• Déclarations
  • Messages
  • Appel de Maryam Radjavi à la solidarité nationale face aux inondations dévastatrices et au torrent funeste de la dictature religieuse
27 Mar2019

Appel de Maryam Radjavi à la solidarité nationale face aux inondations dévastatrices et au torrent funeste de la dictature religieuse

Catégories // Messages

Appel de Maryam Radjavi à la solidarité nationale face aux inondations dévastatrices et au torrent funeste de la dictature religieuse

En pleine catastrophe des inondations, le système des secours est très peu présent, par contre les mollahs ont déployés les pasdaran et la milice du Bassidj pour empêcher toute forme de protestation.

Chers compatriotes sinistrés à travers le pays,

Mes chers pères et mères, mes chères filles et fils qui bouillez de colère et de douleur en raison des inondations, une catastrophe qui aurait pu être évitée. Votre fureur contre la dictature religieuse a terrifié l’ensemble du régime car vous les reconnaissez comme la cause de tous ces ravages, de tous ces morts et tout ce tourment.

Vous avez raison quand vous dites que ces inondations ont emporté les mollahs vers leur la fin. Et vous avez raisons quand vous dites que ces inondations sont la conséquence de la corruption et des crimes massifs des mollahs.

Cette catastrophe démontre une fois de plus que le pillage et des destructions menés par le régime durant 40 ans, s’inscrivent dans le cadre d’une politique criminelle qui, dans chaque inondation et chaque séisme, fauche les vies et les biens de la population.

Que s’est-il passé à Chiraz pour qu’une simple pluie de 10 minutes fasse un si grand nombre de victimes et autant de blessés et de dégâts ?

Ce sont les mollahs qui ont infligé cette calamité à Chiraz et à ses habitants. Ils ont détruits les fosses et les chenaux qui servaient à dévier les flots des inondations. Ils ont construit dans le lit de la saison sèche de la rivière, à l’entrée de la ville, Darvazeh-Coran, des installations urbaines pour en tirer d’énormes profits pour eux-mêmes et leurs complices.

Dans la province de Golestan, cela fait des années qu’ils n’ont pas dragué la rivière Gorgan, qu’ils ont détruits de grandes parties des champs et des forêts, et qu’ils se sont abstenus d’aménager des canalisations agricole et d’entretenir les bassins versants.

Dans les autres villes, ils ont construit des bâtiments dans le lit des cours d’eau ou bien ont obstrué ces passages naturels des flots. Et en menant cette politique corrompue, ils ont accaparé, détruit et vendu les rives des cours d’eau et les rivages des mers, les contreforts des montagnes et les forêts, alors qu’il s’agit de biens publics.

Comme l’a dit Massoud Radjavi, le dirigeant de la Résistance iranienne : « le résultat du pouvoir des mollahs et de cette dictature religieuse honnie est en un mot uniquement la destruction de générations et de la productivité et de la prospérité du pays, la destruction de l’environnement et la destruction de l’espoir et de la confiance du peuple. Une économie en ruine, une société accablée et un peuple trahi au plus haut point. »

Oui il s’agit bien d’un régime d’occupation dans tous les sens du terme.

En pleine catastrophe des inondations, le système des secours est très peu présent, par contre les mollahs ont déployés les pasdaran et la milice du Bassidj pour empêcher toute forme de protestation.

Chiraz a besoin de secours d’urgence pour réparer les destructions et soigner les blessés, mais le mollah Rohani y a envoyé en urgence le ministre du Renseignement, et sa mafia des exécutions, de la répression et de la terreur.

Oui, c’est la phase terminale d’un régime qui a déversé les richesses du pays dans la gueule béante de Bachar Assad, ou les a dépensées pour les pasdaran, la milice du Bassidj et le terrorisme, pour le programme nucléaire et les missiles balistiques ou dans les poches des dirigeants corrompus de ce régime.

Ce n’est pas en se réfugiant dans leurs « villes missiles » (clandestines) que les mollahs seront sauvés. Parce que c’est le temps des villes rebelles et des unités de résistance. Le temps des révoltes est venu pour une nation déterminée à sauver sa vie et l’avenir de ses enfants du torrent funeste de la dictature religieuse.

Comme le dit le Coran :
ان الله لایغیر ما بقوم حتی یغیروا ما بانفسهم
Dieu ne change pas le sort d’un peuple tant que ce dernier ne se soulève pas pour changer de situation. (Sourate 13, verset 11)

Le peuple insurgé d’Iran veut se débarrasser de ce régime cruel et criminel. Il veut fonder un pays et une société où la liberté, la démocratie et l’égalité règneront pour que plus personne ne puisse détruire les besoins les plus élémentaires et les plus nécessaires de l’environnement dans les villes et les villages et laisser la population sans défense.

Chers compatriotes,

Aujourd’hui, tous les Iraniens murmurent ces vers du poète Hafez de Chiraz qui dit : « Combien Chiraz est belle et incomparable, que Dieu la sauve du mal ou du déclin »

Mon Dieu préserve Chiraz et toutes les villes et les villages d’Iran de la destruction et des ravages des mollahs !

Il ne fait aucun doute que vous tous, femmes et hommes et jeunesse téméraires de Chiraz et des autres villes et villages d’Iran, vous délivrerez l’Iran de la dictature religieuse honnie.

J’adresse à nouveau mes condoléances aux familles endeuillées de Chiraz et des provinces sinistrées et je forme des vœux de prompts rétablissements pour les blessés.

Tous les Iraniens ont le cœur brisé par cette tragédie. Par les appels au secours des gens pris au piège dans leurs véhicules sans pouvoir en sortir jusqu’aux enfants innocents noyés par les flots et tous ceux qui ont tout perdu dans ces inondations.

J’appelle ici toutes les femmes et tous les hommes d’Iran à coopérer dans les zones touchées par le sinistre et celles qui sont en danger. La seule et la meilleure manière d’agir est de s’entraider. Nul autre pouvoir n’est plus efficace et plus accessible que la solidarité.

J’appelle tout le monde, particulièrement la jeunesse, à former des conseils populaires dans chaque quartier, dans chaque ville et village pour faire face aux inondations et à leurs ravages.

Toutes les ressources volées par les pasdaran, l’armée et les autres organes du pouvoir appartiennent à notre peuple. Elles doivent être mises dans leur totalité à la disposition de la population pour empêcher la survenue de nouveaux dégâts.

J’appelle la jeunesse éprise de liberté, les unités de résistance et les conseils de ne perdre aucune occasion d’aider les familles sinistrées. Aidez les gens à organiser des conseils populaires car c’est la seule solution pour surmonter ces inondations destructrices.

Volez au secours des familles sinistrées, montrez-leur votre amour et votre compassion. Ce sont les mollahs qui ont infligé cette calamité à notre peuple et à nos villes. Construisons au cœur de ce désastre notre propre solidarité et notre propre bienveillance qui est la plus grande force de notre nation.

Construisons avec nos larmes et notre peine une force de sympathie et d’unité contre les mollahs. Dans ces jours difficiles, comptons les uns sur les autres et permettons aux gens de compter sur nous. Donnons-nous la main et faisons avancer ensemble nos plans pour un Iran libre et prospère.

J’adresse à nouveau mes plus sincères condoléances et sympathies à mes chers compatriotes à travers l’Iran.

Maryam Radjavi

 

Présidente-élue du Conseil national de la Résistance Iranienne

[En savoir plus]

Choisir la langue : فارسی | العربية | English

Suivez-nous

Archive du site

Derniers Tweets