Choisir la langue : فارسی | العربية | English
Mai 122020

Iran: les décès dus au coronavirus dépassent les 41.000

Categories // Communiqués

Iran: les décès dus au coronavirus dépassent les 41.000

Tendance à la hausse dans les provinces de Lorestan, Mazandaran, Khouzistan, Kerman, Markazi, Kohgilouyeh- Boyer-Ahmad, Ilam et Hamedan

Maryam Radjavi : Le limogeage soudain du ministre de l'Industrie, des Mines et du Commerce par Rohani montre une recrudescence des luttes intestines du régime sur le pillage et le vol des richesses du peuple iranien, et témoigne de la crise profonde que traverse le régime en pleine pandémie de coronavirus. Le pillage, la répression et l'exportation du terrorisme sont dans l’ADN de ce régime.

L'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI / MEK) a annoncé dans l’après-midi du 12 mai 2020, que le nombre de décès dus au coronavirus dans 317 villes d’Iran a dépassé les 41.000. Le nombre de victimes dans les provinces de Qom est de 3370, de Mazandaran 2510, de Khouzistan 2320, de Golestan 1280, de Hamedan 1140, de Lorestan 1085, de Kurdistan 660, de Markazi 582 et de Kerman 460.

Selon les médecins, plus de 130 patients atteints du coronavirus sont morts dans les hôpitaux de Shohaday-e Gomnam à Téhéran et plus de 100 dans celui de Ziayan.

Le comité d'épidémiologie du ministère de la Santé a annoncé que « la tendance à la hausse ou le début du pic est observé dans huit provinces, dont Lorestan, Mazandaran, Khouzistan, Kerman, Markazi, Kohgilouyeh-Boyer-Ahmad, Ilam, et Hamedan », a rapporté aujourd'hui l'agence de presse officielle ISNA.

Ce 12 mai, Mehrdad Sharifi, secrétaire du conseil sanitaire d’Ahwaz (sud-ouest), a déclaré au quotidien Etemad : « nous avons plus de 1 800 chiffonniers à Ahwaz qui font les poubelles sans gants ni autres équipements de protection. Ces gens courent un grand risque de contracter le coronavirus et de le transmettre à d'autres. Le Siège pour l'exécution de l'ordre de l'imam Khomeiny et la Fondation des déshérités ne pourraient-ils pas aider à les organiser et à les prendre en charge au moins pour une courte période afin de freiner la maladie ? » a-t-il demandé.

L'agence Mehr, citant le vice-président de la faculté des sciences médicales de Kerman, a rapporté aujourd'hui une « augmentation significative du nombre de cas positifs dans la province ces derniers jours ».

Concernant la situation dans le Khorassan du nord, le député du parlement du régime, Hadi Ghavami, a déclaré ce 12 mai à radio Farhang : « le nombre de cas positifs dans le Khorassan du nord a augmenté ces derniers jours et le nombre de morts est plus élevé que la moyenne nationale. »

De plus, l'agence IRNA, qui couvre le Khorassan du nord, a écrit : « depuis la première semaine de mai, le nombre de malades a progressivement augmenté dans la ville de Farouj. La ville est dans le rouge. »

« La diminution quotidienne du nombre de décès annoncés donne l'impression que la situation est normale », a écrit aujourd'hui le journal Jahan-e- Sanat. « Dans les villes, les personnes atteintes de COVID-19 ne sont plus amenées à l'hôpital et sont laissées sans soins adéquats (pour mourir) et les envoyer directement au cimetière. »

Saïd Namaki, le ministre de la Santé, a une fois de plus blâmé la population pour cette tendance à la hausse lors d'une interview à la télévision publique le 12 mai : « j'exhorte la population à respecter les directives. Nous sommes confrontés à d'énormes pertes dans certaines provinces où les gens ne les ont pas respectées en pensant que la situation est quelque peu normale. La plus grande erreur stratégique est de penser que le Covid-19 est terminé. Nous pouvons revenir à une mauvaise situation à tout moment. C'est vraiment un phénomène dangereux et malveillant. » Il a également déclaré que selon la « recommandation » de Khamenei, « une nouvelle révision a été effectuée afin qu'une cérémonie religieuse spéciale à l'occasion de l'anniversaire du martyre de l'Imam Ali (le premier Imam chiite) ait lieu de minuit à 2 heures du matin ». Il a ensuite averti que les gens devaient être attentifs et « ne pas nous reprocher, à mes collègues et moi-même, d'avoir augmenté le nombre de cas positifs parce que nous essayons d'ouvrir les mosquées à la population ».

Selon Radio Farhang du 12 mai, Amir Khojasteh, député du Majlis, a déclaré : « aujourd'hui, notre pays est confronté à deux types de virus, le coronavirus et une mauvaise gestion dans les domaines de l'économie et du niveau de vie (qui) combinés à une inflation débridée ont rendu la vie si difficile que les conséquences du Covid-19 sont comparativement insignifiantes. Le président dit avoir limogé le ministre de l'Industrie, des Mines et du Commerce pour ne pas avoir contrôlé le marché automobile. Qui limoger pour une augmentation de 100 % du prix des logements et des appareils ménagers et une hausse de 30 à 100 % du prix de la nourriture et des vêtements alors que les salaires des ouvriers, des employés et des retraités n'ont pas été augmentés ? »

Un autre député du Majlis, Hosseini-Kia, a déclaré aujourd'hui à Radio Farhang : « l'incompétence du gouvernement vieillissant est devenue évidente pour tout le monde pendant la pandémie de coronavirus. Le gouvernement a rejeté la responsabilité de tous les problèmes sur la population et n'a pas sérieusement mis en œuvre l'aide qu'il avait promis de fournir. »

Mme Maryam Radjavi, présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), a évoqué le nombre croissant de victimes du coronavirus et a ajouté : « toutes les promesses des mollahs au peuple iranien démuni et sinistré sont creuses et sans valeur. La seule façon de mettre fin à la pauvreté et au chômage est de mettre fin à la dictature néfaste des mollahs et d'établir la liberté et la souveraineté populaire. »

Mme Radjavi a ajouté : Le limogeage soudain par Rohani de son ministre de l'Industrie, des Mines et du Commerce montre une recrudescence des luttes intestines du régime sur le pillage et le vol des richesses du peuple iranien, et témoigne de la crise profonde que traverse le régime en pleine pandémie de coronavirus. Le pillage, la répression et l'exportation du terrorisme sont dans l’ADN de ce régime.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI)
Le 12 mai 2020

Maryam Radjavi

 

Présidente-élue du Conseil national de la Résistance Iranienne

[En savoir plus]

Choisir la langue : فارسی | العربية | English

Suivez-nous

 

Derniers Tweets