Choisir la langue : فارسی | العربية | English
  • Activités
  • Discours
  • "Discours de Maryam Radjavi A la veille de l'Assemblée générale de l’ONU 2020. "
Sep 182020

"Discours de Maryam Radjavi A la veille de l'Assemblée générale de l’ONU 2020. "

Categories // Discours et événements de Maryam Radjavi

Discours de Maryam Radjavi à la veille de l'Assemblée générale de l’ONU en septembre 2020

  

A l’approche de la tenue de l’Assemblée générale de l’ONU à New York un sommet transatlantique virtuel a été organisé le 18 septembre 2020 sous le titre « la politique vis-à-vis de l’Iran : la nécessité d’imposer des sanctions et de demander des comptes au régime. » L’évènement a relié des Iraniens dans 10.000 points du monde.
Lors de cette conférence, une trentaine de parlementaires américains des deux partis se sont succédés au micro. On peut citer notamment le sénateur Cruz, le sénateur Blunt, le sénateur Rubio ou encore le sénateur Menendez. Ont également pris la parole des personnalités de premier plan comme l’ancien maire de New York Rudy Giuliani, le général James Jones, ancien conseiller à la sécurité nationale du président Obama, Newt Gingrich, 50e président de la Chambre des Représentant, Joe Lieberman, ancien sénateur. Du côté des Européens, le député britannique et ancien ministre David Jones a notamment pris la parole ainsi que Giulio Terzi, ancien ministre italien des Affaires étrangères.
Les orateurs ont abordé le massacre de 30.000 prisonniers politiques survenu en 1988 en Iran et ont demandé la fin de la politique de complaisance. Ils ont appelé à traduire en justice les auteurs et les commanditaires de ce grand crime contre l’humanité. Les intervenants ont également évoqué l’exécution criminelle du champion de lutte iranien Navid Afkari et demandé une intervention internationale pour stopper la vague d’exécutions et de condamnations à mort qui se lève en Iran, touchant surtout les manifestant arrêtés lors du soulèvement de novembre 2019.
C’est l’intervention de Maryam Radjavi qui a ouvert ce sommet en ligne, discours qui figure ci-dessous :

Chers compatriotes
Honorables personnalités,
Mesdames et Messieurs,

Il y a six jours, l’exécution d’un jeune homme courageux, d'un jeune insurgé et d'un champion de lutte a indigné les Iraniens plongeant toute la nation dans la douleur et la tristesse. Il s’agit de Navid Afkari, champion national de la révolte contre la dictature religieuse.
Son crime a été de se dresser et de lutter pour renverser un régime prédateur qui a dévoré l’Iran et l’a noyé dans le sang et la destruction.
Depuis des semaines, le peuple iranien protestait contre la condamnation à mort prononcée par l’appareil judiciaire de Khamenei. Le peuple iranien, les défenseurs des droits humains, les défenseurs de la liberté et des champions de sport se sont dressés dans une campagne sans précédent dans le monde pour s’opposer à ce verdict inhumain. Désormais, Navid Afkari l’insurgé poursuit sa résistance et sa révolte dans le cœur de milliers d’unités de résistance pour la liberté et la justice. Applaudissons Navid Afkari, champion de la révolte !

Oui, le peuple iranien veut que ce régime soit châtié et soumis à des sanctions générales.
Face aux exécutions et aux massacres, le peuple iranien appelle les Nations Unies, et en particulier le Conseil de sécurité, à restaurer les sanctions décidées dans six résolutions contre le régime. Parce que la dictature religieuse voit sa survie dans la répression et les exécutions. Si Khamenei ne tue pas, la trame de son régime disparaitra et les soulèvements qui bouillonnent au cœur de la société iranienne éclateront à nouveau et renverseront la dictature religieuse.

Le coronavirus, un allié du régime

Au moment où je vous parle, le nombre effarant de décès dus au coronavirus dans mon pays est d'au moins 105.000.
En nombre d’habitants, les mollahs occupent le premier rang des décès dus au Covid-19, tout comme celui des tueries et des exécutions.
Il y a trois jours, le vice-ministre de la Santé a déclaré : « Nous avons dépassé la notion de vague (...) nous sommes dans une mer agitée. » Et il a ajouté que « le nombre de patients contaminés par le virus par jour, est à Téhéran de 900 à 1800 personnes »
Et le président de la faculté de médecine de Qom a déclaré : « Cette province est dans une situation ultra critique. »
A l’époque, concernant l'avion de ligne ukrainien, il avait été difficile au début de croire que le régime l’avait abattu. Il est aussi difficile de croire que Khamenei et Rohani envoient délibérément les gens à l’abattoir du coronavirus. Mais ils ont adopté une stratégie de pertes humaines massives pour former un bouclier humain contre le danger de soulèvement et de renversement.

La fortune des institutions et des fondations sous contrôle de Khamenei s’élève à plus de mille milliards de dollars. Mais à ce jour, rien de ces avoirs, capitaux et moyens appartenant au peuple iranien n'a été dépensé pour la santé et les soins. Il était question de consacrer seulement 1 milliard d'euros des réserves en devises du fonds de développement pour à la santé et à la lutte contre le coronavirus. Mais le ministre de la Santé de ce régime affirme avoir reçu jusqu'à présent moins d'un tiers de ce montant. C'est pourquoi les salaires des infirmières ne sont pas versés, alors que de nombreux membres du personnel médical ont été emportés par le coronavirus.
- Le coronavirus est l'allié le plus puissant des mollahs.
- Les exécutions et la prison sont les mécanismes les plus importants du pouvoir des mollahs.
- Et c’est sur les pasdarans que les mollahs s’appuient pour la répression et les crimes.
Comme l'a dit Massoud Radjavi, le dirigeant de la Résistance iranienne, en s’adressant aux autorités du régime : « si vous n'avez pas l'intention de réprimer, d'inciter à la guerre et d'exporter le terrorisme, alors une armée vous suffit et vous ne devriez pas imposer les coûts astronomiques des pasdarans au peuple iranien. Dissolvez-les et dépensez leur budget pour les soins de santé et les salaires des infirmières, des travailleurs, des enseignants et des employés. »
Aujourd'hui, le secteur efficace et rentable des industries, des mines, des télécommunications, des banques et des entreprises de construction est la propriété exclusive de Khamenei et des pasdarans.
Leur fortune est estimée à mille milliards de dollars. Et chaque année, des dizaines de milliards de dollars quittent le pays en raison de la corruption et du pillage des mollahs et des pasdarans.
Les membres du Majlis, le parlement des mollahs, estiment le montant dépensé pour les opérations de guerre des pasdarans en Syrie à 30 milliards de dollars . Certes, le chiffre réel est plusieurs fois supérieur. De plus, les opérations du Hezbollah au Liban, des milices Kataeb en Irak, des Houthis au Yémen et des groupes paramilitaires coutent des sommes exorbitantes.

Ce que demande le peuple iranien

À la veille de l'Assemblée générale des Nations Unies, je voudrais au nom du peuple iranien et de sa Résistance, attirer l'attention de tous les gouvernements et des instances internationales sur trois questions clés :
Premièrement, rappeler le fait que ce régime est en guerre avec la nation iranienne et la communauté des nations.
Deuxièmement, la nécessité de mettre fin aux politiques internationales erronées qui aident les assassins du peuple iranien et laissent au fascisme religieux les mains encore plus libres pour violer les droits humains du peuple iranien et mener des guerres et du terrorisme dans la région.
Et troisièmement, adopter une politique fondée sur trois éléments vis-à-vis de ce régime qui inclut :
- Les droits humains pour le peuple iranien
- Des sanctions générales pour la dictature religieuse
- Et la reconnaissance de la résistance du peuple iranien et de la lutte des insurgés pour le renversement des mollahs et pour la liberté.

En ce qui concerne le premier point, la guerre du régime avec le peuple iranien et la communauté internationale, il faut prendre en compte les conditions des trois dernières années.
Depuis le soulèvement de l’hiver 2017/2018, lorsque la société iranienne est entrée dans la phase de soulèvement, les crimes et l’aventurisme du régime se sont intensifiés dans trois domaines:
Premièrement, la montée de la répression, notamment le meurtre de plus de 1 500 jeunes et adolescents lors du soulèvement de novembre 2019, et des arrestations massives accompagnées de tortures. Après cela, l'exécution de prisonniers pour des motifs politiques tels que « la guerre contre Dieu » et la participation au soulèvement qui se poursuit.
Ces derniers jours, des détenus dans les prisons de Dastguerd à Ispahan, du Grand Téhéran, de Vakilabad à Machad, de Gohardacht à Karaj, de Cheiban à Ahwaz et des prisons d'Oroumieh, de Khorramabad et de Sanandaj, ainsi que des partisans des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI/MEK) à Evine ont été condamnés à mort.
Deuxièmement, la multiplication des attaques contre les navires et les pétroliers dans les eaux internationales, des tirs de missiles sur les installations pétrolières et les aéroports d'Arabie saoudite et des attaques au missile contre les forces américaines en Irak.
Et troisièmement, la campagne de diabolisation et la montée de complots terroristes contre l’OMPI et la Résistance iranienne ainsi que d’autres opposants dans divers pays.

Chers compatriotes,
Chers invités,
L’expérience de 40 années de régime clérical atteste qu’il a régné avec 120 000 exécutions politiques, notamment 30 000 prisonniers politiques massacrés en 1988, dont 90% étaient de l’OMPI.
En raison de ses terribles violations des droits humains, ce régime a été condamné 66 fois par l'Assemblée générale des Nations Unies, la Commission et le Conseil des droits de l'homme. Les mollahs ont vraiment battu un record du monde dans ce domaine, comme pour le terrorisme de Bagdad à Beyrouth en passant par Buenos Aires.
Vous savez que c'est la Résistance iranienne qui a révélé il y a trente ans les projets secrets nucléaires, missiles et chimiques de ce régime.
Nous voulons un Iran non nucléaire vivant en paix et en amitié avec ses voisins.

Les politiques nocives occidentales

Chers amis,
Permettez-moi de rappeler ici les énormes dégâts provoqués par des politiques qui ont laissé le champ libre et l’impunité à ce régime pour continuer ses crimes, notamment :
- Des concessions politiques et financières injustifiées dans l'accord nucléaire de 2015,
- la suspension de six résolutions de sanctions de l'ONU contre les mollahs,
- et l'opposition à l'extension de l'embargo sur les armes visant la dictature religieuse.
Je souligne ici que tout gouvernement qui convoite les gros dessous-de-table de ce régime, nourrit le fauve qui veut dévorer le monde.
C’est une erreur de croire qu’en réduisant les sanctions internationales, ce régime abandonnera son agressivité. Paradoxalement, c'est dans l'ombre de l’accord nucléaire que son terrorisme s’est déchainé en Europe.
Récemment, dans un article du Figaro, le secrétaire d'État américain Pompeo a écrit à juste titre que le régime iranien « a réagi à l’apaisement de l’Ouest par des massacres et une défiance accrus ». La politique de complaisance n'a apporté aucun avantage que celui de l'avancée de la stratégie du régime iranien. Il a rappelé que « la brutalité du régime actuel frappe en premier lieu le peuple iranien lui-même. Au cours de la seule année dernière, les forces de sécurité ont tué au moins 1500 manifestants pacifiques descendus dans les rues de tout le pays ».
Oui, c'est la résistance iranienne qui a averti dès le début que faire des concessions aux mollahs les encourageait.

Par exemple, il y a 10 ans au Parlement européen à Bruxelles le 25 janvier 2011 avant le massacre du 8 avril à Achraf, j'ai dit que faire des concessions à ce régime, revenait à nourrir le fauve et rendait les mollahs plus cupides et extrémistes.

Regardez maintenant une décénie plus tard : pour la première fois dans l'histoire contemporaine de l’Europe, nous avons assisté à l’arrestation en Allemagne d’un diplomate poseur de bombes. Il est emprisonné en Belgique depuis deux ans. Imaginez ce qui se serait passé si la bombe avait explosé à notre rassemblement de Villepinte, le 30 juin 2018...

De même, en raison des complots de ce régime, ces deux dernières années, sept de ses diplomates ont été expulsés de France, d'Albanie, du Danemark et des Pays-Bas.
D'un autre côté, les soulèvements du peuple iranien de l’hiver 2017/2018 et de novembre 2019 ont dissipé toutes les illusions sur la stabilité de la dictature religieuse.
Le régime est à présent dans sa position la plus faible. Dans ces circonstances, apporter une aide aux mollahs ne fait qu'augmenter les souffrances du peuple iranien. Mais cela ne pourra jamais sauver le régime de son renversement.

Le dernier message de Navid Afkari

Alors je souligne encore et encore:
- Les droits humains pour l’ensemble du peuple iranien
- Des sanctions générales pour la dictature religieuse
- Et la reconnaissance de la résistance du peuple iranien et de la lutte des insurgés pour la liberté.

Dans le domaine des droits humains, j'attire l'attention des gouvernements, et en particulier des Nations Unies, sur le rapport d'Amnesty International qui parle de détentions étendues, de disparitions et de tortures de manifestants lors du soulèvement de novembre, notant que les mollahs ont délibérément utilisé des armes létales et arrêté en quelques jours plus de 7000 hommes, femmes et enfants âgés de 10 à 18 ans.

Au fait, pourquoi les Nations Unies et le Conseil de sécurité ne s’occupent-ils pas des tragédies survenues sous les ordres directs de Khamenei dans les jours qui ont suivi le soulèvement de novembre 2019 ?
Pourquoi les Nations Unies et le Conseil de sécurité n'obligent-ils pas le régime à accepter la venue de délégations internationales pour visiter ses prisons et rencontrer des prisonniers, en particulier des insurgés?
Actuellement, des prisonniers partisans de l’OMPI ont été reconnus coupables de « guerre contre Dieu » au tribunal de la prison d’Evine. Ils sont face au risque d’une exécution. J'appelle les peuples du monde et les Nations Unies à les sauver et à entreprendre une action immédiate.
Les dossiers du massacre de 1988 et du massacre de novembre 2019 doivent également être renvoyés devant le Conseil de sécurité. L’impunité pour Khamenei et les dirigeants de ce régime, ça suffit ! Il faut les traduire en justice.

Concernant les sanctions, je voudrais mentionner que le peuple iranien, qui a été attaqué et tué en novembre dernier pour avoir protesté contre l'augmentation du prix de l'essence, demande de couper l'approvisionnement de la machine de répression et du terrorisme des mollahs.
Selon des informations émanant du pouvoir, des milliards de dollars des revenus pétroliers du pays disparaissent chaque année. C’est-à-dire, qu’on les retrouve dans la caisse de Khamenei.

Notre message est le suivant : Sanctionnez le régime clérical !
Sanctionner ce régime aide à lutter contre le terrorisme, la répression et la corruption.
Mais chaque dollar donné à ce régime est une balle tirée sur la jeunesse en Iran, ou en Irak, en Syrie et au Yémen.
Notre peuple ne veut pas d'installations d'enrichissement nucléaire, pas de programme de missiles balistiques, pas de guerre ni de crime du régime en Syrie, en Irak, au Yémen et au Liban.
Je voudrais rappeler l'un des derniers messages du héros et champion de lutte Navid Afkari dans le contexte de la résistance et de la lutte des insurgés pour la liberté en Iran.
Il a dit à propos de son combat contre le régime, qu'il avait lutté contre l'adversaire le plus lâche de l'histoire de l'humanité.
Oui, cet adversaire le plus lâche de l'histoire de l'humanité sera sans aucun doute renversé par les soulèvements et les batailles de la jeunesse insurgée et de la grande armée de la liberté.

Je vous remercie

Maryam Radjavi : les droits humains pour le peuple iranien des sanctions générales pour la dictature religieuse et la reconnaissance de la Résistance du peuple iranien et de l’insurrection pour la liberté

Maryam Radjavi

 

Présidente-élue du Conseil national de la Résistance Iranienne

[En savoir plus]

Choisir la langue : فارسی | العربية | English

Suivez-nous

 

Derniers Tweets