• Activités
  • Discours
  • Maryam Radjavi : les politiques européenne et française doivent se tenir du côté du peuple iranien et de sa demande de liberté
29 Oct2019

Maryam Radjavi : les politiques européenne et française doivent se tenir du côté du peuple iranien et de sa demande de liberté

Catégories // Discours et événements de Maryam Radjavi

Maryam Radjavi : les politiques européenne et française doivent se tenir du côté du peuple iranien et de sa demande de liberté

Discours à l’Assemblée nationale à la réunion « Iran : répression, belligérance. Nécessité d’une nouvelle approche »

 

Mesdames et Messieurs les députés
Chers amis,

Je voudrais vous remercier pour vos efforts de grande valeur contre le fascisme religieux et pour votre soutien au peuple iranien et à sa Résistance, des efforts qui ne seront jamais oubliés.
Cela fait 40 ans que le peuple iranien lutte contre un régime qui détient le record du monde des exécutions. Depuis que Rohani est arrivé à la présidence en 2013, près de 4000 personnes ont été exécutées.
Jusqu’à présent, sous le régime des mollahs, il y a eu 120.000 exécutions politiques, dont 30.000 durant l’été 1988. Ce livre, qui a été publié récemment par le Mouvement pour la Justice, est une liste partielle de noms des membres de l’OMPI massacrés à cette époque. Une exposition sur ce massacre se tient actuellement près de l’assemblée nationale. C’est le plus grand massacre politique après la seconde guerre mondiale. Des responsables de ce massacre occupent actuellement les postes de chef du judiciaire ou de ministre de la Justice. Vous pouvez imaginer la justice en Iran !

Ce régime a légalisé les discriminations contre les femmes. Il a commis le plus grand nombre d’exécutions de femmes au monde. Les Iraniennes ont subi les pires tortures. Actuellement beaucoup de femmes sont emprisonnées juste pour leurs activités et leurs convictions. Malheureusement le monde a gardé le silence sur les crimes du régime en Iran.

Ce régime est aussi le facteur principal de l’instabilité et de la guerre dans la région.
Ces dernières années, le monde a beaucoup entendu parler des crimes de Daech. Ce sont les mêmes crimes que le régime iranien commet depuis 40 ans en Iran et dans les pays de la région. Les mollahs et Daech ont la même idéologie ennemie de l’humanité. Ils sont les mêmes dans la tyrannie et la barbarie au nom de la religion, dans le terrorisme, l’expansionnisme et la misogynie. Quand une idéologie domine un grand pays comme l’Iran, elle est cent fois plus dangereuse que Daech. Daech est le résultat des crimes de ce régime en Irak, en Syrie et aussi du silence de la communauté internationale.
Si le monde ne fait rien face aux crimes des mollahs en Iran et à l’étranger, ce régime va produire un nouveau Daech. Il est très inquiet du coup récent porté à Daech.

Les pasdarans et les milices du régime iranien font des massacres en Irak, en Syrie, au Liban et au Yémen. Il utilise son programme de missiles pour menacer les pays voisins.

Pour faire avancer sa politique, il prend des otages et utilise ses ambassades et ses diplomates pour commettre des attentats terroristes aux Etats-Unis et en Europe, notamment en France.

Ce régime barbare appartient au passé. L’exportation du terrorisme et du bellicisme sont ses moyens stratégiques pour rester au pouvoir. C’est pour cela qu’il fait échouer tous les efforts européens, en particulier les efforts du président français, pour réduire les tensions. C’est pour cela qu’il continue ses attaques contre des pétroliers dans les eaux internationales et des installations pétrolières dans les pays voisins.

S’il y avait la moindre possibilité de modération dans ce régime, si le Président n’était pas un instrument du guide suprême, si les dirigeants pouvaient penser aux intérêts du peuple à la place de leur survie et si ce régime avait un minimum de stabilité, pour quelle raison il augmente la répression et le terrorisme et rejette les propositions de la France?

Le régime joue un double-jeu avec ces initiatives pour gagner du temps afin de poursuivre ses agressions dans la région et développer son programme balistique. Et d’un autre côté, il critique durement la France et l’Europe dans sa propagande à l’intérieur de l’Iran.

C’est exactement l’expérience que nous avons faite il y a 40 ans. Si ce régime avait la moindre possibilité de réforme, nous n’aurions pas payé cet énorme prix pendant toutes ces années de résistance. L’OMPI a compris que la répression en Iran et la guerre à l’étranger était la seule manière pour les mollahs de rester au pouvoir. Cette dictature religieuse ne comprend que la fermeté. Les mollahs au pouvoir considèrent le silence, la flexibilité et les négociations comme un signe de faiblesse. Ils veulent faire croire que l’Europe a besoin de faire une médiation. Mais au contraire, ce sont eux qui ont besoin de cette médiation. L’absence de réaction face aux violations des lois par ce régime et son bellicisme, va encourager les mollahs.

Chers amis,
Permettez-moi de résumer le résultat des derniers événements en trois points :
- Ce régime ne changera jamais de conduite parce qu’il est trop faible et isolé. Changer de conduite signifie pour lui un changement de régime.
- Ce régime ne peut pas renoncer au bellicisme et à ses projets nucléaires et de missiles en échange de concessions économiques et politiques. Il a rejeté cette possibilité au meilleur moment.
Sans une politique de fermeté, le régime sera plus agressif et augmentera les tensions.

Alors, quelle est la solution ? La solution est de se tenir au côté du peuple iranien qui veut le renversement de ce régime. Les Iraniens qui manifestent et font grève dans les usines, dans les rues et dans les villes d’Ispahan, de Lordegan et d’Arak sont réprimés. Ils voient dans le départ des mollahs la seule solution. Dans les manifestations, ils crient aux dirigeants du régime de laisser la Syrie. Mais les mollahs continuent de consacrer une partie importante des revenus du pays à financer la guerre et le terrorisme en Syrie, en Irak, au Liban et au Yémen.

L’économie du pays est paralysée. Le taux de croissance a chuté à près de moins 10 et le taux d’inflation est de 40 à 50 %. Le régime des mollahs connait la plus grande crise de son existence.

La dictature religieuse en Iran ne représente pas le peuple iranien avec sa grande histoire et sa grande culture.

Les initiatives de la diplomatie française, avec le leadership dans ce domaine, doivent aussi être actives pour ouvrir la voie à la démocratie en Iran et au soutien aux droits de l’homme du peuple iranien et de sa Résistance. C’est seulement de cette manière qu’on peut instaurer la paix et la stabilité dans cette région et apporter la démocratie.

Honorables représentants du peuple français,

Il existe une alternative démocratique qui peut instaurer une république démocratique et pluraliste fondée sur la séparation de la religion et de l’Etat, l’égalité des femmes et des hommes, l’autonomie des minorités et un Iran non nucléaire.

Le Conseil national de la Résistance iranienne est capable de remplacer ce régime et d’assurer une transition pacifique du pouvoir aux représentants élus du peuple iranien. Le peuple iranien et sa Résistance, avec les unités de résistance sont prêts à le faire.

J’espère que la politique européenne et celle la France se tiendront du côté du peuple iranien et de ses demandes légitimes.

Je vous remercie

Maryam Radjavi : les politiques européenne et française doivent se tenir du côté du peuple iranien et de sa demande de liberté

Maryam Radjavi : les politiques européenne et française doivent se tenir du côté du peuple iranien et de sa demande de liberté

Maryam Radjavi

 

Présidente-élue du Conseil national de la Résistance Iranienne

[En savoir plus]

Choisir la langue : فارسی | العربية | English

Suivez-nous

Archive du site

Derniers Tweets