• Accueil / Activités / Maryam Radjavi: La justice a encore s’est placée du coté de la Résistance iranienne
19 Déc 2013

Maryam Radjavi: La justice a encore s’est placée du coté de la Résistance iranienne

Catégories // Activités // Discours et événements

Maryam Radjavi: La justice a encore s’est placée du coté de la Résistance iranienne

Mesdames et messieurs,

Personnalités éminentes venues d’Italie, de France, des Etats-Unis et d’autres pays européens en solidarité avec le peuple et la résistance d’Iran, je vous adresse à toutes et à tous mes salutations.

Mes chers compatriotes, amis de la résistance, partisans d’Achraf, je vous salue tous.

Je suis heureuse de m’adresser à vous en ce jour, un jour où nous entendons qu’à nouveau la justice s’est placée du côté de la résistance pour la liberté. Un jour où la justice a donné une réponse précieuse au sang versé des martyrs et au corps douloureux des grévistes de la faim.
Et un jour où la victoire et la fierté des grévistes ont terrassé les souffrances et la faim grâce à leur volonté et leur foi. Et voilà que nous avons atteint un sommet de cette grande persévérance. Et aujourd’hui, c’est votre victoire.

Les mollahs, par l’intermédiaire de leur gouvernement fantoche en Irak, ont fait assassiner 52 héros d’Achraf. Puis ils ont voulu le dissimuler sous des démentis, des tromperies et du chantage. A présent le monde peut constater que vous avez fait totalement capoter le plan de l’ennemi. C’est tout à votre honneur. Vous avez fait revivre goutte par goutte le sang des martyrs d’Achraf, vous avez ravivé la force des consciences et de la justice, vous avez réconforté un peuple et vous lui avez donné l’espoir et vous avez ouvert un chemin de la persévérance.

La justice espagnole a décidé de poursuivre le conseiller à la sécurité nationale du premier ministre irakien et responsable du comité chargé de la répression d’Achraf pour crime contre la communauté internationale. Ainsi tout ce que ces criminels et démagogues ont inventé pour démentir leur crime, vient de partir en fumée.

La décision de la justice espagnole touche le numéro 2 du gouvernement fantoche de l’Irak en lui signifiant les charges qui pèsent contre lui et qui sont l’assassinat de 52 Moudjahidine du peuple, des enlèvements, de la torture, de la répression et toutes sortes de comportements inhumains.

Cela signifie que les crimes contre l’humanité ne restent pas impunis, que les génocides et les atrocités ne peuvent être dissimulés.

Cette décision de justice touche non seulement le conseiller à la sécurité nationale de Maliki, mais aussi plusieurs de ses plus hauts collaborateurs, dont elle précise les noms et qui doivent comparaitre en justice. Aucun criminel ne pourra échapper à la justice : ceux qui ont donné l’ordre, ceux qui ont fait le blocus, ceux qui ont tiré, ceux qui ont tué à petit feu, ceux qui ont pris des otages et qui ont torturé, tous devront comparaitre en justice.

Oui, chers sœurs et frères,
Vous êtes les vainqueurs parce que lorsque le monde était plongé dans le silence, vous avez crié avec vos vies. Vous êtes les vainqueurs parce que, comme l’a dit Massoud Radjavi, vous représentez « les flammes de l’honneur et de la résistance d’un peuple enchainé ».
Oui, votre voix retentira à jamais dans l’histoire de la résistance pour la liberté de l’Iran. Vous qui chaque jour avez dit et dites : « nous résisterons jusqu’au bout » !

Il faudrait devenir montagne et demeurer, devenir rivière et couler
Les montagnes chantent ton ode et les plaines disent ton nom
Le nom de chacun d’entre vous défenseurs de la liberté, combattants et Modjaheds
votre nom à vous qui avez persévéré dans cette bataille éreintante.
Oui, ce sont des noms qui font aujourd’hui la fierté de l’Iran.

Je vous ai envoyé à plusieurs reprises des messages, je vous ai téléphoné et je vous ai envoyé des responsables pour parler avec vous, pour convaincre les grévistes en état grave d’arrêter leur grève. Mais vous n’avez pas arrêté et beaucoup ont été hospitalisés. Au 87e jour, j’ai demandé à tous les grévistes, qu’étant donné l’arrivée de nouveaux volontaires, de mettre fin à leur grève. Malheureusement je n’ai pas totalement réussi.

Au 92e jour, j’ai répété ma demande. Mais ils ont dit qu’ils voulaient continuer tant que les USA et l’ONU ne briseraient pas leur silence où que les tribunaux internationaux ne prendraient pas de décision.

Oui, avec vos vies vous avez donnez de nouvelles dimensions à l’épopée d’Achraf et comme l’avait dit Massoud Radjavi, vous avez construit d’autres Achraf, avec votre cœur et votre esprit et toute votre affection et vos sentiments, avec chacune de vos cellules, de l’Australie à Ottawa, de Scandinavie à Genève et de Berlin à Rome, Londres et Washington, jusqu’à Liberty. Je rends hommage à chacun d’entre vous et à la leçon de résistance magistrale que vous avez donnée.

A présent mes chers sœurs et frères,
Je remercie le Seigneur de vous avoir tous préservés, bien que vous ayez été plusieurs fois gravement en danger, et vous avez décidé de parcourir ce chemin jusqu’à votre dernier souffle.

Et en s’appuyant sur cette persévérance nous disons une fois de plus et cent fois de plus aux ennemis du peuple iranien : Vous pouvez tuer des Moudjahidine du peuple et des combattants, vous pouvez les abattre d’une balle dans la tête, les mains liées ou sur un lit d’hôpital, vous pouvez pendre ou torturez leurs amis et leurs frères de combat en Iran, vous pouvez couvrir leur dirigeant d’injures et de calomnies et vous pouvez inverser la place du bourreau avec celle de la victime, mais vous ne pourrez jamais échapper à la justice, vous ne pourrez jamais et vous ne pouvez pas anéantir la force de la conscience et de la justice et vous ne pourrez jamais empêcher la victoire de la justice.

De même il faut dire au régime du guide suprême et à ses pique-assiettes : moquez vous autant que vous le voulez de la résistance et du refus de capituler. Mais pour nous l’éveil des consciences est suffisant, pour nous il est suffisant que les forces de la justice entrent en scène, et pour nous il est suffisant que les jeunes et les partisans d’Achraf se dressent dans tout l’Iran et que se lève une vague de soutien et de solidarité des prisonniers politiques.

Comme le disait le poète Chamlou :

Je porte sur les épaules les pierres de ma prison
comme le fils de Marie portait sa croix
et non pas comme vous
qui taillez la poignée du fouet du bourreau
dans les os de vos frères.
Et qui tressez les lanières de vos bourreaux
avec les cheveux de vos sœurs
et qui ornez le fouet du tyran
de l’ivoire des dents brisées de vos pères.

Chers amis,
Le massacre d’Achraf a servi de fondement à la signature de l’accord sur le nucléaire par les mollahs. Depuis la signature de l’accord, ils ne cessent de pendre des prisonniers dans tout le pays. Si le programme nucléaire ne s’était pas transformé en piège mortel pour ce régime, il n’aurait pas besoin de tous ces massacres et exécutions.

Mais le programme atomique incarne désormais une des plus grandes crises et défaites du régime. Les mollahs et leurs collaborateurs ont totalement échoué à faire passer ce programme pour un objectif national. Le programme atomique des mollahs est vomi par le peuple d’Iran, parce qu’il s’agit d’un programme antipatriotique qui n’a apporté qu’une pauvreté insupportable à la population et qui menace l’environnement du pays et de toute la région de la pire des catastrophes. La population du Khouzistan dans le sud du pays veut de l’eau potable, pas de fabrication d’une bombe atomique. La population d’Arak veut un air sain et pas de centrale au plutonium. Oui, la population dans tout l’Iran veut la liberté et ses droits humains et non un programme nucléaire. Et cette région veut la paix et non la guerre, ni de missiles et d’armes nucléaires.

Comme le disait justement Massoud Radjavi : « Quel Iranien patriote, quelle force patriote éprise de liberté et quelle force d’avant-garde et progressiste pourrait tolérer de voir la bombe dans les mains du guide suprême ? »

Et maintenant sous la pression des sanctions internationales, des crises internes et externes et surtout par peur des soulèvements, les mollahs ont accepté l’accord de Genève et ont été forcé de faire un pas en arrière. Mais ce premier pas les a précipités dans une crise. En raison de l’importance vitale de l’annulation des sanctions, ils ont besoin de l’accord de Genève, mais ils redoutent les conséquences mortelles de ce recul, car il s’agit de l’impasse et de la crise du renversement.

C’est pourquoi trois semaines avant la signature de l’accord, il a opéré à son habitude toutes sortes de manœuvres et de tromperies. Durant cette période, les mollahs ont annoncé officiellement la fabrication d’un nouveau type de centrifugeuse avancée et ont parlé de construire et de développer la centrale d’Arak et de produire de l’uranium à grande échelle. Mais au fait, pourquoi les mollahs se lancent-ils dans ces jeux ? La réponse se trouve dans la politique de complaisance des USA et de l’Europe, à l’origine de la mollesse et de la grande faiblesse de l’accord de Genève, tandis que s’il y avait eu une politique de fermeté et de principes et si les 5+1 avaient insisté pour l’application complète des résolutions du Conseil de Sécurité, ils auraient pu au cours de ces mêmes négociations de Genève, contraindre le régime des mollahs à l’arrêt complet de leur programme atomique, pour que la région, le monde et le peuple iranien soient débarrassés de ce projet funeste et de ses dangers mortels.

Récemment, pour justifier les graves lacunes de l’accord de Genève, des leaders occidentaux ont dit qu’ « il est faux de croire que nous pouvons avec davantage de sanctions et de menaces militaires, contraindre le régime iranien à abandonner son programme nucléaire ». Nous répondons à ces justifications que les politiques qui optent pour la complaisance avec les mollahs, ne pourront jamais leur enlever la bombe des mains.

Comment des gens qui serrent les mains sanglantes des mollahs pourraient leur faire obstacle ? Comment des gens qui suivent encore les traces de Chamberlain, pourraient s’opposer au danger nucléaire des mollahs ? Ce qui peut faire reculer ce régime dans son projet atomique antipatriotique, c’est une politique de fermeté. Ce qui peut garantir que les mollahs n’arriveront pas à la bombe atomique, c’est de reconnaitre le droit du peuple iranien et de sa résistance à changer de régime et à instaurer la liberté et la démocratie sur la base de la séparation de la religion et de l’Etat.

C’est parce qu’ils ont peur d’un soulèvement et d’être renversés que les mollahs se sont assis à la table des négociations. C’est pourquoi il ne faut pas donner aux mollahs la possibilité de tromper à nouveau la communauté internationale.

En réalité, le régime du guide suprême est extrêmement affaibli et la société iranienne est en phase d’explosion mais l’occident l’ignore totalement.

En réalité, durant les onze années où la résistance iranienne a révélé les principaux centres nucléaires de Natanz et Arak, c’est la politique de complaisance de l’occident qui a permis aux mollahs de se rapprocher de la bombe.

En réalité, du soulèvement de 2009, d’Achraf et Liberty jusqu’au programme nucléaire, partout l, pour avoir fourni une assistance au régime quand il touchait le fond, a politique américaine est devenue une partie du problème et non de la solution.

Mais nous, nous disons que mettre fin au programme atomique du régime est à portée de la main. La dictature en place est dans sa phase terminale et face aux vraies pressions, elle n’a pas d’autres choix que celui de reculer. La solution est claire, je la répète et je la souligne :
– il faut contraindre les mollahs à accepter le protocole additionnel avec ses inspections inopinées de tous les sites déclarés et clandestins.
– Il faut oxyder toutes les réserves d’uranium et détruire tous les sites atomiques du régime.
– Il faut s’abstenir de réduire les sanctions internationales contre le régime iranien, jusqu’à ce qu’il accepte les résolutions du conseil de sécurité de l’ONU.

Ce que nous disons est fort simple : les mollahs sont plus que jamais vulnérables. Ne leur apportez pas d’aide et laisser le peuple iranien faire ce qu’il doit faire en renversant l’ensemble de ce régime.

Maryam Radjavi: La justice a encore s'est placée du coté de la Résistance iranienne

Mesdames et Messieurs,
Cette politique qui a poussé les Etats-Unis, l’UE et l’ONU à la passivité devant la fabrication de la bombe atomique des mollahs, leur fait aussi fermer les yeux sur les violations sauvage des droits humains en Iran et leur fait piétiner leurs engagements et leurs obligations légales vis-à-vis d’Achraf et de Liberty.

Dans cette situation, si vous n’aviez pas fait preuve de résistance et si vous n’aviez pas lancé une campagne, il y aurait eu des catastrophes bien plus importantes à Achraf et Liberty.

La semaine dernière le groupe de travail sur les disparitions forcées et celui sur la détention arbitraire de l’ONU et quatre rapporteurs spéciaux des Nations Unies ont demandé au gouvernement irakien de préciser où sont détenus les 7 otages d’Achraf. Auparavant Amnesty Internationale et l’OMCT avaient fait la même demande.

Alors quelle est cette politique funeste qui tout en piétinant les droits cherche à laver les mains des principaux meurtriers et des coupables, à savoir Maliki et Khamenei. Cette politique de lâche va allumer le moteur d’une plus grande catastrophe.

C’est pourquoi je répète cette mise en garde : tout ce qui arrive aux habitants de Liberty ainsi qu’aux 7 otages d’Achraf, est de la responsabilité totale du gouvernement américain et de l’ONU. Ils doivent, sur la base de leurs engagements, garantir la sécurité des habitants de Liberty.

Aujourd’hui, la libération des otages et la nécessité de protéger tous les habitants de Liberty, ainsi que les protestations contre les violations des droits humains et les exécutions en Iran et surtout les requêtes des grévistes de la faim dans les prisons en Iran, forme le sujet d’une vaste campagne à travers le monde qu’il faut renforcer au maximum.

La persévérance des habitants de Liberty, leur résistance et celle de leurs partisans est un appel au soulèvement dans tout l’Iran. Et cette lutte durera jusqu’à la victoire.

Mesdames et Messieurs,
A l’approche de Noël et du Nouvel An, tout en présentant mes vœux aux chrétiens d’Iran et du monde, et au peuple italien, j’implore l’aide de Jésus, fils de Marie, dans notre résistance à la dictature du guide suprême et pour parvenir à la victoire et à la liberté.

Que la paix soit sur le Messie dont le message d’espoir et de vie ressuscitait les morts et relevait les opprimés.
– Aux prisonniers, aux torturés qui chaque jour le recherche, je répète le message du Christ qui disait : « Celui qui aura persévéré jusqu’à la fin sera sauvé.» (Matthieu, ch.24-v.13)
– Au peuple d’Iran, aux jeunes, aux étudiants, aux insurgés pour la liberté je répète le message du Christ qui disait : « Quiconque demande reçoit, celui qui cherche trouve, et l’on ouvre à celui qui frappe. » (Matthieu Ch11, v.10)
– Aux Moudjahidine du peuple, aux pionniers de la liberté qui portent leur croix depuis trente ans, et qui ouvrent la voie de la liberté, je répète le message du Christ qui disait : « si vous avez de la foi gros comme un grain de moutarde (…) rien ne vous sera impossible. » (Matthieu, Ch 17- V.20)

En nous inspirant du Christ et de la Vierge Marie pour tous ceux qui à travers le monde se sont dressé par solidarité avec la Résistance iranienne, et pour tous les peuples de la Terre, je forme des vœux de paix, de solidarité et d’un monde rempli d’espoir, de lumière et de bonheur.

Le message de Moïse, de Jésus et de Mohammad est la liberté, la paix, la clémence et la tolérance. Et il ne fait aucun doute que ce message sera vainqueur dans notre patrie l’Iran.

Vive la liberté
Vive le peuple iranien

Maryam Radjavi

Maryam Rajavi

Présidente-élue du Conseil
national de la Résistance
Iranienne

En savoir plus

Derniers Tweets