers de jeunes d’avant-garde. Du soutien de 120 000 martyrs héroïques.

Observons l’histoire de ces 30 dernières années que les mollahs veulent cacher. Quand Khomeiny, ce démagogue, est arrivé au pouvoir, la génération de jeunes révolutionnaires de cette époque ne l’a pas accepté. À peine sept à huit mois après le début de son pouvoir rétrograde, il a été rejeté dans les universités et les lycées. Les jeunes filles et garçons qui voulaient lutter à cette époque se sont engagés en très grand nombre dans les unités de militants qu’avait créées l’organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran. Dans les associations, les écoles, les quartiers, les universités et les entreprises, ils se sont réunis pour s’opposer à Khomeiny. Ils ont dénoncé la nature intégriste de son régime.

La manifestation du 20 juin 1981 est venu couronner cette résistance avec la présence de 500 000 personnes de cette génération prêtes à se sacrifier. Y a-t-il une réalité plus importante que ce soulèvement pour démontrer que la jeune génération d’avant-garde de l’Iran n’a jamais plié devant Khomeiny ? Regardez l’épopée de cette résistance dans les années 1980 : De la résistance glorieuse des prisonniers politiques face aux tortures effroyables, en passant par l’épopée du 27 septembre 1981 où les jeunes et les étudiants se sont sacrifiés pour propager à travers la société le slogan « A bas Khomeiny», jusqu’à l’épopée de la bataille de Lumière éternelle.

Ces histoires brillantes constituent aujourd’hui les racines et le soutien de votre soulèvement. Malgré le massacre des prisonniers politiques en 1988, le mouvement du peuple excédé par huit années de guerre anti patriotique de Khomeiny dans les années 90 a atteint son apogée. Les soulèvements à Chiraz, Boucan, Arak, Zandjan et Machad, et les soulèvements à Islamchahr et Qazvine. Et plus important encore, les manifestations étudiantes et du peuple iranien à Téhéran et à Tabriz et dans 15 autres villes le 9 juillet 1999.

Aujourd’hui chacun d’entre vous qui descend dans la rue représente cette histoire glorieuse. Vous n’êtes pas seuls. Les martyrs et les héros, avec leurs idéaux et leur sang versé, se battent à vos côtés. Et Achraf, la quintessence de cette résistance de trois décennies, a maintenu vivace ces dernières années avec sa persévérance et un tribut élevé, la résistance et le soulèvement en Iran. Elle aussi se tient auprès de vous. Elle est prête à se battre pour vous. Oui cette histoire est de long en large parsemée de combats et de persévérance et elle vous appelle à faire preuve de persévérance dans les manifestations de rue. C’est votre responsabilité et elle vous appelle, pour la liberté de votre peuple et de votre patrie, à vous emparer de la rue. Permettez- moi de vous rappeler ce que Massoud Radjavi vous disait dans un de ses discours : « nous devons à n’importe quel prix continuer le soulèvement… Il ne faut surtout pas que vous ressentiez de la lassitude ou de l’épuisement. C’est vous qui devez davantage fatiguer et épuiser le régime … Non, il n’existe pas au monde de force capable de vaincre la volonté et la détermination nationale des Iraniens, ni leurs cris et leur idéal de liberté. »

Mes chers compatriotes !
L’importance de la poursuite de votre soulèvement peut se voir également dans les réactions de la dictature du guide suprême. Pour faire face au soulèvement et maintenir l’équilibre de son régime, l’an dernier, Khamenei n’a cessé de verser le sang et de se livrer à des destructions. Chaque jour des gens sont arrêtés sous une multitude de prétextes, les e-mails sont contrôlés, les sites Internet sont filtrés et des parasites brouillent les émissions de télévision satellite.
Les ténèbres recouvrent la vie et les besoins quotidiens de la population. Il a détruit la production et le commerce intérieurs. Il a confisqué les subventions, il a augmenté plusieurs fois les prix, il a couvert les mollahs et les pasdaran de fortunes faramineuses. Il a fait s’abattre sur la majorité de la société le chômage et la pauvreté, et il a ajouté à la peur et à l’oppression, la tristesse et le désespoir.

Tout comme il a intensifié les attaques, le blocus et les complots contre Achraf, c’est-à-dire contre vos enfants les plus résistants. Il a augmenté et développé les forces de la répression, et a pendu des prisonniers politiques les uns après les autres. Mais il n’a pu briser leur résistance. Je salue les martyrs, je salue Ali Saremi, Jafar Kazemi, Mohammad Ali Hadj-Aghaï, Hossein Khezri, Farhad Tarem, Zahra Bahrami, Farzad Kamangar, Chirine Alam Holi, Ali Heydarian, Farhad Vakili, Mehdi Eslamian, Ehsan Fattahian, Mohammad-Reza Ali-Zamani, Arach Rahmanipour, Saneh Jaleh, Mohammad Mokhtari et Hamed Nour-Mohammadi et Behnoud Ramezani.

Je salue également les enfants courageux du peuple du Kurdistan et du peuple du Balouchistan et ces prisonniers qui meurent en martyrs et dont personne ne connaît le nom. Je dois aussi évoquer nos centaines de compatriotes victimes des crimes des mollahs et que Khamenei exécute pour aviver la terreur et l’oppression, battant ainsi le record des exécutions dans le monde.

Mes chers compatriotes,
Chaque jour où vous descendez dans la rue, la défaite et le désespoir rongent davantage le moral du pouvoir. Le régime du guide suprême n’a jamais été aussi faible, épuisé et meurtri qu’aujourd’hui. Vos soulèvements en 2009 ont brisé l’image du guide suprême. Durant toute une année Khamenei a cherché à maintenir l’équilibre ébranlé de son régime. Il s’est rendu jusqu’à six fois personnellement à Qom pour tenter de satisfaire les mollahs qui s’y trouvent.

Mais la tempête de votre soulèvement le 14 février a renversé tous les plans de Khamenei. Il a alors été obligé de se replier encore plus sur lui-même. Pour gérer son régime dans les conditions d’urgence actuelle, Khamenei n’est plus désormais en mesure de préserver l’équilibre précédent avec Rafsandjani et l’a supprimé. Cette ablation sans précédent a encore plus fragilisé le système, et l’a rendu plus vulnérable devant votre soulèvement.

Votre insurrection a démontré que la seule réponse du peuple iranien aux agressions des mollahs, c’est un changement fondamental de régime. Le signe le plus important c’est le développement du slogan «mort à Khamenei », comme principal mot d’ordre des manifestations.

Que la mise à l’écart de Khamenei soit devenue un slogan général, montre que la lutte du peuple iranien avance.
– Premièrement, le soulèvement en Iran avec ce slogan souligne que l’objectif, n’est pas la réforme de ce régime irréformable. Le but, c’est la suppression du régime du guide suprême dans sa totalité.
– Deuxièmement, ce slogan signifie le rejet du fascisme religieux et reflète la soif de liberté du peuple iranien et de souveraineté populaire.
-Troisièmement, le résultat le plus important que l’on peut tirer de ce slogan, c’est la défaite totale en théorie et en pratique du régime du guide suprême et du fascisme sous le couvert de l’islam. De ce point de vue, il résume l’arbitrage historique de la nation iranienne sous 30 années de pouvoir du guide suprême.

Aujourd’hui, vous les jeunes courageux, des quartiers de Khazaneh à Naziabad, de Afsarieh jusqu’au nord, l’est et l’ouest de Téhéran et dans toutes les villes d’Iran, vous avez rempli les rues de cette clameur qu’après la chute des dictateurs en Égypte et en Tunisie, c’est désormais au tour de Khamenei. Vous avez fait briller encore plus la fête du feu de cette année en brûlant les portraits de Khamenei. Votre table des « 7S » de Norouz annonce plus que jamais la bonne nouvelle du Norouz de la liberté parce qu’elle porte en elle la lettre du renversement. Oui l’histoire et le temps disent que la fin du régime du guide suprême arrive.

Mes chers compatriotes,
Achrafiens et partisans d’Achraf,
Parallèlement à la répression sauvage, le régime du guide suprême a toujours prétendu que la résistance iranienne et Achraf étaient isolées. Car selon ses allégations, il n’y a que cette résistance, Achraf et les Moudjahidines du peuple qui demandent le renversement du régime. Les mollahs voient respirer la société à travers les pendaisons et l’oppression étouffante et en concluent que personne ne veut de changement. Au contraire, tout le monde serait partisan de ce régime et serait satisfait de mener sa vie soumis au cadre de ce régime.

Aussi vous les Achrafiens pleins de dignité, qui auraient dû être vaincus, regardez comment aujourd’hui votre persévérance porte ses fruits en Iran. Achraf est une voie et une tradition. La voix et la tradition de la résistance et du don de soi pour la liberté du peuple iranien. Aujourd’hui cette voie et cette tradition d’Achraf se retrouvent dans les rues d’Iran.

Après deux années et de 12 campagnes baptisée « Printemps », tout le monde voit clairement que face aux plans, aux intrigues et aux accords de Khamenei avec Maliki, Achraf se tient victorieuse, glorieuse et la tête haute. Oui, face à la pluie de balles des 28 et 29 juillet 2009, face à la répression et au blocus pour détruire Achraf, vos avez résisté et brandi bien haut les couleurs de la victoire du peuple iranien et de son soulèvement pour la liberté. Ces douze campagnes intenses que vous avez menées nuit et jour est chacune une épopée éblouissante qui méritent chacune d’être relatée dans un ouvrage. Aussi j’adresse toutes mes félicitations à Massoud, à Mojgan, à Sedigheh et à toutes sœurs et tous mes frères héroïques d’Achraf. En regardant votre persévérance qui a duré jusqu’à présent 8 ans, et en particulier ces deux dernières années et ces 12 campagnes de « printemps », vous et Massoud avez rendu possible l’impossible, au-delà de toutes les attaques, les complots et la répression ; ce que Khamenei, Maliki et leurs agents n’avaient jamais prévu.

Un autre point que le guide suprême et sa bande en Irak n’avaient pas prévu, c’est que leurs crimes passent devant une cour de justice internationale.

En effet, il y a deux jours à peine, la chambre d’instruction espagnole a annoncé des poursuites judiciaires contre « les tortures psychologiques des Moudjahidine d’Achraf via des menaces de meurtre au moyen de haut-parleurs, des restrictions imposées, notamment dans les soins médicaux et les libertés individuelles, en violation de la 4e convention de Genève. A cet effet, la justice espagnole a convoqué quatre responsables du comité chargé de la répression d’Achraf, ainsi que des agents directement impliqués dans le blocus et des crimes contre les Achrafiens. C’est un acte juridique majeur contre l’ensemble des commanditaires et des auteurs de crimes contre les Moudjahidine d’Achraf. La justice une fois de plus, tout en confirmant son ordonnance précédente dans ce domaine et en s’appuyant sur la convention de Genève, souligne que le gouvernement sur le territoire duquel se trouvent des personnes protégées « est responsable du comportement de ses agents avec les personnes protégées ». Oui, sans le moindre doute, tous les commanditaires et les auteurs de ces crimes doivent passer en justice.

Ainsi, en plus du dossier sur la tuerie des 28 et 29 juillet 2009 la cour nationale espagnole va examiner l’ensemble des mesures prises contre Achraf au cours de ces deux dernières années qui violent la 4e convention de Genève

Cérémonie de la nouvelle année iranienne

Mes chers compatriotes,

Parallèlement à votre insurrection en Iran, les partisans de la résistance sur la scène internationale mènent une campagne réussie pour susciter la solidarité mondiale à votre égard. Les efforts des partisans d’Achraf à l’étranger, qui ont organisé des sit-ins dans plusieurs pays d’Europe, au Canada, en Australie et aux États-Unis devant les ambassades du régime, ces nids d’espionnage et de terrorisme, poussent le monde à soutenir votre cause. Je vous salue mes sœurs et mes frères à travers le monde, vous qui avez rempli la Terre des cris de justice des martyrs et des prisonniers. Vous qui avez éveillé de nombreuses consciences pour venir en aide à la lutte du peuple iranien. De même, durant l’année passée, les majorités d’une trentaine de parlements et de Sénats de divers pays, ont soutenu dans des déclarations le soulèvement en Iran et la persévérance d’Achraf.
Je les en remercie tous. Et à vous, les insurgés en Iran, je dis qu’avec vos manifestations, vous conduisez le monde à vous venir en aide.

D’autant plus qu’aujourd’hui, de grands changements sont intervenus sur le plan international. L’an dernier la communauté internationale a laissé seul le peuple insurgé d’Iran face à la répression sauvage du guide suprême. Mais à présent nous voyons que les soulèvements et les sacrifices des peuples du Moyen-Orient et du Maghreb ont fini par engager la communauté internationale et lui faire abandonner la complaisance avec la dictature, l’observation et le silence face au massacre de la population sans défense. La résolution du Conseil de Sécurité de l’ONU pour la protection du peuple Libyen contre la répression et la tuerie a lancé dans ce sens une opération aérienne contre la machine militaire de la dictature. Nous saluons le peuple courageux de Benghazi et de toute la Libye qui persévère. Il mérite la protection et le soutien face à la répression et le carnage.

Cet événement lance un avertissement sérieux à la dictature sanguinaire du guide suprême comme quoi le temps de la carte blanche pour massacrer et torturer la population pour délit de manifestation est terminé. Et c’est aussi un message pour les manifestants en Iran, qui leur dit : vous la génération intrépide vous devez appeler la communauté internationale à se tenir à vos côtés.

Alors que nous approchons de la fin de l’année, il faut nous rappeler des compagnons que nous avons perdus cette année. Que ce soit à Achraf, en Iran ou à travers le monde, que nos saluts et la paix soient sur eux. Rappelons-nous en particulier de notre chère Marzieh dont le décès douloureux a marqué, comme toute sa vie, le peuple iranien. Saluons ce grand esprit.

Préparons-nous à présent pour le passage à l’année nouvelle. Demandons à Dieu l’avènement de la fête de la liberté de la souveraineté populaire dans notre pays.
– Seigneur rend encore plus fort Achraf et les Achrafiens dans leur persévérance et leur vigilance et rend les encore plus dignes de remplir la grande mission dont ils ont la charge et donne leur la victoire.
-Viens en aide aux peuples de la région qui se sont soulevés pour changer leur destin.
-Aux jeunes combattants qui ont pris modèle sur Achraf et aux cellules et aux unités d’insurgés donnent encore plus de force et de courage
– Donne aux prisonniers politiques et aux condamnés à mort, persévérance et courage
– Protège Massoud et accordez-lui la santé et la réussite.
Seigneur, nous te prions pour que l’année qui commence soit l’année de la victoire et de la liberté du peuple iranien.

Seigneur, Toi qui bouleverse les cœurs et la vue,
Toi qui fais s’épanouir le printemps de la liberté du cœur de l’hiver glacial de l’oppression,
Seigneur, Toi qui tires des ténèbres du désespoir et du marasme la société opprimée, vers la lumière de l’insurrection et qui déclenche des mouvements du peuple, conduis le peuple iranien vers des jours de liberté et de bonheur et apporte le Norouz de la souveraineté populaire sur la terre d’Iran.

Joyeux Norouz 1390, le Norouz du soulèvement en Iran, le début du neuvième printemps persévérant d’Achraf.

Le message de l’avènement du printemps verdoyant, la bonne nouvelle de la victoire est arrivée.
Tous mes meilleurs vœux à l’ensemble de mes compatriotes, spécialement aux femmes et aux jeunes insurgés qui sont l’avant-garde de ce printemps du véritable Iran. Mes vœux les plus sincères aux prisonniers courageux qui annoncent chaque jour la nouvelle de la mort de l’hiver. Mes meilleurs vœux aux membres et aux partisans du Conseil national de la résistance iranienne et à Achraf, la persévérante, qui est le foyer de la liberté.

Mes meilleurs vœux à Massoud qui dans les jours les plus sombres du peuple iranien a été le dirigeant de la résistance et l’annonciateur du soulèvement pour la liberté.

Permettez-moi au nom de la Résistance du peuple iranien de souhaiter un joyeux Norouz à l’ensemble des nations qui ces jours-ci le fêtent également. Nos meilleurs vœux au peuple d’Afghanistan, au peuple du Kurdistan d’Irak et des autres pays.

Mes chers compatriotes,
Norouz et le début du printemps, c’est la fête de la solidarité et de l’éclosion des unions entre les hommes. C’est un temps pour la bonté et l’amitié avec nos semblables et particulièrement avec nos compatriotes dans le malheur, avec les orphelins et avec les familles de prisonniers. Je vous demande de vous rendre sur la tombe des martyrs, d’aller voir les mères et les pères des martyrs, d’aller voir les familles dont les fils ou les filles ont été arrêtés pendant les manifestations pour les réconforter, renforcez votre union et votre affection avec l’ensemble des compatriotes.

Eloignez de vos foyers et familles, l’esprit damné du régime du guide suprême qui propage peur, haine et division.

Je sais que sous le règne obscur des mollahs beaucoup ont été plongés dans la pauvreté. Cependant pour pouvoir affronter ce régime honni, fêtez Norouz, même si ce n’est qu’avec un morceau de sucre, fêtez Norouz dans l’espoir de la grande fête de la liberté dont Dieu seul décidera de l’arrivée et qui sera le jugement de l’histoire. La décennie des années 1390 commence. Soyez sûrs qu’il s’agit de l’ère de la liberté et de la démocratie, l’ère des femmes et des jeunes et l’ère de la souveraineté populaire.

Je vous souhaite une très bonne année 1390.

Maryam Radjavi

Maryam Rajavi

Présidente-élue du Conseil
national de la Résistance
Iranienne

En savoir plus

Derniers Tweets