• Accueil / Discours et événements / Discours de Maryam Radjavi à la conférence sur l’islam de tolérance et de démocratie contre l’extrémisme et le fanatisme au nom de l’islam
03 Juil 2015

Discours de Maryam Radjavi à la conférence sur l’islam de tolérance et de démocratie contre l’extrémisme et le fanatisme au nom de l’islam

Catégories // Activités // Discours et événements

Discours de Maryam Radjavi à la conférence sur l’islam de tolérance et de démocratie contre l’extrémisme et le fanatisme au nom de l’islam

Pas de contrainte en religion- Paris – le 3 juillet 2015

Au nom de Dieu Clément et Miséricordieux

شهْرُ رَمَضَانَ الَّذِيَ أُنزِلَ فِيهِ الْقُرْآنُ هُدًى لِّلنَّاسِ وَبَيِّنَاتٍ مِّنَ الْهُدَى وَالْفُرْقَانِ

Le mois de Ramadan au cours duquel le Coran a été révélé comme guidance pour les êtres humains, avec les détails de la bonne direction et du discernement[1]

Chers sœurs et frères

Je vous salue tous ici présents, je salue les musulmans de France, les représentants des nations du Moyen-Orient, d’Asie et d’Afrique, ainsi que mes compatriotes en Iran et les résistants de la liberté, en particulier au camp Liberty en Irak.

Que Dieu accepte vos prières, votre jeûne et celui de tous les musulmans en ce mois béni et que l’Aïd de la libération des peuples du Moyen-Orient arrive au plus vite.

Mesdames et Messieurs,

Nous suivons ce mois de Ramadan à un moment où une grande partie du Moyen-Orient est ravagé par les flammes du terrorisme et de la guerre. C’est le fléau de l’extrémisme islamiste qui a imposé la religion sous la bannière de la barbarie et de la réaction.

Aujourd’hui je voudrais aborder ce sujet : l’islam est opposé à la religion obligatoire, il est opposé à toute contrainte religieuse imposée à la population et insiste sur la nécessité de la liberté.

Aujourd’hui en Iran, les mollahs au pouvoir ont enchainé le peuple en exécutant sans répit, en torturant les prisonniers politiques, en amputant les mains et les pieds, en arrachant les yeux, en jetant de l’acide au visage des femmes et en faisant s’abattre une pauvreté générale.

Il y a cinq jours, les mollahs ont amputé des doigts deux jeunes dans la ville de Machad. Cet acte de barbarie a choqué le monde. Amnesty international a dit que ce châtiment cruel traduit une attitude inhumaine d’un régime adepte de l’oppression

Ce pouvoir inhumain s’appelle le régime du Guide suprême, qui est la source d’inspiration de Daech et de Boko Haram.

Tous, quel que soit leur nom ou leurs revendications, se rejoignent dans une idéologie inhumaine et dans des préceptes communs, à savoir imposer par la force la religion, instaurer une tyrannie absolue au nom de Dieu, pratiquer le terrorisme et l’expansionnisme au nom de l’exportation de la révolution et du développement de la religion, éliminer, réprimer et humilier les femmes et enfin piétiner tous les principes humains et divins pour rester au pouvoir.

Ainsi donc, le « califat » islamiste instauré dans une partie de la Syrie et de l’Irak aujourd’hui, n’est que le raccourci d’un modèle plus grand instauré il y a plus de trente ans par Khomeiny en Iran sous le nom de régime de « Guide suprême ».

Il y a trente ans, Khomeiny disait : « il faut chauffer à blanc (le peuple) pour corriger la société. »[2]

Et aujourd’hui le mot d’ordre essentiel de Daech est que « jamais la charia ne sera appliquée sans la force des armes. »

Une arme importante des extrémistes islamistes, c’est le Takfir, jeter l’anathème dont ils se servent pour viser les opposants à leur charia réactionnaire.

Mais la première source d’inspiration de ces anathèmes à notre époque a été Khomeiny. En 1988, avec un décret écrit de sa main, il a taxé tous les prisonniers de l’OMPI comme des hérétiques en raison de leurs convictions et les a condamnés à des exécutions de masse. A la suite de ce décret, 30.000 prisonniers politiques de l’OMPI et d’autres résistants ont été massacrés.

C’est pourquoi l’extrémisme et le fanatisme au nom de l’islam ont d’abord vu le jour à notre époque avec le régime du Guide suprême avant de se développer. Ensuite, l’islam dont ils se réclament est une religion de la contrainte, qui prive l’être humain de sa volonté. Tandis que l’islam authentique et le message coranique rejettent la religion obligatoire et la contrainte au nom de la religion.

La liberté, la véritable essence de l’islam
Alors référons-nous au Coran qui présente le message authentique de l’islam :
Le Coran ne dit-il pas : il n’y a pas de contrainte en religion ?
Le message de l’islam n’est-il pas la compassion et la libération ?
Les sourates du Coran ne commencent-elles pas par « Au nom de Dieu, Clément et Miséricordieux » ?
L’islam n’est-il pas la religion de la tolérance et du pardon ?
Le Prophète Mohammad dans sa conquête de La Mecque n’a-t-il a pas amnistié tous ses ennemis, et à Médine n’a-t-il pas présenté une charte de la fraternité et du pluralisme ?
Oui, la liberté est l’essence authentique de l’islam.
Par conséquent ce que disent les mollahs au pouvoir en Iran ou leur progéniture idéologique comme Daech et Boko Haram, est opposé à l’islam et une perversion absolue.

Voyez ces versets du Coran :

« وَجَادِلْهُم بِالَّتِي هِيَ أَحْسَنُ»[3]،
« الَّذِينَ يَسْتَمِعُونَ الْقَوْلَ فَيَتَّبِعُونَ أَحْسَنَهُ»[4]
« قُلْ هَاتُواْ بُرْهَانَكُمْ » [5]«وشاورهم في الامر»[6]
Oui, la parole de Dieu ce n’est pas imposer et terroriser, mais écouter, débattre et se consulter.
Et ces versets sont les ordres de Dieu à son Prophète :
فذكِّرْ إِنَّمَا أَنتَ مُذَكِّرٌ لَّسْتَ عَلَيْهِم بِمُصَيْطِرٍ
وَمَا أَرْسَلْنَاكَ إِلَّا مُبَشِّرًا وَنَذِيرًا
و ما ارسلناك الا رحمه ِللعالمين

Tu n’es que celui qui conseille et non celui qui surveille et contrôle
Nous ne t’avons envoyé que pour apporter la Bonne nouvelle et des avertissements.
Nous t’avons envoyé comme une bénédiction pour les peuples du monde
Non seulement pardonne à ceux qui ont fauté mais consulte-les aussi dans tes actions.

A travers le Coran[7] les instructions chargent le Prophète d’instaurer l’amitié et l’affection entre les cœurs, d’ôter les chaînes qui entravent les mains et les pieds et d’appeler à la tolérance et à la facilité dans le but de libérer l’être humain.

Dans les sciences de l’homme, l’islam et le Coran reconnaissent la liberté comme la principale caractéristique de l’être humain et par conséquent son sens des responsabilités.[8]
Pour le Coran, l’être humain est libre et maitre de son destin.

انا للّهَ لاَ يُغَيِّرُ مَا بِقَوْمٍ حَتَّى يُغَيِّرُواْ مَا بِأَنْفُسِهِمْ[9]

L’islam est la religion de la libre expression et de l’expression de l’opposition et de la critique vis-à-vis des dirigeants, et non un obstacle à cette expression.

Le Prophète a dit à maintes reprises : « Aucune nation ne devient pure et raffinée, tant que les humbles et les déshérités ne peuvent obtenir leurs droits de ceux qui sont au pouvoir sans crainte ni balbutiement. »[10]Et l’Imam Ali dans ses années de pouvoir n’a cessé de défendre les droits de ses opposants.

Aussi je dis à mes compatriotes, en particulier à la jeunesse courageuse en Iran : opposez-vous fermement contre tout ce que les mollahs imposent sous l’étiquette de l’islam ! Le fouet sous prétexte de rupture du jeûne et la répression des femmes sous prétexte qu’elles sont mal voilées n’ont aucun rapport avec l’islam. Résistez contre ces mesures ! Condamnez l’oppression et la répression de nos compatriotes sunnites et des minorités religieuses comme une hostilité contre tout le peuple d’Iran !

Tout ce qui est opposé à la liberté et au libre choix, n’a aucune valeur aux yeux de l’islam.
Ni religion obligatoire, ni culte obligatoire, ni voile obligatoire !

L’islam comme le soulignent le Coran et les enseignements du Prophète, est doué de dynamisme. Il prend toujours en compte les conditions de temps et de lieu dans ses lois. Le dynamisme du Coran qui transparait dans les versets fondamentaux Mohkamat et les versets allégoriques Motechabehat, est une des caractéristiques majeures de l’islam. C’est ainsi que s’opposent deux islams tout à fait contradictoires. L’islam de la liberté contre la religion de la contrainte et de la menace.

Massoud Radjavi, le dirigeant de la Résistance iranienne a déclaré à propos de ces deux islams que « l’un incarne la compassion, le pardon et l’émancipation, et l’autre le mal et la cruauté (…) l’un se base sur l’ignorance et la contrainte, l’autre sur la liberté et le libre-choix. L’un est le messager des ténèbres et l’autre le porte-étendard de la liberté, de l’unicité et de la libération. La guerre qu’ils se livrent est aussi une guerre qui décidera du destin du peuple et de l’histoire de l’Iran, un des maillons les plus importants de l’évolution de l’humanité contemporaine. »[11]

Oui, c’est avec cette conception que Massoud Radjavi a mis sur pied un mouvement démocratique et anti réactionnaire pour servir de barrage majeur au fanatisme religieux. Un mouvement qui aujourd’hui est un phare pour les peuples d’Iran et de la région et la seule lumière d’espoir pour vaincre le monstre du terrorisme et de l’intégrisme.
La fraternité entre sunnites et chiites
Mesdames et Messieurs,

L’islam récuse toute guerre et hostilités religieuses et se pose en défenseur de la liberté, de la clémence et de la tolérance. Aujourd’hui, le régime du Guide suprême, ses milices et les autres extrémistes sauvages justifient leurs crimes au nom de l’islam et font passer leur guerre pour le pouvoir pour une guerre entre sunnites et chiites. Pendant longtemps notre région a été épargnée par ces guerres religieuses, jusqu’à l’arrivée de Khomeiny au pouvoir en Iran. Il a instauré les divisions et les guerres fratricides en poursuivant le conflit avec l’Irak et avec le mot d’ordre de « Jérusalem en passant par Karbala » pour étendre sa domination sur la région.

En Iran, avec des arrestations, des exécutions et des destructions de mosquées sunnites, il a imposé à cette minorité deux fois plus de pressions. A la veille du Ramadan, les mollahs ont exécuté un prisonnier politique sunnite kurde, qui était aussi un champion sportif.

Ces deux dernières années, les mollahs ont exécuté un grand nombre de prisonniers, dont six Kurdes à la prison de Gohardacht, trois détenus politiques kurdes à Oroumieh, 34 Baloutches sunnites à Tchah- Bahar, Zahedan et Zabol[12] et ont assassiné des religieux sunnites et des civils dans la province du Sistan-Balouchistan[13].

C’est cette politique qui est appliquée en Irak sous la forme d’épuration des sunnites et en Syrie sous la forme de massacres de la population. En Iran aussi, les Moudjahidine du peuple, chiites, qui ont dénoncé l’hypocrisie des mollahs, ont été exécuté par milliers. C’est cette politique qui aujourd’hui n’épargne aucune manœuvre ni aucune pression contre les résistants du camp Liberty en Irak : de la poursuite d’un blocus criminel jusqu’à l’envoi d’agents du renseignement à l’entrée du camp pour se livrer à une guerre psychologique et préparer le terrain à une autre catastrophe.

Ainsi donc, les chiites comme les sunnites ont tous un ennemi commun qui est le régime du Guide suprême.

De plus, aujourd’hui, les véritables chiites se reconnaissent à la guerre totale qu’ils livrent au régime du Guide suprême et à leur fraternité avec les sunnites. L’Imam Ali, premier imam des chiites, allait bien au-delà de la classification de chiites, de sunnites et d’autres convictions. Il disait : « les gens appartiennent à deux catégories : soit ils sont frères en religion, soit frères en humanité. »

Aussi permettez-moi de dire aux peuples de nos pays voisins et frères, et à toutes les nations de la région que l’on peut mettre fin à la vague de sang et de feu déclenchée par les extrémistes au nom de l’islam dans vos pays. Cela passe par la solidarité avec le peuple iranien et sa Résistance et en s’opposant de toutes vos forces au régime du Guide suprême et à ses hommes de mains, comme Bachar Assad et les courants qui en Irak et au Yémen, au Liban et en Syrie se sont inféodés au Guide suprême et sont les acteurs de sa politique.

Tant que ce régime sera au pouvoir, le peuple iranien et les autres peuples du Moyen-Orient, ne connaitront pas la couleur de la démocratie ni de la liberté. Un régime qui malgré l’opposition du peuple iranien et de la communauté internationale, continue sa course à la bombe atomique, constitue un danger pour l’ensemble du monde. Par conséquent, la solution consiste à chasser ce régime de toute la région et à renverser le califat de l’extrémisme et du terrorisme en Iran.[14]

Notre position et nos points de vue

En tant que femme musulmane, et tout en soulignant la nécessité de la séparation de la religion et de l’Etat, et au nom d’une génération qui il y a cinquante ans s’est dressée en défense de l’islam authentique du Prophète Mohammad face au fanatisme sous couvert de l’islam, je déclare que :

1- Nous rejetons la religion obligatoire et la contrainte en religion. La tyrannie sous la bannière de l’islam, les lois de la charia des intégristes et les anathèmes contre les opposants, chiites ou sunnites, sont contraires à l’islam et aux enseignements libérateurs du Prophète Mohammad
2- A nos yeux, l’essence de l’islam est la liberté. Une liberté vidée de toute contrainte, oppression et exploitation.
3- Nous prônons un islam authentique, à savoir un islam tolérant et démocratique, un islam qui défend la souveraineté populaire, un islam qui défend l’égalité des femmes et des hommes.
4- Nous rejetons les discriminations religieuses et défendons les droits des fidèles de tous les cultes et de toutes les religions.
5- Notre islam, c’est la fraternité de toutes les religions. Les guerres de religions et les divisions entre chiites et sunnites, sont les fruits empoisonnés du régime du Guide suprême pour prolonger son califat anti islamique et inhumain.
Oui notre Dieu est le Dieu de la liberté, notre Mohammad est le prophète de la clémence et de la libération, et notre islam est la religion du libre choix.

Mesdames et Messieurs,
En ce mois de Ramadan, les vrais jeûneurs sont ceux qui luttent contre l’ennemi du peuple iranien et l’ennemi des peuples de la région. Ceux qui se dressent contre le Guide suprême en Syrie, en Irak et au Yémen, et dans le peuple de Palestine accablé de souffrance. Des prisonniers politiques en Iran, à Gohardacht, à Evine et dans tout le pays, qui résistent aux tortures et aux exécutions, aux Moudjahidine de la liberté dans le camp de prisonniers de Liberty, qui endurent depuis douze ans un blocus et sont en résidence surveillée, jusqu’à ces femmes et ces hommes insurgés en Iran comme les enseignants, les ouvriers, les employés, les infirmières et les étudiants.

Oui, le résultat de la lutte de ces jeûneurs sera la libération et le bonheur qui apporteront à coup sûr la liberté en Iran et dans la région. C’est la promesse de Dieu et on ne peut en douter.
رَبَّنَا أَفْرِغْ عَلَيْنَا صَبْراً وَ ثَبِّتْ أَقْدَامَنَا وَ انْصُرْنَا عَلَى الْقَوْمِ الْکَافِرِينَ‌ (Sourate Al Baqara, verset 250)
Seigneur, donne-nous la patience, donne-nous un pas assuré et donne nous la victoire sur les oppresseurs.
Que Dieu vous bénissent !

——

[1] Sourate 2, verset 185
[2] “Sahifeh nour”, vol 19:11 – « Parlez de l’islam à la population (…) pourquoi vous ne récitez pas la sourate de l’innocence au peuple (…) pourquoi vous ne leur récitez pas les versets de guerre ? Eh alors, vous récitez les versets de la clémence, et dans ces tueries il y a aussi de la clémence parce qu’il veut former les gens. Parfois les gens ne se corrigent pas ; imaginons que parfois ce n’est pas possible, alors il faut les faire chauffer à blanc pour que la société se corrige. Que les corrompus en soient expulsés. »
[3] Sourate 16, verset 125
[4] Sourate 39, verset 18
[5] Sourate 2, verset 111
[6] Sourate 3, verset 159
[7] Les versets ci-dessous témoignent de cet appel :

Sourate 17, verset 105 : Nous ne t’avons envoyé qu’en annonciateur et avertisseur
َقِّ أَنزَلْنَاهُ وَبِالْحَقِّ نَزَلَ وَمَا أَرْسَلْنَاكَ إِلاَّ مُبَشِّرًا وَنَذِيرًا
Sourate 25, verset 57 : Dis : « je ne vous en demande aucun salaire. » Mais celui qui veut suivre un chemin conduisant vers son Seigneur [est libre de dépenser dans la voie de Dieu].
قُلْ مَا أَسْأَلُكُمْ عَلَيْهِ مِنْ أَجْرٍ إِلَّا مَن شَاء أَن يَتَّخِذَ إِلَى رَبِّهِ سَبِيلًا
Sourate 33, verset 45 : Ô Prophète, nous t’avons envoyé comme témoin, annonciateur et avertisseur
يَا أَيُّهَا النَّبِيُّ إِنَّا أَرْسَلْنَاكَ شَاهِدًا وَمُبَشِّرًا وَنَذِيرًا
Sourate 33, verset 46 : Appelant les gens à Dieu, par sa permission et comme une lampe qui éclaire
وَدَاعِيًا إِلَى اللَّهِ بِإِذْنِهِ وَسِرَاجًا مُّنِيرًا
Sourate 33, verset 47 : Et donne aux croyants la bonne nouvelle qu’ils recevront de Dieu une grande grâce.
وَبَشِّرِ الْمُؤْمِنِينَ بِأَنَّ لَهُم مِّنَ اللَّهِ فَضْلًا كَبِيرًا
Sourate 33, verset 48 : et n’obéis pas aux infidèles et aux hypocrites, ne prête pas attention à leur méchanceté et place ta confiance en Dieu et Dieu suffit comme protecteur.
وَ لَا تُطِعِ الْكَافِرِينَ وَالْمُنَافِقِينَ وَدَعْ أَذَاهُمْ وَتَوَكَّلْ عَلَى اللَّهِ وَكَفَى بِاللَّهِ وَكِيلًا
Sourate 34, verset 28 : Et nous ne t’avons envoyé qu’en tant qu’annonciateur et avertisseur pour toute l’humanité. Mais la plupart des gens ne le savent pas.
وَمَا أَرْسَلْنَاكَ إِلَّا كَافَّةً لِّلنَّاسِ بَشِيرًا وَنَذِيرًا وَلَكِنَّ أَكْثَرَ النَّاسِ لَا يَعْلَمُونَ
Sourate 35, verset 24 : Nous t’avons envoyé avec la Vérité en tant qu’annonciateur et avertisseur. Il n’est pas une nation qui n’ait déjà eu un avertisseur.
إِنَّا أَرْسَلْنَاكَ بِالْحَقِّ بَشِيرًا وَنَذِيرًا وَإِن مِّنْ أُمَّةٍ إِلَّا خلَا فِيهَا نَذِيرٌ
Sourate 48, verset 8 :Nous t’avons envoyé en tant que témoin, annonciateur de la bonne nouvelle et avertisseur.
إِنَّا أَرْسَلْنَاكَ شَاهِدًا وَمُبَشِّرًا وَنَذِيرًا
Sourate 2, verset 119 : Certes, Nous t’avons envoyé avec la Vérité, en annonciateur, en avertisseur, et on ne te demande pas compte des gens de l’Enfer.
إِنَّا أَرْسَلْنَاكَ بِالْحَقِّ بَشِيرًا وَنَذِيرًا وَلاَ تُسْأَلُ عَنْ أَصْحَابِ الْجَحِيمِ
[8] Coran, sourate 33, verset 72
عرضنا الامانة علي السموات والارض والجبال فابين ان يحملنها واشفقن منها وحملها الانسان انه كان ظلوما جهولا

Nous avions proposé aux cieux, à la terre et aux montagnes la responsabilité (de porter les charges de faire le bien et d’éviter le mal). Ils ont refusé de la porter et en ont eu peur, alors que l’homme s’en est chargé, par comble d’ignorance et d’iniquité.
[9] Sourate 13, verset 11
[10]Nahj-ol-balagheh, lettre 53
[11] Massoud Radjavi, discours sur « Le dynamisme du Coran et deux islam totalement opposés », Aïd Fetr 1997
[12] Le 26 octobre 2013, le régime des mollahs a pendu Habibollah Golparipour et Reza Esmaïli (Mamadi), deux prisonniers politiques kurdes, les accusant de collaboration avec le parti Hayat Zada du Kurdistan, respectivement à la prison centrale d’Oroumieh et la prison de Salmas.

Le même jour, sur ordre de Khamenei, 16 prisonniers politiques baloutches ont été exécutés ensemble à la prison de Zahedan et les médias officiels ont diffusé les photos des corps pendus à des grues.
Le 5 février 2014, le régime a pendu clandestinement 15 Baloutches à Tchahbahar.

Le 26 avril 2014, trois prisonniers politiques baloutches sunnites ont été pendus en public dans la ville de Zabol : Ali Deh Mardeh (20 ans), Iman Galoui (20 ans), Omid Piri (23 ans). Ils ont été condamnés à mort dans un simulacre de procès les accusant d’avoir tué le procureur criminel de Zabol, sans la moindre procédure judiciaire équitable.
Le 6 janvier 2015, le prisonnier politique kurde Saber Mokhled a été exécuté à la prison d’Oroumieh.
Le 19 février 2015, deux frères, prisonniers politiques Razgar (Habibollah) et Ali Afchar, âgés de 26 et 34 ans, ont été pendus à Oroumieh.

Le 4 mars, six prisonniers politiques kurdes sunnites, Hamed Ahmadi (33 ans) Jahanguir et Jamchid Dehghani (deux frères de 28 et 29 ans), Kamal Molaï (30 ans), Sedigh Mohammadi (28 ans), Hadi Hosseini (31 ans), ont été exécutés à la prison de Gohardacht alors qu’ils étaient en grève de la faim.

[13]Le 30 mars 2014, Molavi Abdallah Zehi, imam de la mosquée Chir-Abad de la ville de Zahedan, a été abattu de quatre balles dans la tête alors qu’il sortait de la mosquée. Le même jour, deux Baloutches de 34 et 40 ans portant le nom de Chahou Zehi ont été tués de rafales de balles par des hommes de main du régime.

Le 31 mars, Morad Kahra-Zehi, 45 ans, a été grièvement blessé par une rafale de huit balles à Zahedan. Le 1 avril, Khadad Narouï, 60 ans, habitant de Bozman près de la ville d’Iranchahr a été abattu par une rafale de balles tirée par des agents du régime

[14] A propos de la solution à la crise dans la région, dans son discours du 13 juin 2015 au grand rassemblement de Villepinte, Maryam Radjavi a déclaré : « Aujourd’hui les politiciens occidentaux et les observateurs du monde arabe affirment que Daech et Bachar Assad sont les deux faces d’une même pièce. Moi, j’ajoute que le principal califat à Téhéran est la source d’inspiration des deux. Le fait est que Daech est le produit des crimes de Bachar Assad et de Maliki commis sur les ordres de Khamenei. C’est pourquoi je dis aux gouvernements occidentaux : ne rejoignez pas le camp des mollahs ! En Irak, ne collaborez pas avec les pasdaran et les milices soi-disant chiites de ce régime qui sont cent fois plus dangereuses que Daech.

La solution en Irak consiste à en chasser les forces du régime iranien, à faire participer les sunnites au pouvoir et à armer les tribus sunnites.
La solution en Syrie consiste à en chasser les forces du régime iranien et à soutenir le peuple syrien à renverser la dictature d’Assad.
La solution au Yémen consiste à s’opposer à l’ingérence de ce régime, ce à quoi s’est attelée la coalition arabe et ce qui doit se poursuivre pour le déraciner de toute la région.

Oui, la solution c’est de chasser le régime iranien de tout le Moyen-Orient et de renverser le califat du terrorisme et de l’extrémisme islamiste en Iran. »

Maryam Radjavi

Maryam Rajavi

Présidente-élue du Conseil
national de la Résistance
Iranienne

En savoir plus

Derniers Tweets